Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 16 décembre 2015

Star Wars : Le Réveil de la Force


STAR WARS : LE RÉVEIL DE LA FORCE (2015)
RÉALISÉ PAR J.J. ABRAMS
AVEC DAISY RIDLEY, JOHN BOYEGA, ADAM DRIVER
-------------

Quand, fin 2012, Lucasfilm fut racheté par Disney, Hollywood trembla. Les fans de Star Wars tremblèrent aussi : les producteurs de Cendrillon pour massacrer une troisième fois leur enfance ? La prélogie et les remaster, c’était pourtant déjà suffisant ; de leurs propres dires. C’était mal connaître Disney, et mal connaître Star Wars par extension – les deux univers ne sont pas si lointains l’un de l’autre, ils ont tous deux transformé Shakespeare en divertissement enchanteur, ils ont tous deux fait rêver des millions et des millions de gosses à travers le monde. Après avoir transformé Marvel en une usine à dollars parfaitement huilée, il n’était pas très étonnant de voir le géant américain se tourner vers l’une des franchises les plus emblématiques du cinéma, et de tenter d’en faire l’une des plus rentables. La vraie inquiétude quant à ce septième Star Wars, ce n’étant pas tant qu’il soit du fait du studio qui a produit Cendrillon, mais plutôt que ce même studio ait récemment commis Iron Man 3.


La mission de J.J. Abrams était de taille. Non seulement parce qu’il portait sur ses épaules le poids des attentes de milliers de fans, ayant découvert la saga il y a vingt ans comme il y a quarante ans, mais aussi parce qu’il allait devoir relever le défi d’éviter autant le fanservice que la facilité, ne pas tomber dans le piège du semi-reboot qui aurait repris une construction similaire à la trilogie originale (là où l’une des qualités de la prélogie était d’avoir su développer une histoire très différente), ou dans l’inondation de références étouffantes. C’est chose partiellement accomplie – impossible, effectivement, de ne pas penser à Un Nouvel Espoir devant Le Réveil de la Force. Si les différents personnages ont l’avantage de posséder un arrière-plan propre (particulièrement Finn) qui n’avait pas forcément été exploité dans les précédents films, on peut regretter que celui-ci ne soit développé qu’en surface, ne dessinant qu’un schéma hésitant de leurs motivations et de leurs relations. Tout semble aller bien trop vite ; on ne s’ennuie pas, mais jamais Le Réveil de la Force ne prend le temps de se poser, d’explorer plus en profondeur ses protagonistes. Le manichéisme a toujours été l’apanage de la saga, mais il n’a pas à forcement induire la superficialité, car même si la plupart des nouveaux personnages introduits par le film sont de belles réussites (particulièrement ceux de John Boyega, Daisy Ridley et Adam Driver – celui campé par Oscar Isaac apparaît très facultatif et assez plat au terme de ces deux heures), ils ne sont pas passionnants.
Des failles qui font parties intégrantes d’un défaut plus global du dernier Star Wars : son écriture. Une construction en actes plutôt étrange, proche des films Marvel avec cette manie de ne jamais vraiment clôturer le film (Le Réveil de la Force se termine qui plus est sur un cliffhanger artificiel, qui aurait peut-être eu sa place sur petit écran, mais qui n’est rien d’autre que ridicule sur le grand – ce n’est pas parce que Hunger Games ou Le Hobbit ont fait la même chose que c’est une bonne idée, il serait temps que cette mode de soap opera du dimanche cesse), sans résolution ni conclusion. Le problème est d’autant plus visible que cette « fin » est précédée par deux heures d’action quasiment ininterrompues. Une construction brouillonne peu aidée par la fadeur des échanges, des raccourcis (incohérences ?) vraiment agaçants, mais aussi par ce discours sur la Force déjà vu et revu depuis six films – on en vient à se demander s’il y avait des intentions autres que mercantiles derrière ce projet (on s’en doutait un peu, mais on en a désormais la confirmation). Là où la prélogie prenait un point de vue nouveau, celui d’un combat intérieur entre bien et mal, celui d’une tragédie intime aux conséquences dramatiques ; rien, sur le fond comme dans son application, ne semble différencier Le Réveil de la Force de la première trilogie. Une vacuité thématique évidente qui laisse le film de J.J. Abrams prisonnier de l’ombre de ses glorieux prédécesseurs.


Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Le metteur en scène se donne complètement au film, qui est une merveille visuelle et une démonstration incroyable de lisibilité dans l’action, d’équilibrage des effets visuels. Le Réveil de la Force est esthétiquement le plus beau film de la saga ; certains plans s’impriment sur la rétine (notamment dans la dernière partie à l’atmosphère très sombre), le travail sur la lumière est magistral, les décors – tantôt naturels, tantôt virtuels – sont magnifiques. Si le scénario ne l’aide malheureusement pas, Abrams aura su le sublimer pour l’écran ; et là où certains choix de narrations très risqués auraient sans doute créé la polémique sous la direction d’un réalisateur moins talentueux – au hasard, Colin Trevorrow – il arrive à les iconiser, à leur donner une profondeur sensorielle par sa seule gestion du cadrage et de ses couleurs ; car il suffirait d’écouter les dialogues pour se rendre compte que la frontière entre le naufrage et le superbe était très instable.
Techniquement, on est proche du chef d’œuvre de l’Hollywood contemporain – un peu comme Interstellar l’an dernier, ou comme George Miller avec le dernier Mad Max, J.J. Abrams semble avoir compris que l’horizon infini des possibilités laissées par le numérique n’a pas à être exploité complètement. Le Réveil de la Force est un film mesuré, qui sait ne pas trop en faire, qui sait équilibrer ses scènes d’action et émerveiller juste assez pour ne pas banaliser – en cela, son Star Wars possède une texture si rare, si singulière entre deux Marvel qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Il a tout simplement une identité, accompagnée d’une maîtrise admirable de son médium, où les effets spéciaux ne sont pas une cour de récréation sans retenue mais les pinceaux d’un peintre du divertissement ; le tout sur la partition d’un John Williams qui, sans transcender son œuvre, l’agrémente d’une nouvelle bande-originale puissante et émouvante.


Il est enfin là, et on n’a pas fini d’en parler – il sera difficile de trouver quelconque notion d’objectivité entre les avis des fans hystériques, des fans blasés, des curieux, des novices et des professionnels. Au cœur de ce méli-mélo chaotique, plusieurs évidences : ce n’est qu’une introduction et elle se considère trop comme telle, certains seront déçus et d’autres surpris, mais surtout ce n’est qu’un film. Derrière sa promotion assommante qui aura bien fini par en dégoûter plus d’un, Le Réveil de la Force est d’une étonnante modestie, respectueux de ses aînés sans en être trop dépendant – serais-ce cela, le cinéma marketing ? Difficile de lire les intentions profondes des producteurs ; mais une chose est certaine : J.J. Abrams, lui, n’a jamais autant brillé. Faut-il alors être inquiet pour la suite ?

0 commentaires:

Publier un commentaire