Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

dimanche 26 juin 2016

Orange is the New Black - Saison 4


SAISON 4 NETFLIX
Créée par Jenji Kohan
-------------

Après un troisième acte aussi décevant qu’inepte, on attendait de Orange is the New Black qu’elle retrouve les couleurs de ses premières saisons tout en parvenant à renouveler ce qui était devenu une routine scénaristique : l’impression que les personnages et leurs évolutions avaient déjà atteint leur climax à la fin de la saison 2, complétée à celle que la création de Jenji Kohan avait « sauté le requin » plus tôt qu’on ne l’aurait prévu.


Il y a, dans cette saison 4, un semblant d’amélioration. Les scénaristes semblent toujours parvenir à dénicher des fils rouges vaguement inventifs. Pourtant, derrière la bonne tenue des intrigues, difficile de ne pas regretter la fadeur des têtes d’affiche sur lesquels la série ne semble plus avoir grand-chose à dire. Une difficulté certaine pour une œuvre qui se repose autant sur la qualité des protagonistes, et qui n’est pas sans rappeler les deux dernières saisons de son homologue masculin, Oz, dont les deux dernières années n’avaient trouvé comme moteur narratif que l’arrivée régulière de nouveaux prisonniers.
Le point fort de cette nouvelle salve d’épisodes, c’est qu’elle parvient à équilibrer deux de ses facettes avec pas mal de réussite : celle du soap lors des premiers épisodes, qu’elle assume pour la première fois totalement, et celle du mélodrame en fin de saison, avec tous les rebondissements et procédés tire-larmes qu’on était en droit d’attendre d’elle. En faisant cohabiter ces deux aspects, Orange is the New Black contente les deux extrêmes de son audience tout en se heurtant à une problématique de forme : à jouer sur tous les fronts, elle perd de sa subtilité. Les méchants sont nanardesques, les séquences émotions poussives et prévisibles – cela n’empêche pas la machine de fonctionner : entre quelques épisodes qui frôlent parfois la catastrophe, Orange is the New Black livre quelques scènes remarquables.


Difficile de prendre du recul sur une saison aussi irrégulière qu’anecdotique. Cela est certes plus réussi que l’an dernier, mais on s’inquiète que la dramédie Netflix ne se heurte bientôt à un mur : a-t-elle encore beaucoup à raconter ? Car cela commence à sérieusement tourner en rond, et on voit difficilement la prison de Litchfield parvenir à être encore pertinente en 2019 – puisqu’elle a été renouvelée jusque-là. Peut-être faudrait-il qu’elle apprenne à abandonner ou transcender ses protagonistes, dont la plupart ne sont guère plus que des stéréotypes de ce qu’ils étaient dans le pilote.

2 commentaires:

  1. J'ai pas tout à fait fini cette saison, mais elle me plait bien. La précédente aussi d'ailleurs.

    Ok, c'est moins incisif et écrit que les deux premières saisons, mais j'aime vraiment les personnages, et il y a suffisamment de monde à Litchfield (c'est le cas de le dire) pour ne pas s'ennuyer, même si certains arcs sont copiés collés sur d'autres personnages.

    Ca tourne peut-être un rond, mais ça fait des bons looping, les dialogues sont bien joués et je trouve qu'on passe sans problème des stéréotypes à des moments assez humains.

    En fait, je regarde trop de séries sérieuses en ce moment, et j'ai du mal avec les séries uniquement de comédies. Alors Orange a le parfait équilibre pour moi et me tire même de belles émotions de temps en temps (comme Elementary ou Scrubs, mais Orange est meilleure).

    Bref, tout ça pour dire que je suis d'accord (ce qui doit te faire une belle jambe), mais que jusque là, ça me va très bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que l'ambiance est plus légère que dans Oz !

      Supprimer