Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 25 octobre 2014

Houdini - Intégrale


MINI-SÉRIE HISTORY CHANNEL
Créée par Nicholas Meyer
-------------

Nul besoin de faire l’affront de présenter Houdini, sans aucun doute le plus célèbre prestidigitateur de l’histoire. Alors qu’on pouvait s’étonner de savoir que l’homme n’a inspiré que très peu de films par le passé (une fois avec Tony Curtis, et une autre à la télévision dans les années 70), History Channel arrive cette année avec ce projet intriguant et plutôt exaltant de transposer la vie de l’homme en une mini-série de deux épisodes (un téléfilm en deux parties serait une définition plus appropriée), où le rare mais sympathique Adrien Brody interprète le légendaire illusionniste. A l’écriture ? Nicholas Meyer, ancienne gloire des années 70 et 80, qui restera dans les mémoires pour son travail sur Star Trek, Sherlock Holmes et tout un tas de films de science-fiction cultes de cette période (Time After Time ou encore The Day After).


Mais voilà, comme si tout ceci n’était qu’un simple exemple d’une fâcheuse ironie du sort, Houdini la série n’est qu’une illusion : sur le papier c’est enthousiasmant, mais dans la pratique, il n’y a pas grand-chose à sauver de ce naufrage. Des acteurs qui cabotinent, tous et sans exceptions, une mise en scène hystérique, affreusement lourde, soulignée et forcée, une écriture qui ressemble presque à un cas d’école de ce qu’il ne faut pas faire dans un biopic : retracer la vie de cet hommes en scénettes, par tranches de vie ce cinq ou dix minutes saupoudrées d’un suspense en carton qui n’a au final aucune espèce d’importance tant on en a rien à foutre du destin des personnages.
On finit par penser à Insaisissables, pour ses effets de réalisation tape à l’œil, sa musique d’action movie bas de gamme, ses personnages secondaires (et même principal) aussi interchangeables que des soldats de l’Armée Rouge, le tout sur fond de magie et d’une écriture fatidiquement débile. Entre les références à Sherlock Holmes aussi subtiles qu’un access prime-time sur Direct8, le pauvre Adrien Brody qui semble encore moins inspiré ici que dans ses plus mauvais choix de carrière, un montage et des effets spéciaux qui n’auraient pas démérité un avertissement à l’épilepsie… Houdini est une catastrophe absolue. Pas que la série ne tente rien ou soit sans personnalité (c’est souvent les arguments avancés pour parler des déchets de la télévision), mais sa forme est si agaçante, ringarde et surtout, niaise (on sent la volonté d’adopter le style du zeitgeist) que l’ensemble de la démarche demeure indigeste.



A part pour avoir une migraine, difficile de recommander Houdini. S’il fallait lui trouver une qualité, c’est qu’elle soit si courte, que le drame soit vite expédié, et donc oublié, que la souffrance soit ainsi abrégée. Alors que History Channel avait plutôt surpris avec Vikings et Hartfield & McKoys, Houdini nous remet les pieds sur terre : insupportable daube prétentieuse et idiote, à éviter à tout prix si vous voulez vous préserver le peu d’intérêt que vous gardiez pour la carrière d’Adrien Brody.

0 commentaires:

Publier un commentaire