Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

dimanche 6 janvier 2013

Top 40 des Meilleurs Films de 2012


Ainsi s'achève 2012 - année du Jugement dernier, année d'élections, année de cinéma aussi. Enfin bref - au lieu de partir dans de la prose bancable, on va plutôt faire un (rapide) résumé de cette année - en 40 films, un top 40 des meilleurs films de cette année. J'ai pensé un temps faire un top 50 mais on est fous, très fous, donc on va faire succin. Les films qui n'en font pas partie mais qui aurait très bien put apparaître auront une petite note à la fin. On compte bien sur tous les films sortis en France en salles ou en Direct-to-DVD en 2012, ainsi ceux qui sont déjà sortis aux states et qui sont peut-être des chefs d'oeuvres comme The Master ou Lincoln ne font pas partie de ma liste, ou qui étaient sortis l'an dernier aux States comme Cheval de Guerre mais qui ont eut droit à une sortie tardive en France sont présents dans ce top pour leur part. Let's go, c'est partit les amis.

40 (ex-aequo) - VOYAGE VERS AGARTHA, de Makoto Shinkai, et ERNEST ET CÉLESTINE, de Benjamin Renner, Vincent Patar & Stéphane Aubier
Je voulais mettre absolument deux films d'animation : Ernest et Célestine et Voyage vers Agartha. J'arrivai pas à les départager tant ils n'ont rien à voir. Si bien que j'ai mis les deux. Oui, bon ça fait un top 41 mais osef - Voyage vers Agartha, nouvelle merveille de Makoto Shinkai sorti en direct-to-DVD sur le territoire français. L'animation est l'une des plus belles que j'ai vu dans de la japanim : les décors et les paysages sont superbes et malgré la comparaison évidente avec Le Voyage de Chihiro on est quand même devant un putain de bon film. Ernest et Célestine n'a rien à voir : production française peinte en mode "aquarelle", une animation splendide pour l'adaptation d'une série de livres que je n'ai pas lut. Deux merveilles, les deux superbes dans leur animation, et dans leur scénario - Ernest et Célestine qui plaira tant aux gosses qu'aux vieux, fascinant et prenant, Voyage vers Agartha qui derrière ses codes déjà vu livre une histoire poétique au final magistral.

39 - HUNGER GAMES, de Gary Ross
L'adaptation du bouquin de Suzanne Collins n'est certes pas parfaite - Ross a fait le con dans les scènes d'action épileptiques (si ce n'est pas les producteurs - ce qui m'étonnerait pas), mais le plus important c'est que le matériau difficilement adaptable est là, presque intact, la certaine profondeur du bouquin un peu diluée mais Hunger Games assure avec brio la relève Harry Potter - Twilight. On attend les suites, d'autant qu'elles devraient être bien plus intéressantes à l'écran, et devraient moins souffrir de la comparaison avec Battle Royale.

38 - THE INCIDENT, de Alexandre Courtès
Voilà le genre de Direct-to-DVD qui fait vraiment plaisir à voir. Réalisé par un clipper belge (me semble) avec un casting d'inconnus, The Incident a pourtant des airs de film de cinéma : une mise en scène glauque à souhait qui nous rappelle avec plaisir Shining, une troupe de bonnes "gueules" tant chez les infirmiers que chez les internés - The Incident : une grosse claque qui aurait mérité une sortie en salles. Courtès se classe aussitôt parmi les metteurs en scène à suivre - en espérant que The Incident ne représente qu'une partie de ce qu'il pourrait faire avec plus de moyens - surtout quand on voit l'ambiance de malade que dégage ce film.

37 - 21 JUMP STREET, de Phil Lord & Chris Miller
Les producteurs ils ont vendu ça comme une adaptation de 21 Jump Street mais finalement l'ambiance et le ton du tout n'ont strictement rien à voir avec la série originale : ce 21 Jump Street là est une comédie potache et délirante, frôlant parfois l'absurde le plus total. Une belle tranche de rire portée par deux acteurs en grande forme : Channing Tatum, meilleur de rôle en rôle, et Jonah Hill, qui depuis sa nomination aux Oscars n'est plus le même. Une réussite incontestable et pour le coup vraiment très drôle.

