Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

jeudi 20 novembre 2014

Hunger Games - La Révolte : Partie 1


RÉALISÉ PAR FRANCIS LAWRENCE
AVEC JENNIFER LAWRENCE, JOSH HUTCHERSON, LIAM HEMSWORTH
-------------

Harry Potter et les reliques de la mort - partie 1 était réussi pourtant. On aurait pu se dire "C'est peut-être pas une si mauvaise idée que ça de couper les derniers tomes en deux ?". On met de côté l'exemple Twilight, et c'est presque insouciants qu'on découvre ce premier acte du dernier volet de la saga Hunger Games. Après un premier film plein de défauts mais pas dégueulasse à suivre, et une suite supérieure en tout points qui démontrait une vraie évolution qualitative, cette Révolte tombe pourtant comme un soufflet. Les raisons d'un tel ratage ? Elles sont nombreuses, et malheureusement plutôt simples à expliquer.


La caractéristique de ces "premières parties du dernier tome" c'est qu'elles axent le plus souvent leur récit sur la psychologie de leurs personnages. Faut dire que l'absence d'action (apparaissant généralement dans le dernier tiers de l'oeuvre originale) ne les aide pas vraiment, et s'il faut bien trouver quelque chose à faire pendant ce temps là, c'est s'intéresser à ses personnages : à leurs débats intérieurs, à leur instabilité, au désenchantement progressif de leur état d'esprit. Si Harry Potter avait été un pari gagnant en se révélant tout simplement le meilleur produit de la fameuse "quadrilogie David Yates", ce n'est pas le cas ici. Cette Partie 1 est plate, vide, ennuyante, très souvent à la limite du ridicule entre ses scènes répétitives (celles du tournage de vidéos de propagande), ses détours romantiques aussi niais qu'ils sentent le remplissage, mais surtout - et j'insiste - ce qui semble constituer la moitié du long-métrage : Jennifer Lawrence qui pleure, Jennifer Lawrence dans un lit d'hôpital, Jennifer Lawrence qui écarquille les yeux, Jennifer Lawrence qui se jette dans les bras de ses amis, Jennifer Lawrence qui découvre que la guerre, bah... c'est pas cool du tout. Non mais sérieusement, elle sort de deux mises à mort collectives, d'une dictature qui l'oppresse depuis sa naissance, d'une ville minière où j'imagine que le manque d'éducation civique n'a pas donné que des voisins modèles, et elle semble paradoxalement tout le temps aussi fragile qu'un Zemmour discutant de l'immigration clandestine. La crédulité du spectateur peut avoir ses limites, et les problèmes scénaristiques du livre ressortent ici de plus belle puisqu'ils sont étirés en longueur jusqu'à n'en plus finir. Il y avait la possibilité de faire quelque chose de bien, de réaliser un film âpre, pessimiste, tragique. Il y a même des fulgurances. Et coup de théâtre, le fond du film est même super intéressant (oui, oui !), dans sa vision anti-manichéenne de la lutte contre l'oppression, et des rebelles qui n'ont rien à envier aux tyrans en terme de démocratie bancale. Comment ça c'est survolé ? Comment ça c'est exposé avec autant de subtilité qu'un Zemmour discutant de l'immigration clandestine ? C'est bien là le problème : à laisser l'espoir d'une morale ambiguë, Hunger Games - La Révolte : Partie 1 (ou quelle que soit la manière dont ce titre s'écrit) frustre.


Francis Lawrence (et ses scénaristes) construisent le film n'importe comment, tout s'enchaîne selon des fautes de rythme et de goût assez plombantes. On rallonge encore et encore des dialogues aussi insipides que Zemm... qu'un verre de soda laissé à l'air libre, mais dans le même temps on se permet de couper, voir de saboter les rares scènes qui relevaient un peu le niveau catastrophique de l'ensemble (tout ce qui concerne la politique des rebelles en général). Sans parler d'un casting qui cabotine, Jennifer Lawrence n'a jamais été aussi peu à sa place, le charisme détonnant qu'elle démontrait dans les précédents films laisse place ici à une fragilité qui ne lui sied jamais, le reste des seconds rôles n'a aucun intérêt. Ils sont trop nombreux, et tous ont droit à leur petite scène rarement utile. Haymitch et Effy ne sont plus que des sidekicks rigolos, puis à part Seymour Hoffman et Julianne Moore qui semblent autant à leur place que Robert Pattinson dans Twilight (défendons-le un peu ce garçon), les autres personnages ne sont que des visages dont on ignorera les noms, même en ayant lu les livres, jusqu'à la dernière minute de cette torture.


