Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 29 octobre 2015

Une question de vie ou de mort


UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT (1946)
RÉALISÉ PAR MICHAEL POWELL & EMERIC PRESSBURGER
AVEC DAVID NIVEN, KIM HUNTER, ROBERT COOTE
-------------

Les films de commande ont toujours tendance à être inquiétants : tout se joue sur la manière dont l’auteur a pu épouser les obligations et les limites qui lui étaient imposées. Alors forcément, quand le tandem des Archers composé de Michael Powell et d’Emeric Pressburger, deux des metteurs en scène les plus influents du cinéma britannique d’après-guerre, s’applique à la réalisation d’une demande du gouvernement visant à apaiser les tensions entre soldats anglais et américains sur le territoire récemment occupé, une étincelle de curiosité jaillit dans l’ombre de la propagande bête et méchante.


On n’oublie pourtant pas l’ambition originale du film : de cet objectif bien intentionné, le duo de cinéastes en fait un enjeu artistique. Dans le monde d’Une question de vie ou de mort, il n’y a qu’espoir et positivisme, heureux hasards et romances fantasmées. Après six années du conflit humain le plus meurtrier de l’histoire, Une question de vie ou de mort est une réponse pleine de vie à l’horreur du monde. De l’utilisation d’un Technicolor flamboyant à l’écriture d’une aventure certes un peu niaise, mais fondamentalement généreuse.
C’est cette passion inébranlable pour l’homme, mais aussi pour le cinéma, qui fait du film de Powell et Pressburger une œuvre si vivante et chatoyante. Jamais radical, jamais réellement novateur, Une question de vie de mort est un récit doux et grandiose, illuminé par la beauté désuète de ses effets spéciaux, à l’image de cette représentation magnifique de l’Au-delà, environnement biblique aux couleurs si fabuleuses que même la pellicule ne peut les transmettre correctement.
L’anti-cynisme à son paroxysme, la sincérité cinématographique à l’état pure, libérée de toute considération mercantile et de tout engagement politique : Une question de vie ou de mort est un pur produit rêvé, pourtant bien loin de faire dans la facilité diégétique, porteur d’un message fort qu’il est nécessaire de contextualiser pour en saisir le cadre.


Les plus désabusés des spectateurs n’y verront qu’un concentré indigeste de personnages superficiels évoluant dans une utopie sociale candide. Pour ceux qui auront le courage d’oublier, le temps d’un film, la noirceur du monde, peut-être que la singularité – soixante-dix ans plus tard – d’un récit porté par l’amour, l’espoir et la justice saura avoir raison d’eux, le tout se concluant sur une note des plus ambiguës, porte d’entrée à une réflexion plus profonde sur les maux de la guerre. Passionné et passionnant.

0 commentaires:

Publier un commentaire