36 - MOONRISE KINGDOM, de Wes Anderson
Non, non et non. En faites je suis déçu que ce soit ce film de Wes Anderson qui accède à la notoriété, car il faut l'avouer, c'est loin très loin d'être le meilleur - certains le dise film de l'année, je dis NON. C'est certes un très bon film, mais quand on voit Fantastic Mr. Fox, Rushmore ou La Vie Aquatique qui étaient cent fois mieux on se demande pourquoi ce ne sont pas ces films là qui ont eut ce statut. J'avais été pas mal déçu par le film à sa sortie - j'avais même dit que c'était le moins bon film d'Anderson, mais avec le recul il est un peu remonté dans mon estime. Wes Anderson reste un metteur en scène que j'admire et Rushmore ainsi que Fantastic Mr. Fox font partie de mes films préférés.

35 - HOLY MOTORS, de Leos Carax
Beaucoup voient en Holy Motors le film de l'année - je dois dire que je peux les comprendre. Holy Motors est une expérience comme on en a qu'une seule dans la vie, un hommage au cinéma et un film si nostalgique qu'il en est dépressif. Bref, une belle grosse claque - malheureusement j'ai jamais été un fan absolu de Carax et ça m'a laissé un peu froid par moments. Bien que je ne peux que m'agenouiller devant le talent du film. Bon OK c'est complètement incohérent ce que je dis : je résume, je reconnais que c'est un très bon film, et je comprends ceux qui l'adorent mais moi j'aime pas trop Carax. Y a peut-être aussi le fait que le gros porc qu'il y avait devant moi dans la salle a lâché une grosse taule qui m'est resté dans le nez pendant une demi-heure. A revoir donc.

34 - KILLER JOE, de William Friedkin
J'en attendait tellement de ce Killer Joe. Alors oui le film est excellent, mais la déception fait que je l'ai mis si bas, alors qu'il aurait put mérité sincèrement un top 20. Si il avait été comme je me l'était figuré, il aurait même été premier si ça se trouve. Les acteurs restent des bombes et la scène de bain de sang final est tout de même un grand moment de cinéma - une expérience géniale de cette année mais Friedkin n'est finalement pas allé aussi loin qu'on aurait put l'y attendre, surtout quand on voit jusqu'où il était allé pour certains autres films (L'exorciste, French Connection, Bug) qui eux, se sont fait une place de choix dans le panthéon du cinéma. Une déception qui gâche en partie un excellent thriller à la mise en scène parfaite et au scénario en béton, interprété de manière parfaite par un McConaughey dans l'un de ses meilleurs rôles.

33 - L'ÉTRANGE POUVOIR DE NORMAN, de Sam Fell & Chris Butler
L'étrange pouvoir de Norman dont le seul défaut sera d'être sorti la même année que Frankenweenie car les deux films ont beaucoup à voir : si le Burton surpasse le film de Fell et Butler pendant les trois quarts du film, ce Paranorman reprend le dessus dans la dernière partie : la fin est bien plus belle, puissante et immortelle - j'ai lâché ma larme oui (le seul film cette année si je ne m'abuse qui a réussit à me faire ça), contrairement à Frankenweenie où le ending de Burton est bien moins intéressant. L'animation reste très belle et le tout est très drôle.

32 - TED, de Seth MacFarlane
On l'attendait pas nécessairement au tournant ce Ted : et pourtant, entre ses références branchées 80', son humour politiquement incorrect, ses acteurs énergiques et un ours en peluche exceptionnel, on a peut-être là l'une des comédies les plus drôles de l'année. La chanson du tonnerre est déjà culte. On en redemande. Seth MacFarlane pas très convaincant à la télévision a tout pour devenir l'un des meilleurs réalisateurs comiques de sa génération. On attend en tout cas avec impatience son prochain film.