Une bonne douzaine de facepalms plus tard, c'est fini. Un petit hommage à Philip en passant (on évitera la blague de il s'est retourné dans sa tombe, parce je ne pense pas que ce choix de carrière soit son plus grand regret), et après y avoir réfléchit quelques secondes, on se dit que tout ceci n'avait rien de vraiment transcendant. Voir des acteurs appréciables jouer comme des pieds pendant deux heures interminables dans ce qui, dans un film normal, aurait été réduit à une demi-heure tout au plus, c'est ce que dans le langage courant on appelle une perte de temps. On aimerait bien lui chercher des qualités, mais "navet" est le qualificatif le plus proche de la sensation que laisse Hunger Games chapitre 3 : La Révolte, Mockingjay - Partie 1 ou que-sais-je-encore. Parce que moi j'ai un meilleur titre : Comment saboter une saga ? Chapitre 1 partie 1.

5 commentaires:

  1. Bon et bien je vois que l'on a exactement le même avis, et que l'on pointe du doigt les mêmes défauts (et même les mêmes arguments x) ). Très très décevant ce troisième film. J'ai encore de l'espoir pour le dernier, mais ma sympathie pour la franchise a considérablement diminuée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pas rassurant... Je viens de voir ta critique sur le Cinéma Club, je m'en vais lire ça !

      Supprimer
  2. Salut Fifien :) (Au passage je t'ai répondu sur la critique du Labyrinthe).

    Je trouve un peu dur mais en même temps je suis assez d'accord avec toi. Je ne l'ai pas trouvé catastrophique, nul, mais un peu long, et oui, couper en deux n'était pas la solution.
    Par contre, HP7.1 est super, mais c'est pas le meilleur de David Yates ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (je vais voir ça tout de suite !)

      Si ça peut t'influer un peu dans ton avis, je te conseille le super papier de l'Odieux Connard sur le film, pour le coup c'est même pas de la mauvaise foi (alors qu'il est un habitué).
      Ah, tu préfères le 7.2 peut-être ? Je l'aime bien aussi, de superbes scènes (les souvenirs de Rogue et King's Cross) et un Desplat qui livre l'une des meilleures BO de sa carrière, mais il me manque une certaine folie épique, un aspect "chapitre final" que je n'arrive pas à lui trouver. (ou alors tu préfères le PSM ou l'ODP, et là je peux pas comprendre haha - j'ai pas mal de haine pour ces deux là parce que ce sont deux des meilleurs bouquins de JKR et que les adaptations ne leur font pas du tout honneur, surtout l'ODP)

      Supprimer
  3. Je retourne le voir cet aprem car j'avais promis à une amie qu'on irait ensemble et une autre a voulu y aller avec moi, donc deux fois, j'appréhende un peu la 2e fois lol

    Ah oui, bien plus dynamique le 7.2, en fait j'étais contre la coupure en deux films même si je suis content du résultat final. Par contre, j'adore l'Ordre du Phénix, l'un de mes films préférés de la saga, qui m'a tiré les larmes, Daniel Radcliffe est génial dans celui-là, David Yates apporte beaucoup de bon je trouve. Quant au Prince de Sang-Mêlé, certes il est différent du livre, mais le livre m'a ennuyé. J'ai trouvé les scènes de souvenirs longues et redondantes. Je suis donc content de ce qu'il a fait du film, et j'ose dire avoir préféré le film 6 au tome 6. Pour moi les meilleurs tomes de JKR sont les 7, 5 et 4. ;)
    Désolé du HS du coup ^^

    RépondreSupprimer