Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 31 juillet 2014

Mister Babadook


RÉALISÉ PAR JENNIFER KENT
AVEC ESSIE DAVIS, NOAH WISEMAN, DANIEL HENSHALL
-------------

Qualifier Mister Babadook uniquement de film d'horreur serait presque de l'irrespect. Pas que le genre soit dégradant, plutôt que son utilisation s'est grandement banalisée de nos jours, suivant des schémas de pensée, d'idées et de codes pré-tracés sans aucune originalité - et pour éviter tout malentendu, disons tout simplement que Mister Babadook c'est bien plus qu'un film d'horreur. Si le retour d'une vague de métrages maîtrisés à l'ambiance rétro, deux ou trois fois par an (comme The Conjuring ou La Dame en Noir) apporte à chaque fois un vent de fraîcheur poussiéreux que l'on accueille avec plaisir, c'est avec beaucoup de mal que l'on cherche des véritables produits originaux dans une industrie qui semble de plus en plus s'être réduite à faire le plus basique pour le moins cher. Véritable raz-de-marée à Gérardmer et à Sundance, tout droit venu d'Australie, Mister Babadook arrive enfin dans nos salles françaises.


On a affaire à un vrai film de personnages - recherche psychologique favorisée, message évident sur le deuil et la hantise du passé, Mister Babadook est à la fois un film intelligent dans son fond scénaristique, car il prend son temps pour construire ses protagonistes au lieu de foncer tête baissée dans le vif du sujet (et une fois arrivé, y avance par paliers), mais aussi un film intelligent dans sa forme, dans sa manière de distiller son ambiance, sa tension - monument de suggestion, en en montrant juste assez pour réussir à surprendre jusqu'au bout - beaucoup de metteurs en scène feraient bien de s'inspirer de Jennifer Kent sur ce coup là.
Tout ceci porté en plus par un duo principal incroyable : Essie Davis tient probablement l'un des meilleurs rôle de sa carrière, saisissante et bouleversante en mère rongée par son passé, et le jeune Noah Wiseman est tout aussi incroyable en gosses à problèmes. Pourtant c'était pas gagné, et je n'aurais jamais pensé vanter le talent d'un acteur dans le rôle d'un gamin capricieux et perturbé, typiquement le type de personnage casse-gueule mais qui est ici écrit et surtout interprété de telle manière qu'il arrive à enclencher une forte empathie.


Mister Babadook est un film qui restera - pas un chef d'oeuvre, encore moins une révolution (on voit mal des productions américaines imiter la construction d'un tel film), mais indéniablement une réussite, qui de par son ambition d'être en marge de ce qui se fait depuis plusieurs années dans le genre en tirant presque un trait sur l'épouvante pure, que le film arrive pourtant à gérer d'excellente manière en installant un véritable climat de terreur à plusieurs reprises (c'est du niveau de Les Autres de Amenabar, la barre était pourtant très haute), mais aussi de par sa grande intelligence, porteur d'un réel propos, marqué d'un symbolisme fort et parfois peut-être un peu trop lourd, mais qui reste dans tous les cas profondément humain. Certains y seront sans doute plus sensibles que d'autres, ceux en attente de sensations fortes n'y trouveront pas leur compte - mais Mister Babadook ne laissera aucun spectateur indifférent.

0 commentaires:

Publier un commentaire