Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 28 octobre 2014

The Knick - Saison 1


SAISON 1 CINEMAX
Créée par Jack Amiel, Michael Begler
-------------

Quand, il y a un peu plus d’un an, Steven Soderbergh annonçait mettre un terme à sa carrière cinématographique, on pouvait presque faire une analyse de cette décision plutôt surprenante de l’un des cinéastes les plus prolifiques de la dernière décennie : suite à l’enfer de production que fut Behind the Candelabra, aucun studio ne voulant donner des fonds à un film jugé trop « gay », Soderbergh se rabat sur la chaîne à péage HBO. Oui, parce que même si cette vérité a tendance à s’estomper de plus en plus, beaucoup de réalisateurs reconnus le répètent : si vous voulez pouvoir créer librement, l’unique solution, aujourd’hui, c’est la télévision. Quoi de plus logique, un an plus tard, de retrouver Soderbergh à la réalisation d’une série diffusée sur Cinemax, antenne du groupe HBO ?


The Knick est une série brutale. Traiter de la médecine moderne par le prisme de ses origines – un hôpital new-yorkais du début du XXème siècle – implique forcément une certaine violence visuelle. Car si au moins une ou deux fois par épisode, Soderbergh met en scène de la chirurgie, sa réalisation n’est, quant à elle, jamais chirurgicale. Le sang coule, les organes envahissent le cadre, les mains se salissent. C’est sans aucun doute le plus grand intérêt de la série : cette manière de montrer, sans tabous ni censure, la réalité scientifique de cette époque. L’ensemble contraste drastiquement des habituelles séries médicales auxquelles la télévision américaine nous a habitués. Au-delà de ça, la première saison de The Knick présente ses limites assez régulièrement : intrigue peu intéressante, épisodes n’apportant rien d’autre que de l’ennui, développement de personnages laborieux (les péripéties d’Herman Barrow sont à cet égard mal exploitées). Pourtant la mise en scène est splendide, ingénieuse et cohérente, du choix de la bande-originale jusqu’au cadrage froid et glauque, de l’intelligence de Soderbergh pour ce qui est d’entamer et de couper une scène, de jouer sur le non-dit, le sous-entendu et l’induit, tout en restant visuellement subversif, sans parler de cette classe cinématographique inégalable qu’il apporte au show. Les acteurs sont excellents, Clive Owen en tête, tous bien dirigés jusque dans les plus obscurs seconds rôles.
Mais voilà : The Knick échoue dans la durée, alternant des épisodes et des scènes proches du chef d’œuvre (le fabuleux septième épisode) avec des passages à vide dignes des plus mauvaises pénultièmes saisons. Difficile de parler de potentiel mal exploité, car il n’y a objectivement rien à dire sur la mise en scène et la direction d’acteurs, mais on peut qu’espérer que la deuxième saison apporte avec elle un scénario plus accrocheur et moins vain.


N’en demeure pas moins qu’on reste devant une franche réussite. Sans pour autant être un incontournable, The Knick est l’une des nouveautés les plus originales et appréciables de l’année. Démonstration évidente de talents multiples, vent d’air frais dans le panier si calibré des séries médicales et des period dramas, on sait qu’il y a les moyens de faire de la nouvelle série Cinemax une grande œuvre. Mais il faudra encore faire ses preuves et confirmer ses qualités l’année prochaine.

0 commentaires:

Publier un commentaire