Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 27 mai 2012

Men In Black 3

Réalisé par Barry Sonnenfeld
Avec Will Smith, Tommy Lee Jones, Josh Brolin
Comédie de science-fiction américaine (2012)

Résumé :
En quinze ans de carrière chez les Men in Black, l’agent J a vu beaucoup de phénomènes inexplicables… Mais rien, pas même le plus étrange des aliens, ne le laisse aussi perplexe que son partenaire, le sarcastique K. 
Lorsque la vie de K et le destin de la Terre sont menacés, l’agent J décide de remonter le temps pour remettre les choses en ordre. Il va alors découvrir qu’il existe certains secrets de l’univers que K ne lui a jamais révélés. Il est cette fois obligé de faire équipe avec l’agent K, plus jeune, pour sauver la vie de son partenaire, l’agence, et l’avenir même de l’humanité…
C'était pourtant pas gagner. Suite de Men In Black, premier du nom, film culte de la team Spielberg, sorti en 1997, et de sa suite insoutenable et pas drôle sorti en 2002, Men In Black 3, pas très aidé par un développement et un tournage chaotique et des aprioris dus à la déception du second épisode, n'était pas réellement fait pour gagner. Mais c'est là que Sonnenfeld surprend le plus puisqu'en s'adaptant aux nouvelles modes tout en gardant l'humour décalé du premier, il parvient non seulement à réduire dans notre mémoire le second à épisode à l'état de cendres volcaniques, mais aussi à surpasser son premier coup. Et avec classe.


Déjà, il faut dire que le début de ce Men In Black était mal parti : tout commence à puer le blockbuster sans fond, et on rigole que très peu. Et puis, soudain, à partir d'un certain retour dans le passé, tout démarre. Rythmé, énergique et totalement décalé avec des scènes totalement cultes (celle avec Andy Warhol fera date) et des répliques qui le sont tout autant, Sonnenfeld parvient littéralement ce qu'il n'avait pas totalement réussi avant, même avec le premier : faire rigoler bien plus avec de l'humour parfois plus accessible qu'auparavant, mais en rien moins drôle.
C'est aussi vers la fin que MIB3 trouve une certaine force dans son récit : cet évènement si marquant pour K est bien plus fin qu'il n'y parait et permet de reconsidérer la saga dans son entier en donnant un côté émouvant pas détestable à ce volet. Du côté des acteurs, on fait l'impasse sur Will Smith, qui ne change pas son jeu, Tommy Lee Jones, égale à lui même... mais on retiendra une mention spéciale pour Josh Brolin, qui interprète avec brio un K jeune, et donne véritablement une profondeur surprenante à son personnage.


Alors au final, si ce Men In Black 3, non exempt de défaut, est peut-être bien plus commercial que son premier prédécesseur, il n'en est pas moins une réussite d'humour et de divertissement total, un véritable bon moment, qui, sans atteindre des sommets dans le genre, parvient à redorer avec brio l'image de la saga. Un bon film, qui doit beaucoup à un style très rythmé et à des situations qui auront sans doute un statut de culte pour pas mal de fans.

0 commentaires:

Publier un commentaire