31 - MAGIC MIKE, de Steven Soderbergh
Une réussite là où on ne l'attendait pas : Magic Mike est bien plus émotionnel qu'il ne paraîtrait, mais c'est avant tout le traitement fait par Soderbergh qui fait que le film marque réellement : sa mise en scène realistico-colorée est toujours aussi belle, et son tandem avec Channing Tatum lui sied vraiment. Surtout avec pour compléter le cast un Alex Pettyfer surprenant et un Matthew McConaughey qui est réellement devenu l'un des meilleurs acteurs américain du moment entre Magic Mike, La Défense Lincoln, Killer Joe, Mud et Paperboy.

30 - FRANKENWEENIE, de Tim Burton
Frankenweenie c'est le meilleur Burton depuis si longtemps qu'on en avait presque oublié que le réalisateur d'Ed Wood et de Edward aux mains d'argent était aussi capable de nous émouvoir. Autoremake d'un court-métrage déjà excellent, Frankenweenie dans son semi-hommage aux classiques de l'horreur et de la science-fiction excelle : surement l'Oscar du Meilleur Film d'Animation. On espère tout du moins. Car ce film bien plus personnel qu'en apparence est l'une de ces fables qui ne s'oublie pas.

29 - HASTA LA VISTA, de Geoffrey Enthoven
Je ne pouvais pas croire les critiques positives sur Hasta la Vista : un film flamand sur des handicapés en quête de dépucelage. Très peu pour moi. Surtout avec la promo American Pie-like faites autour, je me suis demandé si c'était vraiment ce que tout ceci laissait présager. Et bien non. Alors oui c'est prévisible de bout en bout, mais non ce n'est pas une comédie - malgré la fin tire-larme pas obligatoire (ils auraient put s'arrêter sur le visage de Gilles De Schrijver un peu avant, en gros plan sur Drawn to Flame de Papermouth) mais ça n'en reste pas moins super beau et pas sentimentalisme pour un sous dans son développement. Intouchables peut aller se coucher : sur l'handicap, Hasta la Vista est dix fois plus futé et plus touchant.

28 - ADIEU BERTHE, de Bruno Podalydès
Adieu Berthe fait aussi partie de ces films - comme Cosmopolis sorti aussi cette année - qui ont divisé de manière si puissante la presse et les spectateurs que je viens à m'en demander : suis-je donc un cinéphile élitiste refoulé ou mon jugement critique est-il entaché par une forte influence à aimer des films pourris ? Adieu Berthe m'a pourtant fait beaucoup rire : c'est complètement noir, de l'humour cradingue qui use de trucs pas drôles pour en rigoler avec un sérieux déconcertant. Le casting est incroyable et les moments complètement psyché (l'enterrement de mémé final, ou la rencontre avec les croquements de Obsecool) m'ont fait aimer ce truc qui n'a aucun sens. Mais bon ça se trouve j'ai des goûts de merde.

27 - ARGO, de Ben Affleck
Argo est une réussite. Ben Affleck prouve avec celui-ci qu'il a un réel talent de metteur en scène, bien plus que d'acteur - même si il excelle dans son propre film. Argo est un film simple mais un thriller entraînant, pas déplaisant d'un point de vu culturel, et très bien mis en scène. Le script inventif - même adapté d'une histoire vraie - fait du tout une réussite d'autant plus marquée de par son respect de la réalité historique qui va même jusqu'à la représentation quasi-parfaite de certains personnages (voir le générique de fin).

26 - L’ODYSSÉE DE PI, de Ang Lee
Le bouquin de Martel était une merveille - et on aurait put espérer que L'Odyssée de Pi soit encore meilleur. Ang Lee livre quand même un film profond et intense, à la fin grandiose et bien mieux amenée que dans le bouquin. Dommage que la première demi-heure soit catastrophique, car le tout est au final l'un des Films des Fêtes avec deux grands F. Puis les images sont incroyables de beauté, notamment grâce à une gérance de la photo irréprochable.

