Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 1 janvier 2018

The Florida Project


THE FLORIDA PROJECT (2017)
RÉALISÉ PAR SEAN BAKER
AVEC BROOKLYNN PRINCE, BRIA VINAITE, WILLEM DAFOE
-------------

Deux ans après le succès critique inattendu de Tangerine, entièrement réalisé à l’aide d’un iPhone 5, le cinéaste américain Sean Baker remplace la Californie par la Floride pour son sixième long-métrage : The Florida Project suit le quotidien d’un groupe de gamins et de leur entourage dans un motel précaire rose-bonbon des banlieues pauvres de Disney World. Le « Florida Project », c’était à l’origine le nom que Walt Disney donnait à son projet de parc d’attractions ; c’est ce dernier qui est d’ailleurs le véritable personnage principal du film de Sean Baker, alors qu’il n’y apparaît (presque) pas.


Tout commence un peu comme un La Guerre des Boutons façon white trash. C’est presque comme si Larry Clark avait décidé de situer son remake du classique d’Yves Robert dans les décors d’une zone commerciale flashy que n’aurait pas renié Wes Anderson. The Florida Project n’a cependant ni la sensualité crasseuse d’un Clark, ni l’esthétisme systématique et absurde d’un Anderson, ni la bonhomie d’un Robert. Tantôt drôle et tantôt bouleversant ; tantôt électrique et tantôt poétique ; tantôt enfantin et tantôt drame social ; tantôt durement réaliste et tantôt fantastique, Baker croise les styles et livre autant une œuvre plurielle, follement créative et surtout profondément attachante.
Ses personnages débordent d’une humanité toute particulière. Leurs imperfections et leurs comportements dangereux (à la limite du repoussant, comme cette mère immature ou cette gamine espiègle au langage de charretier) leurs donnent une volupté incroyable, faisant d’eux des matériaux de cinéma passionnants, profonds et captivants. Ils sont les héros de cette fable anarchique, où les princesses Disney paient leur loyer en vendant des parfums contrefaits, où le Royaume Enchanté ressemble à une gigantesque aire d’autoroute et où le Saint Graal est un cornet de glace acheté en faisant la manche auprès des touristes. Malgré son univers visuel aux couleurs saturées, The Florida Project est une histoire de contraste, celui qu’il y a entre le château de la Belle au bois dormant et son ombre terrassante, entre le rêve américain et son dérèglement total, à travers la dure réalité d’un monde qui vous a laissé sur le bord de la route.


Toute l’intelligence de The Florida Project, c’est d’éviter tout jugement, qu’il s’agisse de ses personnages ou de ses spectateurs. Si on est bien dans le mélodrame, le film de Baker est bien plus que cela : c’est une ode à la marginalité, c’est une ultime lamentation face à des rêves inatteignables, c’est un cri de douleur d’une dignité et d’une fierté sans égal, mais c’est surtout un somptueux long-métrage, décadent et lumineux, qui nous amuse pendant une heure et demie avant de nous déchirer le cœur en deux. Si simple, et pourtant si monumental.

1 commentaires: