Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 26 mars 2013

Mayday

MINI-SERIE - BBC ONE
Créée par Ben Court & Caroline Ip

Il faudrait vivre dans une grotte pour ne pas s'être rendu compte de l'importance qu'a pris la production télévisuelle ces derniers temps : Downton Abbey (avec laquelle j'ai beaucoup de mal, certes), mais aussi Utopia, Black Mirror, Ripper Street, Sherlock ou un peu avant Skins ou Misfits. Mayday est une production de BBC One, une mini-série avec très peu de promo qui vise à raconter l'inter-suspicion des habitants d'une petite ville après la disparition d'une jeune fille. Rapidement, et il suffit juste de pitch pour s'en rendre compte, on pense à Twin Peaks. Faut dire que sur le principe et sur pas mal de retournements c'est très semblable. Puisque Mayday met totalement de côté l'enquête du point de vu policier, et se concentre uniquement sur cinq/six personnages qui suspectent leurs proches d'être l'auteur du crime.


Malgré la très haute tenue des deux premiers épisodes (assez incroyables dans leur construction - super bien mis en scène en plus), les défauts de Mayday sont par la suite plus évidents : trop de suspense tue le suspense, et lorsqu'on essaye de faire monter la tension quand il n'y en a pas ça prend pas. Et c'est souvent le cas dans Mayday. Mais bon - cette partie de l'enquête est pas nécessairement la plus fascinante, puisqu'il faut aller chercher du côté des personnages / acteurs qui sont tous exceptionnels : la révélation est Max Fowler, qui interprète Linus Newcombe, et qui s'en sort de magnifique manière -- on lui promet un grand avenir surtout qu'il a une bonne gueule. Ensuite y a bien sur Aidan Gillen, qu'on ne présente plus puisqu'il est le Tommy Carcetti de The Wire et le Littlefinger de Game of Thrones, dans un rôle ambiguë et assez déroutant. Le reste du casting est aussi incroyable : Tom Fisher, Lesley Manville, Leila Mimmack, Sam Spruell ou encore Peter Firth. Ils sont tous plus ou moins irréprochables, et Mayday doit beaucoup à son casting comme à ses personnages, plus qu'à son intrigue malgré tout le bien qu'on puisse en penser.


Malgré quelques faiblesses durant les deux derniers épisodes, le final est lui grandiose - tout en mystère, tout en sous-entendu, et tout sauf un happy-end. Les deux premiers épisodes étaient géniaux, et la suite laissait plus à désirer - mais ce rattrapage final relève le tout et donne à Mayday bien plus d'originalité et c'est surement grâce à ça qu'on s'en souviendra. Anti-manichéen à souhait, super bien réalisé (le réalisateur a aussi officié sur The Entire History of You from Black Mirror) mais surtout très bien interprété - Mayday est imparfait, mais la profondeur de ses personnages mis en relation avec une intrigue un peu faiblarde par moments mais qui reste hypnotique font de cette mini-série british une sorte de neo-Twin Peaks teinté de good-Midsomer Murders plutôt sympathique. Voir très bien. A découvrir dans tous les cas.


0 commentaires:

Publier un commentaire