25 - THE DARK KNIGHT RISES, de Christopher Nolan
Oui, ce The Dark Knight Rises est imparfait, non ce n'est pas le film de super-héros ultime que tout le monde attendait (on l'a déjà eut grâce au Watchmen de Snyder mais personne s'en est rendu compte). The Dark Knight Rises n'est pas un navet. Loin de là. Personnellement, c'est même l'un de mes Nolan préféré avec Batman Begins, Insomnia et Following et c'est dire que j'aime pas ce metteur en scène. Rises se prend pas la tête - la mort ridicule de Marion Cotillard (non ceci n'est pas un spoile - tout le monde nous fait chier avec ça depuis des mois) en est la preuve. On l'oubliera peut-être à défaut d'oublier The Dark Knight tout-court mais on passe un excellent moment et c'était sans doute le but recherché par Nolan qui a au moins le mérite de s'être réinventé à chaque nouveau volet de sa trilogie.

24 - PROMETHEUS, de Ridley Scott
Ouais bon OK cette place est avant tout due à Michael Fassbender qu'on a jamais vu aussi bon - il est juste incroyable. Prometheus est certes imparfait mais certains moments de grâce font qu'il restera finalement dans l'inconscient collectif : ça n'a rien à voir avec Alien au final mais c'est du divertissement pur, parfois flippant, et qui a le mérite de dépoussiérer l'exploration spatiale qui était un peu en perte de régime depuis dix/vingt ans. Bon allez, je le redis une fois car c'est l'une des mes acteurs préférés : MICHAEL FASSBENDER !

23 - LES ENFANTS LOUPS, de Mamoru Hosoda
Mamoru Hosoda est un de mes réalisateurs de japanim' préféré - La Traversée du Temps était un chef d'oeuvre et Summer Wars était excellent. Si Les Enfants Loups n'égale aucun des d'eux (il aurait été dans le Top 10 sinon), il n'en est pas moins exceptionnel : beau, touchant, poétique et sensible, en gardant une certaine touche d'humour - c'est peut-être prévisible mais c'en est pas moins largement au-dessus des productions US d'animation sans aucune âme. Miyazaki n'a pas à s'inquiéter, la relève est assurée.

22 - UNE NUIT, de Philippe Lefebvre
J'avais été voir Une Nuit parce que je me faisais chier. Je connaissais que dalle du film. Même pas le résumé, c'est dire - ça avait été une grosse claque, car Une Nuit était avant tout un film super ambitieux qui retraçait une nuit parisienne vue par un agent de la brigade de nuit : d'un bordel à un bar, en passant par des magouilles de mafieux, un film marquant porté par un Roschdy Zem inspiré. A voir absolument tant la qualité en fonction de l'attente est foutrement exponentielle.

21 - ROYAL AFFAIR, de Nikolaj Arcel
Le cinéma scandinave ça pète et c'est pas nouveau. Alors quand le tandem Arcel-Mikkelsen décide de faire son Barry Lyndon ça donne Royal Affair. Un film d'époque dur et schyzo, pessimiste de bout en bout et carrément dépressif sur la faim. Bref, un grand favori pour le Meilleur Film étranger aux prochains Oscars : c'est beau, c'est glauque, et surtout on ne peut s'empêcher de se dire que Stanley Kubrick aurait été sacrément fière de sa descendance quand on voit la qualité d'écriture et de mise en scène du tout.

20 - LES BÊTES DU SUD SAUVAGE, de Benh Zeitlin
J'ai vu Les Bêtes du Sud Sauvage en toute fin d'année - sur le fil presque, mes séances de rattrapage habituelles. Les Bêtes du Sud Sauvage ne ressemble au final à rien de ce à quoi j'aurais put m'attendre. Adulte, très allégorique dans son approche, à déconseiller bien sur aux gosses. Zeitlin réalise un film fort et beau, au final incroyable et à certaines scènes qui servent de moments de grâce. Peut-être qu'on aurait put en attendre encore plus, mais Zeitlin a rempli parfaitement son cahier des charges en livrant l'un des meilleurs films de cette fin d'année.

