Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 11 avril 2016

Black Sails - Saison 3


SAISON 3 STARZ
Créée par Jonathan E. Steinberg, Robert Levine
-------------

Difficile de ne pas aimer les belles histoires, et Black Sails en est une. Il y a deux ans on découvrait une première saison inégale, bavarde même si visuellement réussie, et globalement peu passionnante à cause de sa rythmique mal agencée. Déjà l’an dernier, la série de pirates de Starz montrait de nouvelles couleurs pour se clôturer lors d’un final en apothéose. Mais en 2016, une nouvelle étape est franchie : pour notre plus grand plaisir, la saison 3 de Black Sails s’est révélée comme l’un des plus grands moments de cette saison télé.


Construisant lentement mais sûrement une mythologie enivrante et complexe, Black Sails a surtout réussi à se créer des personnages malléables, qui se sont métamorphosés au fil des intrigues et des cadres, brisant les clichés et l’étiquette très premier degré qu’ils se traînaient jusque-là. Pour faire court, Black Sails est une série qui a su se transcender, prendre son temps pour mieux se révolutionner et proposer une expérience sans cesse enrichie de figures plus profondes, d’intrigues plus palpitantes, de scènes plus impressionnantes – à l’image de cette course-poursuite en diligence filmée en un incroyable plan-séquence.
Ce troisième acte fut un quasi-sans-faute, aucune véritable faiblesse de fond comme de forme, tandis que le roman de Stevenson prenait peu à peu forme sous nos yeux. Mais au-delà de son écriture très solide, c’est la direction visuelle de Black Sails qui force l’admiration – effets spéciaux d’un niveau cinématographique, accompagnés d’un travail exemplaire sur la bande sonore et de décors majestueux. Si ce n’était pas pour Game of Thrones, Black Sails serait le plus beau blockbuster télévisuel – élégant et époustouflant, à tel point qu’on pourrait lui espérer une diffusion estivale, adaptée à son soleil omniprésent.


Passer, en seulement deux ans, d’un period drama un peu fade au divertissement le plus stimulant du petit écran, c’était difficile mais Black Sails s’en tire avec les honneurs. A recommander, encore et toujours, car alors que ces autres Vikings s’attirent toute la gloire, la plus grande attraction du petit écran, elle est sur Starz et elle met en scène des pirates. De ce cadre de fantasmes, les auteurs ont su en tirer de véritables moments de bravoure et des personnages tout simplement brillants. A déguster sans modération.

0 commentaires:

Publier un commentaire