Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 25 juillet 2014

American Nightmare 2 : Anarchy


RÉALISÉ PAR JAMES DEMONACO
AVEC FRANK GRILLO, ZACH GILFORD, CARMEN EJOGO
-------------

American Nightmare (aka The Purge, et je vous épargnerai le jeu de mot) premier du nom c'était le potentiel gâché de l'an passé : un sujet en or, mais une série Z sans aucun intérêt à l'arrivée. Quand les producteurs ont annoncé un second volet, il était alors difficile d'en espérer quelque chose - sauf que cette suite renonce au statut de huis-clos de son prédécesseur et choisit de montrer une chasse à l'homme en plein chaos urbain, qui n'est pas sans rappeler sur le principe Battle Royale. L'intérêt presque nul à l'annonce du projet a donc grandi et c'était presque avec un certain enthousiasme qu'on attendait cette suite potentiellement plus intéressante que son prédécesseur : en renonçant au slasher bête et méchant et en lui préférant un thriller dystopique, il y avait effectivement de quoi être impatient si les scénaristes se bougeaient un peu pour livrer quelque chose de différent, et surtout, d'exploiter le message de leur scénario (critique de l'escalade de la violence outre-Atlantique).


Et au final American Nightmare 2 est plus ou moins une bonne surprise, tout en restant une série B souvent irregardable. Bonne surprise car certaines scènes sont vraiment réussies et qu'on sent que le film tente, sans aucune subtilité, de faire passer une vraie satire sociale au travers de cette anarchie. Quelques qualités additionnées à des petits détails qu'il serait très intéressant de développer à l'avenir (le groupe des rebelles par exemple, dans un film qui renoncerait à 100% au genre horrifique), mais en même temps une tonne de défauts qui finissent presque d'achever la sympathie que l'on pouvait avoir pour le projet au premier abord : c'est mal foutu, mal filmé, mal joué, le film a constamment le cul entre deux chaises hésitant entre faire peur, faire réfléchir, développer des personnages et un univers. C'est un gros bordel dans lequel le spectateur ne s'implique jamais, c'est creux, scénaristiquement idiot et philosophiquement trop simpliste. On sent une envie de bien faire mais le film est comme menotté à certains codes du genre - jump scares, méchants caricaturaux.


C'est d'autant plus dommage car l'idée de départ des deux volets de American Nightmare est probablement l'une des plus prometteuses depuis plusieurs années au sein du cinéma Hollywoodien. On ne peut que secrètement espérer ce qu'un vrai réalisateur, scénariste et des producteurs ambitieux pourraient apporter à celle-ci. En attendant le déjà annoncé troisième film, on croise les doigts.


0 commentaires:

Publier un commentaire