Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

lundi 10 juin 2013

« Chaos is a Ladder » Game of Thrones - Saison 3

SAISON 3 - HBO
Créée par David Benioff & D.B. Weiss

Je vais commencer par répondre à une question que vous pouvez vous poser - Oui, j'ai lut les livres de George R.R. Martin, je suis à jour, j'ai finit le tome 5 A Dance With Dragons en février dernier (avec la sortie du quinzième tome de l'édition française), et Oui, je suis un fan absolu de cette saga même si j'ai vu la saison 1 en ayant lut que les cinquante premières pages du premier tome. Enfin bref, je tiens aussi à préciser que je ne vais pas spoiler la suite des avènements, mais que cet article sera bourré de spoilers sur cette saison 3. Donc si vous n'êtes pas à jour, vous pouvez passer votre chemin et revenir après Mhysa.
Je dois dire que je suis assez étonné en faites. Parce que si la saison 1 avait eut ses détracteurs (peu nombreux), la saison 2 avait finit par en regrouper d'avantage, mais cette saison 3 a déchaîné les foules. Oui, bon, c'est relativement faux, notamment dû au fait que cette partie de la population qui suit Game of Thrones reste restreinte et on ne l'a trouve qu'en se rendant sur des forums spécialisés séries. L'accueil est toujours énorme, hein, mais des voix critiques sur la série de HBO se multiplient, et plus qu'on ne pourrait le penser. Si pour la seconde saison (plus calme, certes), ça pouvait se comprendre, je dois dire que puisqu'il s'agit de la saison , leurs voix me sont impénétrables.


Le bouquin 3 A Storm of Swords est le meilleur de la saga littéraire - cette saison 3 s'intéresse à peu près aux deux tiers de celui-ci (les intrigues de certains personnages s'arrêtent plus vers la moitié, d'autres sont quasiment arrivés à la fin de ce qui était raconté dans le livre), il est donc évident, même si la seconde partie du tome est bien plus épique que la première, qu'on tiendra pour ces saisons 3 et 4 probablement les meilleures de la série. Faut dire qu'il s'en passe des choses - et on peut diviser cette saison en deux parties bien distinctes : la première, globalement la plus difficile adaptable car étant le premier quart du livre (comme souvent dans Le Trône de Fer, il ne se passe quasiment rien) démarre lentement mais les épisodes 3 à 5 sont excellents et sont à classer parmi les meilleurs de la saison. Après, petit coup de mou jusqu'à l'épisode 8 (si l'on excepte The Bear and the Maiden Fair - les puristes comprendront), qui remonte le niveau, avec un épisode 9 monstrueux à classer parmi les meilleurs de la série (faut dire que les Noces Pourpres ça allait forcément donner quelque chose d'énorme) et un épisode final qui arrive à recréer des enjeux de très belle façon alors qu'il ne s'agit que de la moitié du livre.
Et je dois dire que même les détracteurs devraient se montrer admiratifs du travail des D&D pour gérer de si belle façon une bonne dizaine d'arcs narratifs, et quatre fois plus de personnages principaux - Game of Thrones est de loin la série chorale la plus réussie de l'histoire de la télévision, et personne ne pourra le nier. Après, c'est là qu'on remarque, encore plus que dans le livre, la faiblesse de certains de ces arcs : comme dans le livre, la partie où tout réussi à Daenerys est au final un peu casse-burnes quand on l'a met en parallèle de ce qui se passe sur le continent de Westeros, alors que je trouve que l'arc de Bran qui était un supplice dans le bouquin a été ici très bien traité (les acteurs choisis pour les Reed sont géniaux - il faut le dire). Quelques maigres retenues aussi pour ce qui se passe chez Theon - car même si sa scène de l'épisode 10 est géante (cette saucisse - cette façon d'amener l'identité de Ramsay - cette façon d'amener le personnage de Schlingue), d'autres, tirées en longueur et étrangement multipliées, sont un peu gênantes et répétitives, mais c'est secondaire - Iwan Rheon, choisi pour le rôle de Ramsay Bolton, est excellent.


La relation Jaime/Brienne est très bien retranscrite à l'écran - faut dire que dans le livre, elle est juste passionnante et j'ai ressenti devant la scène de l'ours (The Bear and the Maiden Fair !) ce que j'avais ressenti dans le livre : ces moments où Martin fait du romantisme, un peu de beauté sanglante dans son oeuvre gigantesque. La scène des bains de Harrenhal est dans cette même veine, et le monologue de Jaime Lannister durant cette scène est tel qu'il s'agit sans doute de l'une des meilleures scènes toutes saisons confondues. Du côté de Arya / La Fraternité Sans Bannières / Sandor Clegane / Gendry c'est aussi une plutôt bonne surprise - le duel à l'épée de feu est très bon, Clegane est encore plus fascinant que dans le livre, Maisie Williams est depuis longtemps l'une des meilleures actrices de la série, et si ils ont fait de gros changements sur Gendry afin de limiter le nombres de personnages (pas besoin d'introduire un Edric Storm), tout retombe sur ses pattes grâce à la fin de la saison, et on se dit que c'était bien pensé.
Chez Jon Snow c'est relativement fidèle - ou du moins quand ça ne l'est pas, c'est bien arrangé. Ciarin Hinds, le Mance Rayder télévisé, est d'ors et déjà très bon, et si leur Tormund m'avait un peu déstabilisé au premier abord, je dois dire que j'étai été bien plus convaincu au fil des épisodes même si je peine à le voir dans les événements de A Dance With Dragons. La scène de l'épisode 9 (et sa "mythique" - dans les livres - presque rencontre avec Bran et Jon Snow) est bien la meilleure de toutes, avec un sublime combat.
On passera outre les intrigues à Port-Réal - elles sont moins importantes dans la première partie de A Storm of Swords et ça se ressent, même si certaines sont géniales (les scènes du Conseil Restreint, très très réussies, ou encore le mariage de Tyrion et Sansa, qui m'a bien plus retourné que dans le bouquin), mais on ne peut oublier l'arc Robb / Catelyn, à l'origine de la meilleure scène de l'histoire de la série - et des livres au passage, ou alors pas loin.