19 - SUR LA ROUTE, de Walter Salles
Je ne connaissais pas ou presque le roman de Kerouac avant de voir le film de Walter Salles. Sur la Route en est effectivement l'adaptation - l'adaptation d'un roman psychédélique, fresque de la beat generation. Salles livre alors un road movie envoûtant à l'ambiance marquée et aux interprétations géniales. Sur la Route est imparfait et peut s'avérer chiant dans certains cas, mais l'interprétation de Garrett Hedlund notamment, mais aussi de Kristen Stewart sont incroyables - Hedlund est la réincarnation de James Dean c'est évident. Un très bon film qui aurait sans doute mérité meilleur accueil.

18 - CLOCLO, de Florent Emilio Siri
Cloclo c'est un peu le film qu'on attendait pas là. Je n'ai jamais apprécié Claude François, jamais apprécié ce qu'il chantait en acceptant quand même le fait que ça soit "mythique". Pourtant le film de Florent Emilio Siri a été une belle claque : tragique, énergique - certaines scènes, dont celles de concert, sont superbement mises en scène. Jérémie Renier dans son meilleur rôle et qui devrait lui valoir un César du Meilleur Acteur. Une très bonne surprise qui, bien au-dessus de son prédécesseur Gainsbourg - vie héroïque, va sans doute marquer d'avantage les esprits et faire office de référence ultime sur la vie du monsieur.

17 - ANOTHER HAPPY DAY, de Sam Levinson
Another Happy Day fait partie de cette vague de cinéma indé américain - dans la veine de Little Miss Sunshine ou même le récent The Descendants sans pour autant avoir grand chose à voir avec - l'une des meilleures séances de l'année là aussi. Another Happy Day est très drôle mais aussi malin, notamment avec en tête d'affiche ce futur grand qu'est Ezra Miller qui porte littéralement le film avec l'une des meilleures interprétations masculines de 2012. Il m'a fallut pas mal de temps pour cerner le film mais la fin d'année arrivée, je n'ai plus aucun doute : Another Happy Day fut une grosse claque et me restera sans doute en mémoire - à défaut que tous les films présents dans cette liste le fasse.

16 - LA TAUPE, de Tomas Alfredson
La bande-annonce de La Taupe était alléchante mais annonçait un film tout autre de ce qu'il fut - car La Taupe est d'un réalisme impeccable, d'une mise en scène classique mais lisse et belle, mais avec surtout un scénario ultra-complexe qui en a dérouté plus d'un (combien ont dit qu'ils n'avaient rien compris). Acteurs magistraux pour un film marquant qui prendra surement du gallon avec le temps. A revoir, c'est évident - et j'imagine qu'après un revisionnage le film d'Alfredson pourrait se situer bien plus haut dans ce top tant il est incroyable tant sur un plan technique que sur une intrigue qui me passionne en friand d'histoire - surtout la Guerre Froide. Et encore un film qui montre à quel point 2012 fut une année de films d'espionnage avec aussi Skyfall et Millenium. Bizarrement tous proviennent indirectement d'Europe et de Grande Bretagne (Daniel Craig est anglais). On ose se demander qui sont les maîtres du genre après ça.

15 - CHRONICLE, de Josh Trank
Ce n'est pas dans l'aspect potentiellement fun que Chronicle excelle - mais surtout dans sa description prenante et désespérée de l'adolescence et de la discrimination. Non pas que la partie "découverte des pouvoirs" soit inintéressante - au contraire elle est fantastique et la scèen de vol et la scène des légo sont parfaites - mais que la seconde partie du film avec un Dane DeHaan excellent est irréprochable tant sur un plan philosophique que rhétorique. Chronicle n'est certes pas un grand film - mais au moins un excellent teen movie qui, à défaut de faire rire comme ses confrères a le mérite de livrer un message fort et vrai, qui tend parfois à jouer avec l'allégorie et la métaphore. Une grosse claque de début d'année que j'ai put revoir en VOST et qui n'a fait que monter mon estime pour ce film.

