Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

samedi 31 août 2013

Alabama Monroe


Réalisé par Felix Van Groeningen (2013)
Avec Johan Heldenbergh, Veerle Baetens, Nell Cattrysse, Geert Van Rampelberg


                Alabama Monroe partait pourtant d’un sujet casse-gueule : la réaction d’un couple à la maladie de leur enfant. Sujet déjà traité il y a peu dans le très bon La Guerre est déclarée, qui malgré ses défauts proposait une réelle expérience, notamment grâce aux deux interprètes principaux. Comment éviter le larmoyant, la mièvrerie facile avec une telle histoire ? Comment ne pas se renfermer dans le format trop classique d’une tragédie prévisible et ennuyante ? A vrai dire, malgré les bons retours critiques, je ne pensais pas que c’était possible.


                De par sa narration décousue sous forme de puzzle (à part pour les deux premières scènes, il n’y a aucune indication temporelle des évènements, à part celle de notre propre déduction), le suspense est présent : on doute de quoi il est question dans une scène, et ce n’est que vingt minutes plus tard qu’on en a la réponse – souvent surprenante d’ailleurs. Cette forme que choisit le scénario était difficile à mettre en place : il ne fallait pas perdre le spectateur, jouer tout le temps sur les décors, les costumes pour qu’on ne sache jamais si une scène qu’on a vu plus tôt est oui ou non la suite de celle qu’on est en train de voir, et parfois, ça tient du véritable génie scénaristique. Mais outre ses qualités évidentes de ce côté-là, une force énorme de Alabama Monroe est l’originalité de ses protagonistes : rythmé sur du bluegrass, porté par le couple d’un musicien/chanteur et d’une tatoueuse, ses scènes presque sauvages donne au tout un ton souvent exaltant malgré la teneur du sujet.


                J’ai rarement vu des scènes musicales aussi réussis – qui, de par la qualité des choix musicaux, leur cohérence avec le propos du film et leur évolution au fur et à mesure des évènements, donnent un ton assez particulier au tout. Ce bluegrass est magnifique, les scènes de concert parfaites, y a véritablement un style unique qu’on ne retrouve que trop peu dans des productions réussis. Les deux heures passent très rapidement (et ce malgré si le film peine presque à trouver son ton dans le premier quart d’heure), la fin est absolument sublime, les acteurs sont tous géniaux, le film joue habilement entre nostalgie avec ses scènes hilarantes et dure réalité du présent, la dernière heure est à pleurer de beauté (et je dois avouer que j’ai lâché plus d’une fois une larme – tant la force de certaines scènes, même au beau milieu du film, est bouleversante).



                Le cinéma belge ne s’est jamais mieux porté qu’aujourd’hui. Alabama Monroe en est la figuration évidente : jamais mièvre, toujours innovant, beau, drôle, terrible, dur et tragique. Une grosse claque, pour l’un des meilleurs films de l’année sans aucun doute : à voir absolument tant la rareté de productions réussies sur ce type de sujet rend le tout encore plus grand. Un film qui restera. Magnifique.

2 commentaires:

  1. Ohlala je suis tellement content de lire ça! Nos avis sont carrément identiques! Un des plus beaux films de l'année, et un de mes gros coups de coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique film effectivement ! Et grosse claque !
      C'est rare pour le dire mais la moitié de la salle est resté clouée sur son siège pendant le générique.

      Supprimer