Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 14 septembre 2014

Whiplash


RÉALISÉ PAR DAMIEN CHAZELLE
AVEC MILES TELLER, J.K. SIMMONS, MELISSA BENOIST
-------------

Il y a quelque chose de complètement déchaîné dans "Whiplash", une énergie, une tension, une folie, une dualité… Non, le film du jeune Damien Chazelle n’est pas un récit de guerre ou un western, mais il y fait beaucoup penser. "Whiplash" suit un jeune batteur, étudiant dans un conservatoire très renommé, qui rejoint un groupe de jazz prestigieux dirigé de main de fer par un professeur aux méthodes extrêmes. Présenté à Sundance puis à Cannes, il y a été acclamé et ovationné au point de repartir avec les deux prix les plus prestigieux du festival américain : le Grand Prix du Jury et le Prix du Public.


On a tendance à classer le film dit musical comme un genre à part entière – souvent à tort, et "Whiplash" est là pour le rappeler. Car si la moitié du long-métrage est composée de séquences instrumentales, il ne s’agit en aucun cas de choyer les oreilles du spectateur. Non, dans le film de Chazelle, le chef d’orchestre est un dictateur, le musicos est un soldat, un instrument est une arme, un morceau est une bataille, la renommée symbolise la victoire. Tout va à toute vitesse, au rythme terrassant de la batterie : les dialogues (géniaux, en passant), les scènes, l’installation d’une ambiance tétanisante. On sent que tout peut arriver, on ne sait jamais où le film va s’arrêter tant la gravité, la force de chaque scène qui semble vous broyer les tripes, paraissent inexorables. La mise en scène de Chazelle est à ce titre brillante : le montage dynamique qui semble suivre une partition, la mouvance d’une caméra qui capte à merveille l’atmosphère unique des salles de répétition, mais surtout une manière sans égal de filmer les instruments et leurs maîtres. C’est inventif et étouffant, tout en restant clair et merveilleusement construit.


J.K. Simmons est quant à lui absolument parfait. La comparaison avec R. Lee Ermey et son mythique rôle dans Full Metal Jacket n’a pas manqué, elle est même plutôt pertinente, les deux personnages ayant des points communs et un traitement scénaristique très similaires (surtout dans les dialogues). Il est complètement possédé par son rôle, et son interprétation tire encore plus le film vers le haut. Mais la révélation du film restera Miles Teller, qu’on voit assez souvent depuis quelques années (Divergente, The Spectacular Now ou encore Projet X) mais qui n’avait pas encore – jusque-là – montré l’étendue de son talent. Imparable à chaque fois, rarement on aura vu quelqu’un jouer d’un instrument avec autant d’ampleur sur grand écran.
"Whiplash" c’est un duel d’une heure quarante-cinq qu’on ne voit pas passer. Chazelle ne traîne jamais, les idées fusent, l’étau se resserre et la scène finale est, à cet égard, un moment de cinéma unique complètement fou, magistral, inoubliable, d’une simplicité et pourtant d’une maestria qui n’inspire que le respect. Un point d’orgue d’une œuvre admirable, un film comme on en voit pas deux – on voudrait presque que ça dure deux heures de plus, mais "Whiplash" demeure parfait dans son état actuel.


Que dire de plus ? Du grand cinéma, l’un des meilleurs films de l’année, un frisson mémorable qu’on n’est pas prêt d’oublier. Complètement singulier alors qu’il semblait évident, "Whiplash" c’est "Fame" qui rencontre "Full Metal Jacket", c’est un "Il était une fois dans l’ouest" entre un musicien et son chef d’orchestre, un western jazzy dopé au rythme du batteur, une expérience de folie aux allures de classique-né, un vilain garçon premier de la classe. Qu’on n’ose plus venir dire que le cinéma américain n’a plus d’idées après ça.

0 commentaires:

Publier un commentaire