14 - AMOUR, de Michael Haneke
Cette Palme d'Or était méritée - Haneke réalise un film grave et terriblement tragique. Les interprétations sont splendides et si certains se sont fait chié c'est qu'ils n'ont ou rien compris ou pas voulu comprendre - car quand on rentre dans Amour on en sort plus. Grandiose, sobrement parfait. Un grand film, sans nul doute, qui, si il ne nous fait pas feeling good a au moins le mérite de faire réfléchir (et pleurer), tant son propos comme sa mise en forme sont d'une gravité, mais  possédant une intelligence de mise en scène indéniable. Haneke prouve avec Amour qu'il est l'un des meilleurs cinéastes en vie.

13 - THE DESCENDANTS, de Alexander Payne
The Descendants. Vu en début d'année, et bizarrement j'arrive pas à me fixer un avis dessus - en tout cas j'étais mort de rire pendant toute la séance, l'une des meilleures de l'année. George Clooney était parfait et c'était véritablement le haut du panier du cinéma américain indé. Une grosse claque portée par le talent d'Alexander Payne auquel on devait déjà l'excellent Sideways. Un accueil un peu froid mais un super moment pour moi - peut-être que mon avis serra revus à la hausse ou à la baisse en cas de revisionnage. Et puis bon, juste pour le regard si intelligent de Sid alias Nick Krause qui me fait encore rigoler. Voir le film pour comprendre.

12 - MILLENIUM, de David Fincher
Le Millenium original était bon mais pas exceptionnel. Fincher était décidément le mec qu'il fallait pour assurer le remake / réadaptation du roman de Stieg Larsson - surpassant de loin l'original par sa mise en scène parfaite, son scénario parfait, un Daniel Craig incroyable, une Rooney Mara excellente. Un tour de force peut-être moins marquant qu'un The Social Network (the film of 2010) ou un Seven mais qui complète juste le parcours actuellement sans faute du grand David Fincher - le meilleur réalisateur contemporain.

11 - LA CABANE DANS LES BOIS, de Drew Goddard
La Cabane des Bois peut paraître en voyant l'affiche et le résumé comme un banal film d'horreur - NON. Non, car Goddard et Whedon (à qui on doit aussi cette année le surprenant Avengers) ont voulu défier les codes. Rien n'est prévisible, tout est complètement foutraque, déjanté, jusqu'à la scène finale survoltée. Une grosse surprise, jamais effrayant mais toujours amusant et délirant - La Cabane dans les Bois n'est pas un film d'horreur mais un agréable film sur le cinéma peut-être plus futé qu'en apparence, détournant les codes avec ingéniosité - et même si les interprétations et la mise en scène n'ont rien d'exceptionnel, on peut tomber amoureux du film. Ou pas. Certains n'aiment pas - même beaucoup, mais on ne gâche pas notre plaisir pour autant.

10 - LE TERRITOIRE DES LOUPS, de Joe Carnahan
Le Territoire des Loups est un peu le genre de film qui en apparence pourrait sembler être un film d'action, mais en faites non - d'une profondeur inouïe, proposant une réfléxion sur la mort et le deuil comme trop peu de films de nos jours - les loups ne sont qu'un prétexte. Liam Neeson est un géant, et il le prouve enfin dans Le Territoire des Loups, son meilleur film depuis longtemps. En tout cas, ce film pourrait se faire une place dans le panthéon des films de cette année qui entreront dans l'histoire - à retenir aussi la superbe photographie du film qui tend à soutenir le propos supra-intelligent du film.

9 - DANS LA MAISON, de François Ozon
Le meilleur film de Ozon depuis un baille - porté par un duo d'acteur (Umhauer - Luchini) tout bonnement exceptionnel, emmené par une intrigue réfléchie et passionnante - Ozon, derrière la caméra, réussit avec brio le tour de force de remettre en question le cinéma dans sa globalité. L'un des meilleurs films français de 2012, et on espère l'un des grands vainqueurs des prochains César. Une grande réussite sur tous les points.

