Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 28 mai 2012

Sur la route

Réalisé par Walter Salles
Avec Garrett Hedlund, Sam Riley, Kristen Stewart
Road Movie Américain (2012)
Résumé :
Au lendemain de la mort de son père, Sal Paradise, apprenti écrivain new-yorkais, rencontre Dean Moriarty, jeune ex-taulard au charme ravageur, marié à la très libre et très séduisante Marylou. Entre Sal et Dean, l’entente est immédiate et fusionnelle. Décidés à ne pas se laisser enfermer dans une vie trop étriquée, les deux amis rompent leurs attaches et prennent la route avec Marylou. Assoiffés de liberté, les trois jeunes gens partent à la rencontre du monde, des autres et d’eux-mêmes.
Le roman de Jack Kerouac peut aisément être considéré comme l'un des romans majeurs du siècle passé. Représentation et oeuvre presque fondatrice de la beat generation, psychédélique et ayant inspiré la quasi totalité des road movies, tant au cinéma qu'en littérature, il aura cependant fallu attendre cinquante ans avant d'en voir une adaptation au cinéma. Soyons francs, malgré quelques extraits alors que je rodait entre les rayons d'une bibliothèque par pure curiosité, je n'ai jamais lut le livre de Kerouac, et après l'adaptation de Salles, je dois dire que ça me branche vraiment bien.


Y avait eut un certain casse critique sur le film Sur la route. Jugé lent et traité de tous les noms d'oiseaux par pas mal de monde, je dois dire que j'ai été agréablement surpris de découvrir à la fois une véritable réussite, qui, si elle contient peut-être des défauts de rythme sur le moment, réussi à faire réellement réussir quelque chose à certains moments, et surtout une fois le film fini, ou avec le recul pris : cette "fureur de vivre" qui construit le métrage est finalement insufflée au spectateur. Car je pense qu'au final, le nouveau film de Walter Salles (en projet depuis 30 ans par Coppola et développé depuis 8 ans par Salles lui même) fait partie des ces quelques films du Festival de Cannes 2012 (avec Cosmopolis notamment) qui laisseront véritablement une empreinte psychologique chez le spectateur.
Il est aussi obligatoire de signifier les performances d'acting : Kristen Stewart, à l'image de Robert Pattinson dans un rôle post-Twilight où elle brille littéralement, livrant réellement LA performance du film, mais aussi Garrett Hedlund, qui est ici réincarnation de James Dean, tant par son charisme et sa fureur qui se développent tout le long. Ajoutons à cela la très bonne perf' de Sam Riley, mais aussi les nombreux seconds rôles très bien menés (Tom Sturridge, Kirsten Dunst, Viggo Mortensen et Amy Adams).


Sur la route me ferait presque douté de la justesse de mes goûts cinéma. Car c'est pour moi un film phare et déconcertant, qui, sans vouloir singer l'oeuvre de Kerouac, se détache de son style inadaptable pour finalement livrer un road movie intelligent, véritable reflet d'une époque, le tout avec un Walter Salles, qui comme l'ont dit avec brio certains critiques presse "préfère filmer les personnages aux paysages". Fort, marquant et je pense aussi, sous-estimé. Une excellente surprise qui a payer très cher ses longueurs.

0 commentaires:

Publier un commentaire