Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

lundi 30 septembre 2013

Breaking Bad - Intégrale


INTEGRALE - AMC
Créée par Vince Gilligan

Breaking Bad c'est fini. Je n'ai jamais été un fan absolu comme d'autres peuvent l'être, même si c'est indubitablement une grande série, je n'ai jamais osé la mettre au même niveau qu'un The Wire en la qualifiant de "meilleure série de tous les temps" : Breaking Bad est l'une des meilleures productions télévisuelles de tous les temps, mais pas LA meilleure - rien que sur AMC, je trouve que Mad Men est de meilleure qualité (subjectivement bien entendu - il en va de soit pour le reste de cette critique). Enfin bon, malgré cela, la fin de Breaking Bad va laisser un vide dans le paysage télévisuel actuel : la série, peu suivie au début, est devenue en cinq ans, même en France, un véritable phénomène.


Là où juger un The Wire ou un Melrose Place dans son ensemble est assez simple (toujours parfaite ou toujours mauvaise), il est nettement plus complexe - pour ma part - de définir un avis général et définitif sur Breaking Bad. Parce que si la série de Gilligan n'a jamais été mauvaise, elle a su être moins convaincante selon les saisons : partie d'une saison 1 d'excellente qualité, qui sera suivi par une saison 2 sympathique mais parfois un poil ennuyante, puis d'une saison 3 différente mais toujours pas brillante. La saison 4 était excellente et se posait déjà comme "le début de la fin". La première partie de la saison 5, sortie l'an dernier, s'affirmait d'avantage comme "une moitié de saison" (ce qu'elle est) et il était difficile d'avoir un avis dessus tant elle était aussi vite partie qu'on l'avait commencé. Mais ce que j'ai ressenti devant les huit derniers épisodes de Breaking Bad est plus fort que ce que j'ai pu ressentir dans tout le reste de la série (à l'exception de la saison 1 - que j'adore littéralement). Une conclusion en somme réussie et de haut niveau, sur laquelle devrait prendre exemple certains serial killers de chez Showtime.

Cette dernière saison qui était certes prévisible, mais carrément réussie, aura su mettre fin à une série à l'intrigue passionnante, aux personnages réussis (pour la plupart - quoi qu'en disent certains "c'est fait exprès", je déteste Skyler et sa potiche de sœur, sans oublier Junior), à l'écriture quasi-parfaite. Concernant la mise en scène, parfois réussie, je la trouve aussi un peu trop clipesque parfois - tantôt super bien foutue (la saison cinq notamment), mais aussi parfois à côté de la plaque, même si y a une recherche derrière.
Un autre défaut majeur de Breaking Bad c'est ces moments "WTF" (j'ai pas d'autre mot) qui parviennent à gâcher carrément une scène voir une intrigue : je pense à l'avion de la saison deux (deuxième moment le plus ridicule de la série), les cousins frères mexicains de la saison trois et la cravate de la saison quatre (LE moment le plus naze et inutile et raté et débile de Breaking Bad).


Je pourrais encore parler énormément de Breaking Bad : du talent de Bryan Cranston, de ma théorie selon laquelle Aaron Paul va rester prisonnier de son rôle pendant encore au moins dix ans, de l'épisode Fly de la saison 3, de Dean Norris, de la bande-originale de fou ou de l'ennui qui s'est profilé devant moi au cours de la saison 2... mais au final ce serait probablement répéter ce que quelqu'un d'autre a déjà dit, ou tout simplement prendre le risque de me tromper sur tout la ligne. Que faut-il retenir de tout cela ? Merci la dernière saison, qui a remonté la série dans mon estime, et honte à ceux qui n'ont toujours pas commencé la série : réparez cette erreur dans l'heure qui suit en regardant le pilote. Breaking Bad c'est fini, vive Breaking Bad. Et je suis certain que le « I was alive » deviendra mythique.


2 commentaires:

  1. aaaah ça me fait plaisir de lire un article proche du mien, qui pense aussi que ce n'est pas, et que c'est loin d'être, LA meilleure série de tous les temps. Et je suis d'accord sur la saison 2 qui est chiante à mourir, j'ai d'ailleurs faillit arrêter la série pendant cette saison. Et j'ai moyennement accroché à cette saison 5 également, à l'exception de quelques épisodes qui était d'un niveau trop élevé par rapport aux autres. Mais une très bonne série c'est clair :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait plaisir aussi !
      Malgré une première partie en deçà, j'ai personnellement beaucoup aimé cette Saison 5 !

      Supprimer