Les Noces Pourpres. The Red Wedding. Ces quelques mots qui effraient depuis longtemps les lecteurs des bouquins de Martin - de notoriété public la scène la plus marquante et la plus choquante des livres, ramenant des souvenirs presque estompés de la mort de Ned Stark dans le premier livre. En faites, c'est surtout qu'en deux livres, il n'y avait pas eut de réels événements aussi choquants - c'est comme si Martin nous disait « Hé, les mecs, vous vous rappelez quand j'ai décapité le papa Stark ? Bah c'était pour vous donner un message - You Win Or You Die - Remember ? » Outre l'intelligence folle de l'écriture de la scène et son inscription dans une continuité narrative qui la définit presque comme une évidence (qui a dit Shakespeare ?), c'est surtout la furie qu'elle a déchaîné qui a été plaisante à voir. Tous les lecteurs y sont passés. Y compris moi. Et le fait de savoir dès l'annonce des titres des épisodes (The Rains of Castamere - c'est cramé que c'est l'épisode neuf si on a lut les livres) lequel d'entre eux retracerait ces fameux événements avait un aspect presque divin : et il faut dire que même si l'épisode 9 m'a retourné autant que dans le livre, le plus amusant était de voir les non-lecteurs y réagir (700 000 publications sur Twitter et Facebook dans les un jour après l'épisode à propos de celui-ci - c'est presque du jamais vu).
Du jour au lendemain, les Noces Pourpres sont devenues l'une des scènes les plus choquantes, terrifiantes et surprenantes de l'histoire de la télévision. Cette saison 3 a battu des records - Game of Thrones n'est plus un simple show, c'est un véritable phénomène, la série la plus téléchargée de l'histoire, et les épisodes ne font pas les meilleurs scores du monde c'est parce qu'HBO est payante. Mais il est évident que Game of Thrones n'est pas loin d'être la série la plus suivie de l'histoire de la télévision, et c'est à mettre en parallèle avec ses réussites artistiques. On notera aussi la grande qualité de la bande originale de Ramin Djawadi, son meilleur travail toutes saisons confondues (Mhysa, ou encore les variations orchestrales sur The Rains of Castamere), et aussi les progrès évidents sur la mise en scène (celle des deux derniers épisodes, réalisés par David Nutter, est excellente - de magnifiques plans, dont le plan final de l'épisode 10, ou encore les dernières scènes de Peyredragon et de Bran) alors qu'il s'agissait jusque alors de l'un des principaux "défaut" de Game of Thrones. De même que la performance de nombreux acteurs : si on crachait sur Emilia Clarke et Kit Harrington pour les précédentes saisons, il faut dire que le second s'est sensiblement amélioré jusqu'à devenir l'un des acteurs les plus en vue de la saison - il en est pareil pour Michelle Fairley, avec sa performance étonnante dans l'épisode 9. On est toujours ébahi devant un Peter Dinklage ou un Charles Dance, une Lena Headey ou un Alfie Allen, mais les performances du casting intégral sont encore plus impressionnantes, et on a ici le meilleure casting pour une série depuis The Wire. Les moyens ont grossi aussi, et si certains critiquaient les effets spéciaux des saisons précédentes, ici on est ébahi devant la qualité numérique de certains passages, qui rivalisent sans problème avec des films à gros budget.


Game of Thrones - Saison 3 a fait un pas. Un pas qu'il fallait faire dans la série et dans le monde de la télévision. Aucune série n'est aussi épique, aussi passionnante. Certains voient certains longueurs, moi je voit le déploiement sans limites de dizaines d'intrigues qui vont toutes converger vers les événements futurs : des événements encore plus sanglants, encore plus sauvages, encore plus terribles, encore plus choquants. Game of Thrones n'est pas seulement la meilleure série actuellement divisée, c'est devenu en trois saisons la plus grande oeuvre audiovisuelle de fantasy jamais créée - devant Jackson, devant tant d'autres. D'une qualité scénaristique qui n'est plus à démontrer, toujours plus terrible et choquante, comme si on avait cru avoir oublié Baelor, d'une qualité visuelle encore plus magnifique, avec des plans de plus en plus ambitieux, des moyens de plus en plus grands (j'ose à peine imaginer le budget), des acteurs se surpassant sans cesse, mais aussi une bonne d'ose de frissons, de sentiments chamboulés. A l'image du monologue (original car n'apparaissant pas dans le livre) de Littlefinger : « Chaos is a Ladder. » Ce chaos c'est Game of Thrones. Une montée en puissance qui n'a pas finit de nous surprendre et de gravir un échelon de plus. La meilleure série en production de la télévision contemporaine. Point.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire