Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 2 septembre 2012

Jane Eyre

Réalisé par Cary Fukunaga
Avec Mia Wasikowska, Michael Fassbender, Jamie Bell
Film romantique britannique (2012)
Résumé :
Jane Eyre est engagée comme gouvernante de la petite Adèle chez le riche Edward Rochester. Cet homme ombrageux ne tarde pas à être sensible aux charmes de la jeune fille. C'est le début d'une folle passion...
Oui, j'adore la distribution des films en France ! Jane Eyre, sorti en mars 2011 outre-Atlantique, n'arrive qu'en juillet sur le territoire français. Mon petit cinéma pas loin de chez moi, souvent en retard sur les sorties mais on lui pardonne, le diffusait cette semaine. L'occasion pour moi de m'y rendre pour redécouvrir le génial Michael Fassbender qui fait sans doute parti des meilleurs acteurs encore en vie - même dans les blockbusters quand on voit ses performances dans X-Men et Prometheus. Pourtant par rapport au film en lui même j'y allais un peu à reculons, dirons nous. J'ai découvert l'oeuvre de Charlotte Brontë avec le cinéma, adapté de nombreuses fois plus ou moins bien : la version dégueulasse avec Charlotte Gainsbourg sortie en 1996, chiante à mourir, ou encore la version de 1944 qui avait notamment un casting absolument sensationnel : Orson Welles, Joan Fontaine et Liz Taylor. Je n'ai pas vu cette version, mais je m'y attellerai surement dans pas trop longtemps.


Enfin voilà, vous l'aurez compris si votre Q.I. dépasse 100 : Gainsbourg Jr. et sa version pas très emballante voir carrément à chier m'avait vraiment rebuté face à cette oeuvre. Mais l'oeuvre de l'américain Fukunaga est bien plus attrayante, sur de nombreux points : mais l'un d'entre eux dépasse tous les autres, puisque l'interprétation des acteurs est juste monumentale - si Fassbender apporte toute sa classe à son rôle, Wasikowska qu'on avait vaguement découverte dans le très mauvais Alice au pays des merveilles est elle aussi excellente - sans parler des seconds rôles bien fournis, notamment Jamie Bell, Judie Dench ou encore Sally Hawkins. Jane Eyre n'est ni chiant ni gnian-gnian comme l'était le film de 1996, mais bien plus posé, avec en plus une mise en scène très belle, des constructions de plans plutôt réussie, sans parler d'une bande-originale qu'on pourrait presque qualifier de "chef d'oeuvre" tant ses sonorités rappelant parfois du Williams en mode rom' sonnent juste tout le long du film.


Mais si ce Jane Eyre version 2012 (ou plutôt 2011) est une réussite, il n'est peut-être pas parfait - se classant sans trop peiner parmi les meilleurs films à sonnante romantique du moment, on ne peut qu'espérer que les nombreux projets du genre en cours (Confession d'un enfant du siècle) seront à la hauteur de ce Jane Eyre plutôt très bien, tant on ne se fait pas chier, avec des moments d'extase pure puisque de nombreuses scènes sont à classées parmi les meilleurs que j'ai vu en salles cet été. Allez-y, n'ayez pas peur, surtout si vous avez été comme moi laissés de marbre par la malheureuse version avec Charlotte Gainsbourg.

0 commentaires:

Publier un commentaire