Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

dimanche 27 septembre 2015

Cycle Tarkovski #5 : Le Miroir (1975)


LE MIROIR (1975)
CYCLE ANDREÏ TARKOVSKI
AVEC MARGARITA TEREKHOVA, OLEG YANKOVSKI, ANATOLI SOLINITSYNE

Au centre de la filmographie infiniment complexe d’Andreï Tarkovski se cache Le Miroir – sans doute son œuvre la plus personnelle, la plus exigeante et étonnement, la plus simple. Il n’est pas difficile de passivement interpréter le quatrième long-métrage du russe comme une succession chaotique d’images, certes splendides, mais témoignant d’un rejet inconséquent d’une narration classique. Affirmation réductrice, mais pas totalement infondée : si Le Miroir est une expérience intime pour son cinéaste, elle l’est de la même façon pour son spectateur.


Le Miroir est un cheminement mental – Tarkovski formule son film comme on parcourait ses pensées. Il n’y a pas d’introduction, il n’y a pas de fin ; les images naviguent, s’entremêlent, interagissent entre elles – simples souvenirs d’enfance incertains ou regrets prononcés de nos erreurs passés. Pour faire court, Le Miroir n’est pas une œuvre sur la mémoire, elle est la mémoire. C’est peut-être ce qu’il y a de plus déstabilisant dans cet essai, il ne s’agit pas de s’abandonner et de se laisser simplement porter par le flot pictural de la caméra, mais il ne s’agit pas non plus de vouloir interpréter à outrance le symbolisme marqué de l’architecture tarkovskienne. Pour apprécier comme il se doit Le Miroir, il faut faire preuve d’empathie – s’enrichir des sensations que peuvent procurer chaque image, chaque scène et chaque personnage, car c’est là le cœur de Le Miroir : n’en retenir, comme d’un souvenir lointain, que le rugissement terrifiant d’une cabane en feu ou l’admiration candide et passionnée d’un livre d’art.
Philosophe dans Solaris, peintre dans Andreï Roublev, Tarkovski est ici poète : la rythmique des images, la mélancolie amère du passé que l’on se remémore sur son lit de mort, les rimes du temps qui passe, composent et ornementent son cinéma, ici poussé à son humanité la plus accomplie. Une agonie spirituelle, tragique et bouleversante – les sensations se passent de mots, les images font le reste ; car Tarkovski est un artisan comme il en existe très peu. Ce n’est pas seulement une question d’esthétique, mais aussi de sémantique : son cinéma déborde d’intelligence, de profondeur et de précision.


Le Miroir ; celui de la vie, celui de l’homme qui regarde rétrospectivement son existence lorsque la faucheuse frappe à sa porte et qui, dans une ultime rédemption, tente de pardonner ses erreurs, ses fautes et de faire le deuil de ses regrets. Tarkovski évoque notre auto-perception, le rejet de nos failles les plus profondes. Le Miroir est un chef d’œuvre à la gloire de l’imperfection humaine, une ode bouleversante aux égoïstes comme aux généreux, aux mélancoliques comme aux euphoriques, parce qu’au fond, ils partagent tous la même qualité : leur humanité.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire