Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 5 mai 2015

The Last Man on Earth - Saison 1


 SAISON 1 FOX
Créée par Will Forte
-------------

Projet de long-métrage avorté du duo Phil Lord / Chris Miller, The Last Man on Earth est finalement récupéré par leur ami Will Forte, ex du Saturday Night Live et cherchant, comme tous les anciens de l’émission, à se refaire une jeunesse au travers d’une sitcom joyeusement débile. Cherchant une maison pour sa série, c’est finalement sur FOX qu’il trouvera son bonheur, à la fin de l’ère Kevin Reilly qui avait visiblement décidé de faire du network une pionnière en copiant le modèle créatif des chaînes câblées. Il est donc important de souligner que tant sur le fond que sur la forme, Forte a eu quasiment carte blanche.


The Last Man on Earth est donc, en tout cas pour une comédie de network, plutôt trash. Blagues scatos, personnages imbuvables si ce n’est détestables, humour cynique… C’était un pari risqué et en même temps l’idée salvatrice d’une saison comédies plutôt pauvre en réussites sur les cinq réseaux (Jane the Virgin et Fresh Off the Boat sont les deux seules autres nouveautés à valoir le coup d’œil). Très rapidement pourtant, le pitch de départ de The Last Man on Earth, parfaitement résumé par son titre, est trahi. Ce n’est pas un spoiler, cela arrive dès la fin du pilote et les producteurs n’ont même pas réussi à garder ce retournement secret, même si il est vrai que son apparition précoce était imprévue. Mais il aurait été très difficile pour la série de survivre très longtemps sans cet évènement, vu la manière dont elle suit déjà un schéma assez classique dans sa forme actuelle. Répétant rapidement un format scénaristique qui lui a valu de nombreuses critiques – action honteuse de Phil, découverte du pot-aux-roses par ses camarades, rachat de Phil – il s’agit là de la principale barrière à franchir pour apprécier la série : accepter cette routine, en cultiver les subtilités et les qualités de ses intervenants. Car si sur le fond The Last Man on Earth n’a pas grand-chose à proposer, en tout cas pour le moment, elle se révèle bien plus intéressante sur la forme, avec un Will Forte et une Kristen Schaal survoltés, accompagnés par des seconds rôles bien campés.
Un comique usé jusqu’à la moelle qui peut donner l’indigestion, principalement si on se focalise sur les gags de départ – la libido de Phil, les ballons, la piscine-latrines – mais globalement la plume de Forte est suffisamment incisive pour éviter soigneusement cet état. La situation est toujours la même, mais les acteurs changent. Cela donne le pire comme le meilleur, The Last Man on Earth n’a jamais la créativité d’un Dan Harmon, mais dans son cadre, la série n’est jamais catastrophique.


Il y avait peut-être mieux à faire mais The Last Man on Earth se révèle être un rendez-vous hebdomadaire agréable qui, s’il ne surprend pas, a le mérite – et pas des moindres – de faire rire. C’est idiot, c’est vulgaire, lourd, pas brillant, mais porté par une troupe d’acteurs présents et bien dessinés. Ça ne vaut pas un Emmy Awards, mais The Last Man on Earth nous permet de changer d’air. On la retrouvera avec plaisir l’an prochain.

0 commentaires:

Publier un commentaire