Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

mercredi 31 octobre 2012

Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté

Réalisé par Laurent Tirard
Avec Gérard Depardieu, Edouard Baer, Guillaume Gallienne
Comédie française (2012)

Résumé :


50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d'envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne.
La victoire est rapide et totale. Enfin... presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains… Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Et c'est loin d'être gagné.
Quand Jolitorax arrive pour demander de l'aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu...


Avec le recul, la saga Astérix et Obélix reste tout de même plutôt intéressante : tant de films, réalisés par des "maillons" du cinéma comique français, avec un défilé de stars assez incroyable qui n'est sans rappeler, même si la comparaison semble assez étonnante, la saga Harry Potter outre-manche qui a vu passer toutes les stars du cinéma anglais au casting. La comparaison  s'arrête ici. Débutée en 1999 par Claude Zidi avec Astérix et Obélix contre César, personnage important du paysage comique français de 1970 à 1990, avec entre-autres Les Sous-doués, pas mal de Charlots, de De Funès, sans oublier ses collaborations avec Coluche dont Inspecteur la Bavure, Banzaï entre autres, ainsi que Les Ripoux ou La Totale, on ne peut que dire que c'était pourtant moyennement parti : le premier volet était parfois drôle et plutôt rigolo la première fois, mais passé ce moment là paraissait bien fade et ne valait que pour le défilé conséquent de stars (Clavier, Depardieu, Galabru, Benigni, Prévost, Palmade, Casta, Dombasle, Sim, Castaldi...). Alors que ce premier volet était dans la tenu de la comédie oldies has-been, le second est pris en charge par Alain Chabat, qui décide d'insérer à son film l'humour des Nuls et de Canal +. Finalement, le film reste à ce jour le meilleur de la saga : drôle, décalé, Astérix et Obélix : Mission Cléopatre si il n'a pas plus à Uderzo restera encore pour longtemps le meilleur Astérix, tant son statut de film générationnel encore aujourd'hui n'est plus à démontrer. La troupe du Splendide pense un temps à prendre la suite, mais Uderzo, dégoûté par la vision trop personnelle de Chabat, refuse, et le Splendide s'occupe des Bronzés 3. C'est ainsi que c'est le tandem Langmann (fils de Claude Berri) - Forestier qui prend en charge le film. Défilé démentiel de stars, plus gros budget de l'histoire du cinéma français, ce sera finalement une grosse daube qu'on a oublié très vite. Le quatrième volet, Au service de sa Majesté, est confié à Laurent Tirard, réalisateur entre autres du Petit Nicolas.


Commençons simplement : Au service de Sa Majesté n'est pas au niveau de Mission Cléopâtre, mais reste grandement supérieur au terrifiant Jeux Olympiques. Edouard Baer, succédant au piètre Cornillac et à Clavier qui se croyait encore dans Les Visiteurs, est en tout cas le meilleur Astérix de la saga. Au niveau du casting c'est surtout ce qu'on retiendra : mis à part Luchini un peu fade en César, surtout en comparaison de Alain Delon qui était le seul point positif des Jeux Olympiques, les acteurs se donnent énormément et sont tous très convaincants, en particulier donc Baer, Depardieu et Gallienne. Les performances d'acting ne font pas tout, et passé les bonnes surprises de ce côté là, le reste reste médiocre voir mauvais. Si les références à Orange mécanique ou 300 en feront sourire quelques uns, ainsi que quelques dialogues bien ficelés, le film reste bien pauvre en terme de dialogues et le nombre de gags, si élevé dans le film de Chabat, est ici réduit à un chiffre avare, puisque beaucoup d'entre eux reste globalement niais et dans un esprit trop enfantin.


Ce quatrième volet si il est loin d'être le pire, est à peu près du niveau de celui du Zidi même si les deux n'ont rien à voir. Disons que ça plaira à un grand public, car le tout reste globalement pauvre et même si ça peut plaire aux gosses, le manque de moments vraiment drôles et relativement répartis finit par laisser de marbrer. Au moins reconnaissons à Tirard qu'il a sut livrer un film énergique, bien différent des trois premiers et que son approche de l'univers est plutôt bonne. Après, il est clair qu'on était en droit d'en attendre plus, et que le cinquième volet, si il y a, sera meilleur - et espérons moins anecdotique. Car c'est un peu ce qu'est Au service de Sa Majesté : un film de plus dans la saga, qui est finalement très vite oublié, encore plus vite que les JO peut-être.

2 commentaires:

  1. J'ai hésité à aller le voir et finalement je n'y suis pas allé. Faut croire que j'ai bien fait ^^
    Sinon rien à voir, j'aurai une proposition à te faire, serait-il possible qu'on en discute par mail ou autre? Désolé de dire ça dans les commentaires, mais j'ai pas trouvé de moyen de te contacter x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du com =)
      Ça me fait d'ailleurs penser à ajouter un widget "contact" sur la droite du blog...
      Enfin bref, mon adresse mail :
      vivien-19@laposte.net

      Supprimer