Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

dimanche 5 juin 2016

Warcraft : Le Commencement


WARCRAFT : LE COMMENCEMENT (2016)
RÉALISÉ PAR DUNCAN JONES
AVEC TRAVIS FIMMEL, PAULA PATTON, TOBY KEBBELL
-------------
Un commencement, vous dites ? Même si ce sous-titre est l’œuvre de la distribution française, il est cependant évident que Warcraft n’a jamais caché ses ambitions de faire de la célèbre franchise vidéoludique de Blizzard un produit grand public qui pourrait être regardé sans connaissance préalable de l’univers du film. Premier objectif raté : Warcraft – Le Commencement (puisqu’il s’agit du potentiel premier volet d’une saga cinématographique) est un produit d’initiés. Contrairement à ce qu’avait su réaliser Peter Jackson avec la Terre du Milieu, Duncan Jones et ses scénaristes peinent dans un premier temps à établir les ressorts du monde qu’ils dépeignent. Du name-dropping à tout-va, des personnages introduits très rapidement, un récit maladroitement construit… Novices, accrochez-vous, car Warcraft fait d’un geste compliqué ce qu’il aurait pu faire simplement.


C’est bien là la plus grande faille du film : son scénario. Non le fait qu’il soit classique, puisqu’il ne l’est pas vraiment, s’extirpant assez habilement du carcan tolkienien ; non plus le fait qu’il soit sage, puisqu’il parvient à dresser d’intéressantes réflexions sur le nationalisme, la xénophobie et le choc des civilisations – un sujet qui, en ces temps d’immigration à grande échelle depuis les zones de guerre, possède un écho certain.
Le problème de Warcraft, c’est qu’il ne sait pas raconter une histoire. Le temps de définir les personnages n’est jamais pris, leurs origines effleurées, leurs motivations évoquées une fois sur deux. Tout va trop vite, l’intrigue n’a pas le temps d’amorcer ses enjeux qu’on en est au dernier acte. On a d’ailleurs appris, en marge de la sortie du film, que pas moins de quarante minutes avaient été coupées avant sa sortie en salles : faut-il voir dans ce storytelling catastrophique un charcutage économique ? Reste que l’œuvre que l’on nous offre est telle qu’elle est actuellement, et qu’il est trop tard pour chercher des excuses.
C’est d’autant plus dommage que, bien loin du naufrage visuel annoncé, Warcraft est plutôt joli à regarder. La bouillie numérique y trouve une sorte d’apogée, un opéra kitsch qui, avec ses costumes over-the-top et ses mages hippies, rappellerait presque Excalibur de John Boorman. Le rendu des orques est par ailleurs troublant de réalisme, notamment dans la vivacité de leurs regards.


Ces quelques qualités ne peuvent rattraper le manque de pédagogie de Warcraft. Les thèmes sont intéressants, le scénario aurait pu l’être, mais le résultat final n’est rien de plus qu’un brouillon frustrant qui parvient tout juste à éviter la catastrophe. Cela-dit, on en attendait Le Septième Fils, aura eu Le Prince Caspian. De la fantasy du dimanche soir, mais cela est si rare qu’il est difficile de faire la fine bouche : ce n’est ni follement épique, ni vraiment engageant, mais le divertissement est (plus ou moins) là.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire