Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 26 décembre 2014

The Affair - Saison 1


SAISON 1 SHOWTIME
Créée par Sarah Treem, Hagai Levi
-------------

Les séries ambitieuses, c'est paradoxalement de plus en plus rare malgré que le format soit en plein âge d'or. Et The Affair n'est pas, en apparence, une série très originale. Diffusée sur la chaîne Showtime avec à l'appui un casting quatre étoiles (Dominic West et Ruth Wilson en tête), cette première saison choisi de nous raconter une liaison hors-mariage entre un écrivain père de famille nombreuse marié à une riche rentière, et une jeune mère ayant récemment perdu son fils en bas âge. Sur le papier, difficile de croire que cette affaire puisse tenir sur la longueur.


C'est pourtant la forme qui permet à la série de se démarquer, de décoller. Chaque épisode est divisé en deux parties, chacune centré sur l'un des deux personnages principaux. Jeu d'écriture malin et intelligent, avec ses différences de points de vue, ses flashbacks et scènes en double : chaque ligne de dialogue, et sa variante dans l'autre partie est riche de sens et construit indirectement le visage de ses protagonistes. Un visage en deux exemplaires puisque The Affair ce sont deux séries en une seule, indispensables et complémentaires l'une à l'autre, alors qu'elles sont distinctes, à la fois dans leur réflexion et dans leurs acteurs : elles servent ici un but commun, celui d'analyser en profondeur les questions du mariage, du deuil, de l'amour, de la passion. Avec ses seconds rôles passionnants, son niveau de lecture assez unique dans le genre (on pense parfois à Rashomon de Kurosawa) et surtout le courage de présenter un tel programme à la télévision.
L'ensemble est très propre, mise en scène sobre mais très maline, écriture complexe mais soignée - jusqu'au générique, à impérativement décrypter pour en comprendre la teneur. Les personnages sont passionnants, addictifs, et il en est de même pour leurs interprètes : que ça soit le quatuor de tête ou les figures de fond n'apparaissant qu'une fois tous les deux épisodes, il n'y a pas grand chose à redire de ce point de vu là. Malheureusement, The Affair trouve ses imperfections dans sa mise en place : si le pilote est une merveille, l’exécution qui s'en suit ainsi que le milieu de saison (jusqu'aux quatre derniers épisodes) est un peu molle si ce n'est ennuyeuse, et il est important de ne pas décrocher malgré sa narration peu passionnante.


The Affair est une série ambiguë, mystérieuse, intelligente. C'est d'une perfection scénaristique rare, mais son format est aussi sa limite puisqu'elle se retrouve très souvent à se chercher un rythme. Les créateurs de la série expliquaient qu'ils avaient prévu une fin en cas d'annulation - les audiences ne sont pas énormes - et on espère qu'ils savent ce qu'ils font en prévoyant plusieurs arcs pour leur histoire et leurs personnages, puisqu'il va être difficile de faire plus réussi que cet acte 1 de ce qui est probablement le meilleur drame brute de 2014.

0 commentaires:

Publier un commentaire