Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 25 juin 2020

L'Énigme de Kaspar Hauser


L'ÉNIGME DE KASPER HAUSER (1974)
RÉALISÉ PAR WERNER HERZOG
AVEC BRUNO S., WALTER LADENGAST, BRIGITTE MIRA
-------------

L’Énigme de Kasper Hauser est en réalité l’histoire de deux mystères. Le premier, celui du titre, ce mythe Hauser, enfant sauvage apparu par hasard au XIXe siècle, et pour lequel bon nombre d’historiens y sont allé de leur propre théorie quant au secret de ses origines. Le deuxième mystère s’est fait en coulisse : où donc Herzog, en grand chasseur d’êtres humains atypiques, est allé chercher ce fascinant Bruno S. ? Acteur principal du film et total inconnu dont il s’agira d’un des deux seuls métrages (le second deux ans plus tard, La Ballade de Bruno, également par Herzog), il hante L’Énigme de Kasper Hauser de sa présence insouciante, presque innocente.

Quand on en apprend davantage sur sa vie, Bruno S. fascine encore plus : son passage en hôpital psychiatrique,  son enfance violente, sa surdité passagère… et sa pratique du cor, comme un astérisque absurde et l’aboutissement anti-spectaculaire d’un destin visiblement douloureux, en marge de la société, à l’écart du tumulte qui l’aura fait tant souffrir. C’est évidemment dans ce passé tortueux que Werner Herzog s’est projeté pour aller capter cette aura singulière, foncièrement cinématographique, ou en tout cas herzoguienne. Il fait de Bruno un véritable reflet d’Hauser, adapte les deux figures l’une à l’autre sans s’inquiéter de la réalité historique : de la même façon que son Aguirre avait quelque chose de Kinski, son Kasper Hauser a quelque chose de Bruno.
C’est en rendant floue cette frontière entre fiction et réalité que L’Énigme de Kasper Hauser se vêtit d’une douceur enveloppante : récit d’un rejet, d’une incompréhension, il est surtout le portrait d’un anormal. Le monde que l’on observe, situé quelque part entre notre perception commune et celle, altérée, de Kasper, est d’un romantisme à la fois baroque et paisible, conflictuel et harmonieux. L’inconnu et la différence effraient ; hors Kasper ce sont les deux à la fois.


Là où Herzog intervient, dans cette écriture morcelée de l’inadaptation au monde, c’est en retournant l’opposition : le point de vue, celui de ces héros extra-terrestres, s’impose à l’œuvre, à son imaginaire. Le conflit s’opère alors, non pas au sein du film, mais avec le propre regard du spectateur – unique, lui aussi, mais socialisé. C’est au travers de cette nuance primordiale que son cinéma devient une nécessité : faire le récit de ceux qui ne peuvent pas le faire, trouver dans chaque marginalité les dissensions qui la rendront universelle. L’Énigme de Kasper Hauser, chef d’œuvre indispensable de son réalisateur, préfère le sensoriel au didactique – il tente d’exprimer, dans un langage incertain comme celui de Kasper, ce que ça fait d’être seul au milieu d’un monde de fous.

★★★

0 commentaires:

Publier un commentaire