Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

dimanche 30 septembre 2012

Savages

Réalisé par Oliver Stone
Avec Blake Lively, Taylor Kitsch, Aaron Taylor-Johnson, Salma Hayek, Benicio Del Toro, John Travolta
Thriller américain (2012)

Résumé :
Laguna Beach, Californie : Ben, botaniste bohème, Chon, ancien Navy Seal, et la belle O partagent tout. Ben et Chon sont à la tête d’un business florissant. Les graines ramenées par Chon de ses missions et le génie de Ben ont donné naissance au meilleur cannabis qui soit. Même s’il est officiellement produit pour des raisons thérapeutiques, ils en dealent partout avec la complicité de Dennis, un agent des stups. Leur affaire marche tellement bien qu’elle attire l’attention du cartel mexicain de Baja, dirigé d’une main de fer par Elena. Face à leur proposition d’"association", Chon est partisan de résister par la force, mais Ben préfère tout abandonner. Pour les contraindre à coopérer, le cartel kidnappe O. Elena a eu raison d’utiliser les liens très forts du trio, mais elle a aussi sous-estimé leur capacité à réagir… C’est le début d’une guerre entre l’organisation du crime dont le bras armé, Lado, ne fait aucun cadeau et le trio. Qu’il s’agisse de pouvoir, d’innocence, ou de la vie de ceux qu’ils aiment, tout le monde a quelque chose à perdre.

Oliver Stone est souvent considéré, à l'image d'un Brian De Palma ou d'un Francis Ford Coppola (quoi que pour ce dernier je ne sois pas d'accord !) comme l'un de ces géants du cinéma des années 70 et 80 qui s'est écroulé à petits feux jusqu'à ne produire que des "navets". D'une certaine façon, les mauvaises langues qui sont de cet avis n'ont pas tort : passé de Platoon, Né un 4 juillet, Wall Street, The Doors, JFK ou encore Tueurs nés à W., Alexandre, Alexandre ou Wall Street 2 c'est quand même chuter grandement. C'est alors que sort la bande-annonce de Savages : ça a l'air déjà bien meilleur. Bande-annonce laissant présager quelque thriller profond et terriblement violent, c'est ainsi que je me rends dans la salle en fermant les yeux, m'imaginant devant le meilleur Oliver Stone depuis L'enfer du dimanche (sorti en 1999) - et en conclusion on peut dire que Savages est bien loin de tout ce qu'on pouvait imaginer : oui, c'est le meilleur Stone depuis 1999, mais non, ce n'est pas un thriller psychologique terrifiant et dérangeant. Pas du tout.


Savages est au final bien plus proche de la filmo de Stone de ce qu'il pouvait laisser transparaître : si son propos se rapproche souvent de l'absurde, voir du burlesque (notamment à travers les personnages de Benicio Del Toro et John Travolta), on est ici dans une métaphore évidente du capitalisme - évident quand on sait qu'Oliver Stone est de bonne gauche. Parfois presque parodique, sans jamais tomber dans la facilité, et malgré quelques lourdeurs il est évident qu'il y a ici d'excellentes idées de mise en scène et surtout un casting, mis à part Taylor Kitsch et Blake Lively, de très haute qualité : un Aaron Johnson convaincant, un Benicio Del Toro stupéfiant, un John Travolta plutôt rigolo et une Salma Hayek dans l'un de ses meilleurs rôles de ses dernières années.
On retiendra cependant la bêtasse scène finale, qui si elle est plutôt maline n'est cependant pas très fine - et c'est dommage car Savages avait les allures d'un grand film, mais ce sont ces petits détails un peu cons qui finissent pas clouer le film au rang de "divertissement futé", qui ne va pas au-delà du très bon film.


Après il est certain que nombreux seront ceux qui n'adhéreront pas à Savages. Puisqu'au final Savages est à l'image de son sujet : un odieux trip complètement shooté et limité foutoir, incomparable à quoique ce soit, proche parfois du génie et tantôt de l'idiotie la plus passive, entre violente critique de la drogue et démagogie junkie. On est dans le n'importe quoi, mais une fois que ça se termine, on se dit que c'est finalement ce genre de film qui convient le mieux à Oliver Stone, dont pour le coup, le nom lui colle très bien.

1 commentaires:

  1. Bonne critique, même si je ne suis pas d'accord sur tous les points (par exemple j'ai adoré la fin, j'ai trouvé que c'est drôlement osé et que cela rendait le film encore plus délicieux qu'il ne l'est déjà ^^). Une grosse surprise pour moi, et un excellent Thriller!

    RépondreSupprimer