Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 28 février 2016

The Revenant


THE REVENANT (2016)
RÉALISÉ PAR ALEJANDRO G. IÑARRITU
AVEC LEONARDO DICAPRIO, TOM HARDY, WILL POULTER
-------------

Entre sa production apocalyptique et ses ambitions d’Oscars, on en viendrait presque à oublier qu’avant d’être la nouvelle affiche de DiCaprio ayant frôlé l’accident industriel, The Revenant n’est qu’un film. Porté par la démesure égocentrique de son metteur en scène, par la multiplication des défis techniques qu’il s’est lancé et par la teneur mythologique de son récit, le dernier Iñarritu a su déchaîner les passions – en bien comme en mal. Plus que de choisir un camp, il s’agira ici de rendre hommage à l’artiste, plus qu’au conteur.


Dans cette jungle glaciale et sauvage, l’Homme n’est pas à sa place. Pour survivre aux flèches et aux ours, il revêtit son costume en peaux, revenant à ses plus bas instincts, à sa forme animale originelle, comme un superhéros préhistorique. On suit une vengeance, un périple long de près de trois heures sur fond de religion, de génocide de bestialité – mais au final, The Revenant est davantage une expérience sensorielle plutôt que l’odyssée mystique qu’il souhaiterait être. Pas qu’Iñarritu ne sache pas illustrer et donner une sémantique à ses images – mais ce prétexte n’est guère intéressant et gangrène finalement la vraie aventure, le véritable enfer, le seul et unique poème de The Revenant : sa mise en scène.
D’une maestria technique invraisemblable, il est difficile d’y trouver une chose à redire. De la direction d’acteurs impeccable à la sublime photographie, de l’audace de chaque parti-pris au cadrage tarkovskien obsédant, de la bande-originale atmosphérique à la majesté des décors. Lorsque la violence physique de ses protagonistes se transforme en violence psychologique pour le spectateur, The Revenant a déjà gagné la partie. Son amour de l’hors-normes et sa passion du relief parachèvent de lui conférer ce charme singulier d’un cinéaste en quête d’eldorado.


Finalement, l’histoire est simple, les personnages aussi – la première est parfaitement racontée, les seconds sont interprétés par des acteurs irréprochables. Une critique qui revient souvent vis-à-vis de The Revenant, c’est qu’il n’a rien à relater – pourtant Iñarritu n’aurait eu aucun intérêt à complexifier davantage sa trame principale ; non, la vraie faille de son film, c’est qu’à vouloir tout relier, tout justifier, le réalisateur tente de donner un sens à ce qui n’en as pas. La survie dans ce qu’elle a de plus sauvage n’a rien de dégradant en tant qu’idée de cinéma, il aurait mieux fait de s’y tenir.


1 commentaires:


  1. It's remarkable in support of me to have a web site, which is valuable designed for my experience. thanks admin facebook login facebook login

    RépondreSupprimer