Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 10 septembre 2014

BoJack Horseman - Saison 1


SAISON 1 NETFLIX
Créée par Raphael Bob-Waksberg
-------------

Il n’aura pas fallu attendre très longtemps pour voir Netflix se lancer dans l’animation. Faisant appel à un casting vocal assez exceptionnel (Will Arnett, Alison Brie, Aaron Paul, Stanley Tucci, Olivia Wilde, J.K. Simmons ou encore Naomi Watts), BoJack Horseman suit les mésaventures d’un cheval humanoïde ex-acteur de sitcom à succès sur la pente descendante dans un Hollywood satirique et délirant.


Créée par Raphael Bob-Waksberg, BoJack Horseman peine dans un premier temps à surprendre. La première partie de la saison est à la fois propre techniquement, très sarcastique et intelligente sur l’industrie Hollywoodienne, mais peine vraiment à impliquer le spectateur. C’est avec les épisodes sept et huit, qui fonctionnent ensemble, que la série parvient enfin à se trouver une vraie voix. Si BoJack Horseman est très drôle, elle ne déclenche pas des fous rires – cependant, ce manque est rattrapé par une jolie manière de gérer la rupture de ton (on passe d’une vanne sexiste vaseuse à une réflexion pessimiste sur le sens de la vie) et surtout un message très critique et parfaitement amené sur de nombreux sujets liés à l’usine à stars qu’est Hollywood. Plus qu’une comédie d’animation, la série de Bob-Waksberg se révèle comme un vrai pamphlet pertinent, mais aussi une œuvre bouleversante sur la tragédie de la célébrité et de la gloire. Tous ne comprendront pas les références et les clins d’œil appuyés – très nombreux – au monde de la télévision et du cinéma, mais la satire mise en place fonctionne à merveille. BoJack Horseman est drôle, touchante, tantôt optimiste et tantôt désespérée, et surtout intelligente. On pense très souvent à Eastbound & Down, le traitement du personnage et de son univers étant très similaires, et c’est peut-être ce qui pèsera le plus dans l’analyse du show : la comparaison. C’est bien foutu mais ce n’est pas très original, BoJack Horseman concourt sur un terrain déjà bien rempli (Entourage, The Comeback, Eastbound & Down…) et ce n’est que la fraicheur de son univers (animaux humanoïdes) qui la démarque vraiment de ses concurrentes.
Le doublage est génial – la qualité des interprètes y est pour beaucoup, l’ensemble est naturel, jamais agaçant, et surtout très adapté (Will Arnett et Aaron Paul sont d’excellents choix). Supporté en plus par une écriture au poil et une animation dans la même veine créatrice (les trips psychédéliques de l’avant-dernier épisode sont de ce point de vu une réussite indéniable).



Netflix venant de renouveler la série pour une année supplémentaire, on retrouvera donc BoJack Horseman l’été prochain. Une bonne nouvelle car on se dit que les scénaristes semblent avoir encore beaucoup à nous offrir, et les personnages sont tous si attachants qu’il aurait été décevant de les voir partir si tôt… Une première tentative réussie pour le site de VOD, nous permettant de patienter un peu plus jusqu’à la sortie de la très attendue Marco Polo prévue pour la fin d’année.

0 commentaires:

Publier un commentaire