Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

dimanche 19 mai 2013

Vikings - Saison 1

SAISON 1 - HISTORY CHANNEL
Créée par Michael Hirst

Vendu comme un Game of Thrones à tel point que son accroche "Storm is coming" faisait explicitement référence au "Winter is coming" de la série de HBO, Vikings est la première série de la chaîne History Channel. A vrai dire, j'ai regardé le dernier épisode à sa sortie, mais j'ai préféré prendre du recul, pour un peu mesurer mes propos vis à vis de la série. Je n'en attendais rien - pour être franc, j'y suis allé un peu inquiet, m'attendant de la part de Hirst à un Tudors-au-temps-des-Vikings, contant les faits légendaires du mythique Ragnar Lothbrock, l'un des principaux raideurs de Paris lorsque les vikings ont attaqué la France, et ça ne m'inspirais pas franchement. Si les premiers épisodes tendaient à vérifier cette intuition, il faut dire que Vikings est réellement la preuve qu'il ne faut pas se fier aux premières impressions.


Si le début de saison était passable, plutôt agréable mais relativement simple, la montée en puissance se fait à partir de l'épisode quatre - et jusqu'au huitième, la montée en qualité est assez incroyable, puisque l'épisode huit est en soit une perfection : un stand-alone en parfaite adéquation avec le reste de la série, une méditation sur la religion et une étude en profondeur de ses personnages (Ragnar et le Prêtre en particulier), un épisode grandiose qui, à la mesure du show, tend à prouver la qualité plastique indéniable, le réel travail des décors et d'une série qui s'est vu doter d'une très grande mise en scène. On sait dès le départ où Hirst nous emmène - ou plutôt on sait qu'il connaît le chemin à emprunter, et ce malgré des gros rebondissements très risqués tout le long. Si le dernier épisode est un peu en-dessous et tend d'avantage à tisser des liens qui ammèneront la seconde saison, Vikings est une grosse surprise.


La révélation du show, c'est sans contestes George Blagden, vaguement aperçu dans Les Misérables mais dont le reste de la carrière se limite à une figuration dans La Colère des Titans - son personnage est le plus intéressant de la série, un prêtre enlevé de son monastère, poursuivi par sa propre religion et découvrant pourtant les coutumes, un peu comme nous, sauvages mais fascinantes des vikings. Sa relation avec l'ensembles des autres personnages est fascinante, ses tourments d'une grande intelligence, et sa place, notamment dans l'épisode huit où il occupe le premier rôle, dans le déroulement du scénario d'une force assez évocatrice des coup de punch de la série de Hirst.
Le choix de Travis Fimmel, marginal australien, pour Ragnar Lothbrock est aussi un grand cast : l'acteur, en apparence lors des premiers épisodes un peu plat, se complexifie épisodes par épisodes et passe du Conan de service au héros qui cache ses émotions et aux réflexions constantes (fin de l'épisode huit, again). Sa relation avec son frère est elle aussi très bien foutue et est un gros plus dont le cliff final de la saison tend à d'avantage explorer, d'autant plus qu'il y a de quoi faire. On saluera les performances importantes et réussies de Gabriel Byrne ou Clive Standen qui s'en sortent très très et complètent un casting de grande qualité, qui à défaut d'être aussi vaste que celui d'un Game of Thrones, a le mérite d'être cohérent, intense et proposant des performances dignes d'une présence aux prochains Emmy.


A l'image de son générique sur If I Had a Heart de Fever Ray, Vikings est une grosse surprise qui, si elle ne convainc pas dès ses premiers épisodes, monte en puissance jusqu'à la réussite du huitième épisode. Le final, intense mais pas mémorable, transite de belle façon vers une saison 2 qui sera sans doute encore plus destructrice... et réussie. Après Les Tudors, inégale mais sensuel, The Borgias, au pilote bien réussi mais à la suite moins sur qui reposait en grande partie sur François Arnaud, et Camelot, que je n'ai pas vu mais dont les piètres retours m'ont vite rebuté - Michael Hirst semble avoir trouvé sa grande série. Car ce Vikings n'est ni plus ni moins que l'une des trois meilleures nouveautés (avec Hannibal et House of Cards) de la saison 2012/2013. Rien que ça.

3 commentaires:

  1. Tu m'as presque donné envie de laisser une seconde chance à la série ! Le pilote présentait une série assez chiante sans grande envergure, malgré un sujet véritablement passionnant. Mais si ça prend vraiment de l'ampleur par la suite, c'est sans hésité que je regarde la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire y a pas de grosses batailles, mais une montée en puissance des relations entre personnages. J'ai suivi la série par curiosité parce que je sais que Hirst peut faire des trucs cool, et les deux/trois premiers épisodes étaient fades.
      Mais comme tout les spectateurs, je suis resté sur le cul. L'épisode 8, j'arrête pas de le citer, mais il est grand - rien que le plan final, qui, en deux regards, livre une définition parfaite de la Religion, de ses principes, de son intérêt, de son influence.
      Tu peux y aller les yeux fermés, même si ça n'a rien à voir avec GoT au final.

      Supprimer
  2. Effectivement, début plat mais qui monte en puissance (S01-08, du pur bonheur) et il me tarde la saison 3.....
    La complexité, la curiosité du personnage de Ragnar m'a étonné et... charmé
    L'ambiguïté du prêtre, les moeurs, ....
    C'est agréable d'avoir une série sur un peuple que l'on connait peu
    et enfin, une série qui n'est pas " criminelle " comme 99% des séries, (y'en a marre des experts !!! )

    RépondreSupprimer