8 - LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU, de Peter Jackson
Beaucoup attendaient de ce Voyage Inattendu un nouveau Seigneur des Anneaux - d'où leur déception. Car pourtant Le Hobbit volet 1, en tant qu'adaptation du début du roman Bilbo le Hobbit de Tolkien est réussie - voir exceptionnellement réussie. Jackson a même prit la peine de rendre le tout plus sombre et plus épique pour rester dans la même veine. Même si on aurait aimé une adaptation plus fidèle, on ne gâche pas notre plaisir : le big blockbuster de l'année, Jackson assure lui même sa propre relève. En tout cas, la scène des énigmes et le Misty Mountains Cold font partie des meilleures scènes de cette année ciné.

7 - TWIXT, de Francis Ford Coppola
On aime ou pas le nouveau Coppola - plus délirant, moins classique, revenant à ses premiers pas. Twixt en a dérouté plus d'un - il faut dire que le film tient à la fois du jamais vu tant sur sa mise en scène complètement décolorée que sur son scénario d'une intelligence et d'une tension incomparables. Twixt est le meilleur film du nouveau Coppola, c'est clair - et même si il ne plaira pas à tout le monde il a au moins le mérite d'exister et de livre une séance de cinéma comme aucune autre. Puis ça fait plaisir de voir Val Kilmer dans un rôle de fou - on commence à l'aimer que maintenant, un peu tard quand même.

6 - RADIOSTARS, de Romain Levy
Radiostars tient d'avantage du gros coup de coeur que du véritable grand film - anyways c'est la comédie de l'année, drôle et touchant, un vrai film de potes dont on pensais que seuls les beefs et les ricains étaient capables. Dans la veine Apatow, cette petite merveille se regarde en boucle tant elle est drôle à chaque fois, permettant à chaque visionnage de remarquer le petit détail délirant qu'on avait pas remarqué la première fois.

5 - COSMOPOLIS, de David Cronenberg
Cosmopolis c'est le film de 2012 qui a le plus divisé la critique - et surement aussi par la même occasion le film de Cronenberg qui a eut les critiques les plus mitigés de sa filmo (c'est dire). C'est sur que Cosmopolis est en apparence assez difficile à cerner. Ceux qui disent qu'il n'y a rien à comprendre n'ont sans doute rien compris, et ceux qui y ont été pour Pattinson n'ont pas été jusqu'au bout. Cosmopolis se déguste - une oeuvre magistrale de mise en scène, une allégorie d'une heure et demi qui, à travers sa scène finale, aura vite fait de rentrer dans l'histoire.

4 - KILL LIST, de Ben Wheatley
J'ai mis plusieurs mois à assimiler ce que j'avais vu au cinéma lorsque je m'étais déplacé pour Kill List. Un film comme on en voit très peu - dérangé, schizo, parano - commençant comme un film de moeurs, flirtant au milieu vers l'espionnage, et terminant en horreur pur - Kill List n'est comparable avec rien d'autre, tant il s'agit d'un futur film culte, et je pense qu'avec le recul il pourrait bien faire partie des films les plus dérangeants que j'ai jamais vu. On aime ou on aime pas, quoi qu'il en soit, Kill List ne laisse pas indifférent - Ben Wheatley : metteur en scène à suivre.

3 - LAURENCE ANYWAYS, de Xavier Dolan
J'avais jamais vu de films de Xavier Dolan. Depuis je me suis récupéré toute sa filmo (deux films quoi) que je devrais voir d'ici peu - enfin bref, quoi qu'il en soit son Laurence Anyways fut un choc. Certes un peu prétentieux, ça n'en est pas moins une fresque magistrale de 2h40 qui se dévore sans qu'on voit le temps passer - interprétations magistrales, mise en scène audacieuse et envoûtante, bande-originale de génie. Bref, ce Laurence Anyways est une curiosité à voir qu'on accroche ou pas au style coloré de Dolan. Une grande oeuvre quoi qu'on en dise. Et moi j'adore - le cinéma québécois à son paroxysme.

