Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 5 juin 2016

Warcraft : Le Commencement


WARCRAFT : LE COMMENCEMENT (2016)
RÉALISÉ PAR DUNCAN JONES
AVEC TRAVIS FIMMEL, PAULA PATTON, TOBY KEBBELL
-------------
Un commencement, vous dites ? Même si ce sous-titre est l’œuvre de la distribution française, il est cependant évident que Warcraft n’a jamais caché ses ambitions de faire de la célèbre franchise vidéoludique de Blizzard un produit grand public qui pourrait être regardé sans connaissance préalable de l’univers du film. Premier objectif raté : Warcraft – Le Commencement (puisqu’il s’agit du potentiel premier volet d’une saga cinématographique) est un produit d’initiés. Contrairement à ce qu’avait su réaliser Peter Jackson avec la Terre du Milieu, Duncan Jones et ses scénaristes peinent dans un premier temps à établir les ressorts du monde qu’ils dépeignent. Du name-dropping à tout-va, des personnages introduits très rapidement, un récit maladroitement construit… Novices, accrochez-vous, car Warcraft fait d’un geste compliqué ce qu’il aurait pu faire simplement.


C’est bien là la plus grande faille du film : son scénario. Non le fait qu’il soit classique, puisqu’il ne l’est pas vraiment, s’extirpant assez habilement du carcan tolkienien ; non plus le fait qu’il soit sage, puisqu’il parvient à dresser d’intéressantes réflexions sur le nationalisme, la xénophobie et le choc des civilisations – un sujet qui, en ces temps d’immigration à grande échelle depuis les zones de guerre, possède un écho certain.
Le problème de Warcraft, c’est qu’il ne sait pas raconter une histoire. Le temps de définir les personnages n’est jamais pris, leurs origines effleurées, leurs motivations évoquées une fois sur deux. Tout va trop vite, l’intrigue n’a pas le temps d’amorcer ses enjeux qu’on en est au dernier acte. On a d’ailleurs appris, en marge de la sortie du film, que pas moins de quarante minutes avaient été coupées avant sa sortie en salles : faut-il voir dans ce storytelling catastrophique un charcutage économique ? Reste que l’œuvre que l’on nous offre est telle qu’elle est actuellement, et qu’il est trop tard pour chercher des excuses.
C’est d’autant plus dommage que, bien loin du naufrage visuel annoncé, Warcraft est plutôt joli à regarder. La bouillie numérique y trouve une sorte d’apogée, un opéra kitsch qui, avec ses costumes over-the-top et ses mages hippies, rappellerait presque Excalibur de John Boorman. Le rendu des orques est par ailleurs troublant de réalisme, notamment dans la vivacité de leurs regards.


Ces quelques qualités ne peuvent rattraper le manque de pédagogie de Warcraft. Les thèmes sont intéressants, le scénario aurait pu l’être, mais le résultat final n’est rien de plus qu’un brouillon frustrant qui parvient tout juste à éviter la catastrophe. Cela-dit, on en attendait Le Septième Fils, aura eu Le Prince Caspian. De la fantasy du dimanche soir, mais cela est si rare qu’il est difficile de faire la fine bouche : ce n’est ni follement épique, ni vraiment engageant, mais le divertissement est (plus ou moins) là.

0 commentaires:

Publier un commentaire