Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 23 décembre 2014

The 100 - Saison 1


SAISON 1 THE CW
Créée par Jason Rothenberg
-------------

The CW c'est pas loin d'être la chaîne poubelle de la télévision américaine. Bon, de temps en temps, on a le droit à une bonne surprise (Arrow, les premiers pas de Vampire Diaries ou encore la récente Jane the Virgin), mais la grande majorité des productions du cinquième network US sont des séries calibrées pour ados aussi intéressantes que des soaps cheaps diffusés sur MTV en fin de soirée. Pas que The 100 soit en apparence plus enthousiasmante, mais le pitch de départ et l'aspect événementiel de son series premiere ne pouvait qu'attiser une certaine curiosité.


Et malheureusement, la première saison de The 100 commence très mal. Personnages superficiels et intrigues peu intéressantes - très souvent des amourettes de niveau pré-pubère - on avait vite fait d'enterrer le projet. Peut-être était-ce histoire de jouer avec votre patience, d'amener en douceur l'amélioration qualitative ou juste un changement de direction artistique en cours de route, mais dans son dernier tiers, la série de Jason Rothenberg surprend : non seulement The 100 se permet du twist-flooding que n'aurait pas renié un 24 en forme, mais en plus les protagonistes s'étoffent en même temps que l'attachement qui nous lie à eux.
On est certes bien loin de la grande épopée post-apo, mais certains choix narratifs, ainsi que l'épique épisode final font vraiment plaisir à voir. Jamais dans la surenchère, The 100 a cette jolie façon de distiller ses nombreux mystères sur le long terme, permettant la construction d'un univers cohérent et complexe qui, en plus d'intriguer, maintient le suspense et motive à persévérer.


Des défauts un peu partout, une qualité en dents de scie mais The 100 pourrait bien être le nouveau plaisir coupable se révélant, surprise, être une série honorable. Casting de belles gueules mais très solide - la direction d'acteur est plus que correcte -, techniquement loin d'être dégueulasse, et de plus en plus intéressant au fil des épisodes : The 100 nous fait des promesses très intéressantes pour sa deuxième saison, et c'est avec grand plaisir qu'on la retrouvera en septembre.

0 commentaires:

Publier un commentaire