Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

mercredi 27 janvier 2016

Spotlight


SPOTLIGHT (2016)
RÉALISÉ PAR TOM McCARTHY
AVEC MICHAEL KEATON, MARK RUFFALO, RACHEL McADAMS
-------------

Tom McCarthy est une figure étonnante du cinéma indépendant américain, se figeant depuis ses débuts – à partir du touchant The Station Agent – dans la poursuite d’une sobriété de forme indéfectible, témoignage d’une éthique de cinéaste qui se refuse à rendre haletant ce qui est, par définition, anti-spectaculaire. Ce n’est pas vraiment un hasard qu’il soit d’ailleurs si proche de David Simon – pour lequel il passa devant la caméra le temps de la dernière saison de The Wire – et ce Spotlight, qui n’est pas tant un film sur les dessous d’un scandale que sur les coulisses de la presse américaine, en est la preuve irréfutable.


Le crédo de Spotlight comme de ses personnages, c’est la rigueur. Dans le dispositif quasi-documentaire et anti-esthétisant qu’il s’impose de la première à la dernière minute de son film, McCarthy se projette – d’une certaine manière – dans le costume d’un journaliste. Il n’évoque pas une affaire de pédophilie par le prisme du Boston Globe, non : McCarthy évoque l’histoire de ces investigateurs, ceux qui mènent l’enquête sur des mois, des années, pour faire éclater la vérité. D’une certaine façon on est très proche du JFK d’Oliver Stone ou du Les Hommes du président d’Alan J. Pakula – mais loin de McCarthy l’idée d’adopter cette atmosphère paranoïaque qui régnaient dans les deux œuvres sus-cités. On est ainsi davantage dans le document historique et sociologique que dans le thriller, et c’est ce qui fait toute l’intelligence de Spotlight : exposer sans se précipiter, réfléchir avant d’agir, construire plutôt que sensibiliser.
Spotlight livre une profession de foi, mais contrairement à un certain Aaron Sorkin et son The Newsroom, il ne la trahit pas, ne s’exerçant pas à l’excès de style ou à la leçon de morale. Il montre, il filme, et ne s’éparpille pas. En témoigne le désintérêt du réalisateur pour la vie privée de ses protagonistes, évoquée au coin d’un dialogue et dont il laisse toute la complexité à l’interprétation du spectateur. Aucun de ces personnages n’est pour autant plat, car derrière la profondeur des regards, les non-dits et les sous-entendus subtilement prononcés, McCarthy raconte énormément. De la déontologie chancelante, aux remords en passant par les relations muettes ; finalement, le cinéaste nous parachute dans un monde possédant ses propres règles. Et s’il ne passe pas trois pages de scénario à les édicter, il les dessine lentement, au détour d’une scène. Quoi de mieux pour filmer ce casting en or massif, dont on retiendra la performance hallucinante de Liev Schreiber, dans le meilleur rôle de sa carrière, mais aussi un Mark Ruffalo qui ne démérite pas sa nouvelle nomination aux Oscars.


Film rigoureux sur la rigueur, film-document sur la documentation ; la nouvelle réalisation de McCarthy est non seulement son meilleur long-métrage, mais aussi une démonstration carrée d’orfèvrerie, imperturbable, ne répondant pas aux sirènes de la démagogie et dépeignant avec une précision et une objectivité admirables un sujet que beaucoup auraient auraient traité avec prosélytisme. Pour faire court, tout le contraire de l’Église.

1 commentaires:

  1. J'ai du mal à donner mon verdict sur ce film. Bien sûr, le regard sur le journalisme d'investigation est très intéressant mais cette absence totale de stylisation nous enferme dans une certaine lassitude (déjà que le sujet est dur) de là à se demander si un documentaire n'aurait pas été mieux.
    Sur Schreiber, je suis carrément d'accord, il est excellent dans ce film.

    RépondreSupprimer