Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 5 octobre 2011

Destination Finale - The Dinner - Fish and Chips

Destination Finale surprend. La scène d'ouverture est absolument géniale, une monté en puissance de paranoïa très bien pensée. Le fait de voir la prochaine victime, et de la voir vaquer à ses occupations avec la Mort qui rôde est affreusement bien pensé : on ne sait pas quand ça va tomber, mais on sait que ça va tomber. Doté d'une mise en scène de qualité de la part d'un très bon James Wong, d'acteurs convaincants, Destination Finale est un anti-slasher puisque le tueur est la Mort elle-mêle. Les règles sont bouleversés, et le tout se révèle un excellent plaisir coupable qui fait revivre un filon qu'on croyait mort depuis un bout de temps. Intelligent, malin, et doté d'un humour noir loin d'être détestable, Destination Finale est un excellent film horrifique dans la veine des plus grands succès du maître Wes Craven, qui serait sans doute fier de sa descendance. Début d'une longue saga aussi, dont il est surement l'un, si ce n'est le, meilleur opus. A découvrir pour les fans de slasher et films d'Horreurs avec des ados à la Craven.

Réalisé par James Wong. Avec Devon Sawa, Ali Larter, Kerr Smith, Seann William Scott . USA 2000. 98 minutes.



Aussi incroyablement surprenant que cela puisse paraître, le génial réalisateur de "Mon beau-père et moi" évite de faire de son The Dinner une pale copie de l'original Dîner de cons, la meilleure comédie française jamais réalisée. Là où Taxi US ou Les Visiteurs en Amérique se révélaient trop semblables à l'original, The Dinner accentue la relation entre l'invité et celui qui invite, ne reléguant le dîner final qu'à une seconde position. Steve Carell est plutôt bon et parfois marrant mais surtout au niveau de l'humour, justement, que ça coince. Parce que ça se révèle vraiment trop con et trop lourd pour nous faire vraiment rigoler. Quelques bonnes idées mais ça tourne au vinaigre et passé la première heure on s'ennuie ferme. Le dîner tant attendu se révèle trop court pas assez drôle. Le Générique de fin révèle quelques bonnes trouvailles et relève ma note d'une demi étoile. The Dinner n'arrive même pas à la cheville du film original dont il est inspiré mais évite la catastrophe annoncée, sur ce point, le film se révèle une bonne surprise mais reste lui aussi bien loin des comédies US de qualité.

Réalisé par Jay Roach. Avec Steve Carell, Paul Rudd, Stephanie Szostak. USA 2010. 104 minutes.



 Terriblement drôle, terriblement intelligent, Fish and Chips c'est réellement le très haut du panier de la comédie, l'une des meilleures jamais faites et peut-être la meilleure comédie anglaise que j'ai vu avec les Monty Python et les Edgar Wright. C'est salace, c'est bien caricatural, c'est très anglais malgré que le film se concentre sur une famille Pakistanaise, mais c'est surtout et avant tout, excellemment intelligent. Car en plus de faire rire, Fish and Chips se révèle une critique sociale terriblement grave et dramatique, dénonçant de nombreux aspects de notre société et aussi de la religion (qu'elle soit islamique ou autre, hein). Les acteurs sont géniaux, l'Angleterre des années 70 est magnifiquement reconstitué et la réalisation derrière ses aspects classiques vraiment bien foutu. Bref, Fish and Chips est un chef d’œuvre, un superbe film à voir et à revoir, on ne s'en lassera jamais. A ne pas louper, car c'est vraiment du grand génie, qui mériterait à être largement plus connu. A voir sans hésiter.

Réalisé par Damien O'Donnell. Avec Om Puri, Linda Bassett, Jimi Mistri. GB 2000. 96 minutes.

 

0 commentaires:

Publier un commentaire