Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

jeudi 7 janvier 2016

And Then There Were None - Mini-série


MINI-SÉRIE BBC1
Créée par Sarah Phelps
-------------

Produite par la BBC à l’occasion du 125ème anniversaire de la naissance d’Agatha Christie, tout comme Partners in Crime l’été dernier, And Then There Were None est l’adaptation du roman le plus célèbre, le plus transcendant et probablement le plus brutal de la célèbre auteure britannique : Dix Petits Nègres, huis clos insulaire où dix inconnus se retrouvent à faire face aux jeux de leur mystérieux hôte. Pilier du polar à l’influence difficilement mesurable, c’était un défi aussi passionnant que courageux – à cette occasion, les moyens ont d’ailleurs été mis en place : au scénario, Sarah Phelps, l’une des scénaristes phares des récentes fictions de la BBC (The Casual Vacancy, Great Expectations ou encore Sirens) ; au casting, rien de moins que Charles Dance, Sam Neill, Burn Gorman ou encore Toby Stephens.


Dès l’introduction du pilote, le ton de cette adaptation est donné. On pense dès le départ à Shutter Island, avec ces orchestrations sombres et vibrantes, ces longs plans d’ensemble et ces couleurs marécageuses ; et c’est bien cette direction que la mini-série choisit pour les deux épisodes suivants. Une ambiance très modernisée dans son style, dans sa noirceur psychologique, dans son écriture. Dans une certaine mesure, l'atmosphère est fidèle au roman de Christie : elle y est juste plus prononcée. Les lecteurs du livre ne seront pas perdus, car si on retrouve des changements dans la construction (notamment dans la dernière partie), dans les dialogues et même dans l’évolution des personnages, le matériel d’origine est respecté.
Une forme oppressante, claustrophobe et décadente qui peut parfois être étouffante. On sent les effets forcés, tandis que d’autres (notamment les flashbacks) laissent perplexes. Ils servent la narration mais freinent l’immersion. Immersion qui, dans Dix Petits Nègres, atteignait son paroxysme dans la conclusion profondément choquante et mystique, qui perd ici de sa force dans l’interprétation intelligente mais moins mémorable de la célèbre scène finale. Un changement malin mais qui remet en question la vision très linéaire du récit choisie par Sarah Phelps. Finalement, l’adaptation est solide mais sans personnalité, et c’est là sa plus grande limite.
Le casting est pourtant absolument impeccable. Aucune fausse note dans ce défilé des plus brillants acteurs du petit écran d’outre-manche. Si l’une des failles du roman était la relative simplicité des protagonistes ; ils sont ici parfaitement interprétés, donnant à ces figures connues une profondeur supplémentaire, une voix et un relief. Au théâtre, cela serait suffisant, mais la télévision mérite un investissement en plus.


Dix Petits Nègres bouleversait des codes de la plus brillante des manières, révolutionnant en silence les traits reconnaissables du roman christien. L’erreur de And Then There Were None c’est d’y appliquer une forme ni originale, ni incroyablement maîtrisée, illustrant d’une manière bien timide cette leçon d’écriture et de construction romanesque. On la recommandera pour les amateurs du bouquin et les spectateurs en recherche d’un polar divertissant – mais on attend toujours une relecture digne du livre original.


1 commentaires:

  1. C'est exactement ce que j'ai ressenti quand j'ai regardé les 3 épisodes de cette série, même si c'est mieux écrit dans cet article.

    Quand je me suis mis devant cette série, j’espérais retrouver la noirceur des 10 petits nègres avec une lente décente aux enfers et dans la paranoia, et j'ai été surpris de cette ambiance qui a en fait le même degré de noirceur du début à la fin. C'est dommage, parce qu'il y a de bonnes idées, mais comme la réalisation reste toujours la même, les moments les plus forts n'ont pas plus d'intensité.

    Certaines scènes du roman sont inadaptables, comme ce passage ou la narration passe dans la tête des différents personnages, dont celle de l'Assassin, sans qu'on sache qui il est. Mais la série passe à coté du génial potentiel cinématographique de certains passages du livre (comme par exemple le moment où les personnages se rendent comptent qu'il ne peut pas y avoir de 11e personne sur l'île, la noirceur de la comptine, la paranoia sourde, ou le face à face des "deux petits nègres"). Pire, la série permet même de deviner assez facilement qui est le coupable avant la révélation finale (je n'en dis pas plus pour ceux qui n'ont pas lu ou vu).

    Cela dit, j'ai passé un bon moment devant cette série avec le casting au poil (surtout l'actrice jouant Vera qui est une bonne surprise), et surtout pour les nouvelles idées qui fonctionnent bien à l'écran. Mais comme tu dis, il faudra attendre pour une relecture à la hauteur du style d'écriture. C'est dommage car on n'est pas passé loin.

    RépondreSupprimer