Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 22 novembre 2015

Master of None - Saison 1


SAISON 1 NETFLIX
Créée par Aziz Ansari, Alan Yang
-------------

Révélé par son interprétation hystérique de Tom Haverford dans Parks and Recreation, Aziz Ansari aura profité de ce succès critique sans précédent dans sa carrière pour se faire un nom dans le paysage très hétéroclite du stand-up nord-américain. Porteur d’un humour parfois clivant, l’acteur a finalement su réunir une fanbase solide, notamment à l’aide de sa collaboration avec Netflix, diffuseur de ses spectacles. Ce n’est pas vraiment une surprise de le voir créer sa propre série sur le site de VOD, accomplissement total pour tout comédien de la scène, les plus grands y étant passé, de Louie C.K. à Jerry Seinfeld.


On pouvait douter de la viabilité du projet de Master of None, non seulement parce que les comédies live Netflix n’ont jamais vraiment brillé de par leur qualité, mais aussi parce qu’Ansari, si sympathique puisse-t-il être à petite dose, a le don d’être très agaçant au long terme – un peu comme la moyenne qualitative des rejetons du Saturday Night Live. Une dramédie sarcastique semi-autobiographique sur le quotidien d’un comique ? On l’a déjà vu beaucoup de fois, et il était compréhensible de ne pas placer des attentes hors du commun dans Master of None.
Les critiques auront été réduites au silence dès le pilote. La série d’Aziz Ansari et d’Alan Yang, un ancien de Pawnee lui aussi, est brillante. Comédie de niche, œuvre intimiste, tantôt dépressive, tantôt euphorique ; Ansari y trouve un équilibre parfait, loin de l’énergie trop invasive qu’on lui connaît. Il laisse vivre ses personnages, leurs évolutions, leurs ambiguïtés, leurs rêves et leurs erreurs. Les protagonistes de Master of None ne sont ni idiots, ni fantasques ; ils respirent d’humanité. Sans aucun cynisme, Ansari se confie sans fard, et c’est peut-être cela qui fait tout l’intelligence et la justesse du show. Master of None a ses défauts, tous les épisodes ne se valent certes pas, mais son écriture irréprochable, son inventivité retenue et l’ambiance tendre et cajoleuse qui s’en dégage en font un objet télévisuel foncièrement agréable.


On ne l’a honnêtement pas vu venir mais Master of None est un ascenseur émotionnel malin, drôle, touchant et modeste. Netflix s’éloigne des artifices dont le service a l’habitude, se tournant vers une simplicité et une passion créatrice digne des formats courts d’HBO. En revoyant l’espace d’un vendredi son cahier des charges, elle signe l’une de ses meilleures séries maison. Même les détracteurs d’Ansari peuvent s’y jeter les yeux fermés, Master of None n’est pas un concentré de débauche égocentrique de plus, mais un indispensable instantané, situé quelque part entre les thématiques de Louie, l’ambiance d’un Woody Allen et la sincérité d’un Looking.


0 commentaires:

Publier un commentaire