2 - CHEVAL DE GUERRE, de Steven Spielberg
Bizarrement, Cheval de Guerre a été accueilli de manière très froide à sa sortie. Deux solutions : j'ai des goûts de chiottes, ou alors les autres ont des goûts de chiottes. J'hésite, sincèrement. Car Cheval de Guerre représente tout ce que Spielberg a put faire de mieux : une mise en scène ambitieuse et marquante (les images sont sublimes et restent en mémoire), un matériau à l'épreuve des balles (une histoire touchante et complètement désespérée à la fois), et enfin l'élan mythique donné par la partoche de John Williams. Alors bien sur, j'exagère, certains ont adoré autant que moi - mais quoi qu'il en soit, c'est le genre de film que j'ai vraiment envie de revoir, même si ça m'étonnerait que mon avis soit revu à la baisse. Au contraire. Cheval de Guerre c'est tout simplement le meilleur film de Spielberg depuis La Liste de Schindler.

1 - SKYFALL, de Sam Mendes
Même si j'attendais ce Skyfall avec impatience, jamais je n'aurais parié que ça en devienne mon film préféré de l'année 2012. Plus qu'un James Bond, ici on a un grand film - un film en devenir mythique, tant c'est un chef d'oeuvre de mise en scène, de scénario et d'interprétation. 2012 aura été l'année de l'espionnage (avec aussi La Taupe) et ce Skyfall en est l'incarnation. Daniel Craig est impeccable, Judi Dench, Ralph Fiennes, ou encore Javier Bardem complètent ce casting de folie - le retour aux origines est un grand moment. A la fois retro et tourné vers l'avenir, à la fois nostalgique et ambitieux - ce Skyfall n'est pas la fin qu'annonce Adèle dans sa chanson. Je vous invite d'ailleurs à lire ma critique sur le film. Le meilleur James Bond, le meilleur film de l'année, et l'un des meilleurs films d'espionnage de l'histoire. Tout simplement.


---------------------
Une bien belle année ciné. Des films que je n'ai pas vu ou dans de mauvaises conditions et que je devrais découvrir ou redécouvrir tels que Oslo 31 Août, Martha Marcy May Marlene, Barbara, Bullhead, La Part des Anges ou les dessins-animés de fins d'années made in Dreamworks et Disney : Les Mondes de Ralph et Les Cinq Légendes. Je pense quand même qu'entre les 115 films sortis en 2012 que j'ai vu cette année je réalise quand même une belle performance - c'est mon meilleur score, l'an dernier j'avais même pas passé les 90 au même niveau de l'année. Enfin bref. D'ici peu Kamarade Fifien vous fera le Flop des pires films de 2012, pour rigoler un ch'tit peu, et surement des tops annexes - dont une cérémonie des Oscars personnels. En tout cas, je profite de cette fin d'année pour vous remercier pour votre soutien : le blog est en constante évolution et la fréquentation ne cesse d'augmenter. Merci ! Et joyeuse année à ceux que j'aime bien. Les autres - genre ceux qui trouvent que les MCO2 c'est bien - peuvent aller voir Ghost Rider 2 en 3D. Je rigole bien sur (?)

2 commentaires:

  1. Encore une fois je te dis bravo, tu as vraiment un talent fou pour écrire des dossiers! Et tu écris vraiment bien en plus (à chaque fois je rage parce que je trouve ça trop bien ^^)
    Je suis content d'avoir retrouvé certains films qui me tiennent à coeur dans ton classement, même si pour moi il manque Avengers, qui est l'un de mes coups de coeur. C'est dommage avec le Cinéma Club j'ai pas pu faire de dossier comme celui-ci (vu qu'on est une équipe).
    Bref, une bonne année à toi cher ami cinéphile et qu'elle soit riche au niveau cinématographique :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du com' ! ç'fait plaisir !
      Avengers j'aime beaucoup mais j'en ai déjà chié pour faire un Top 40 - Top 50 je l'aurais surement mis, avec surement La Dame en Noir ou John Carter. Mais y avait déjà tant de films que j'avais aimé voir adoré !
      Joyeuse année ciné à toi aussi ! (Année Science-Fiction qui s'annonce d'ailleurs - Oblivion, Pacific Rim, After Earth... pour ne citer qu'eux).

      Supprimer