Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 14 juin 2014

Les Poings contre les murs


RÉALISÉ PAR DAVID MACKENZIE
AVEC JACK O'CONNELL, BEN MENDELSOHN, RUPERT FRIEND
-------------

Le film carcéral est presque devenu un genre à part entière - décliné par tous les pays, à toutes les époques, et sous tous les formats. Qu'est-ce que Les Poings contre les murs (Starred Up en version originale) pourrait donc bien apporter de plus à un thème déjà essoré jusqu'à la moelle ? Réalisé par le britannique David MacKenzie, notamment remarqué il y a deux ans pour Perfect Sense et dont la filmographie est un bordel sans nom, alternant projets de science-fiction, films musicaux et comédies Kutcher-iennes. Starred Up raconte donc l'histoire d'un jeune "surclassé" (considéré comme un adulte pénalement) qui se retrouve dans la prison de son père.


Quelle est donc l'originalité de Starred Up ? Elle est d'abord difficile à déceler mais, étrangement, ce serait vers les caractéristiques de son  personnage principal qu'il faudrait chercher. Il est fort, délinquant, oui, mais le plus intéressant c'est que c'est un mineur. Un mineur surclassé, certes, mais un mineur quand même. Il ne le paraît pas vraiment, surtout au début, mais c'est un gamin. MacKenzie pose donc des questions reliées à cette situation, et remet en doute le rôle même de la prison. Rôle qui consiste en partie à sanctionner certes, mais aussi et surtout à changer et redresser la situation de ses occupants. Encore plus lorsqu'il s'agit d'un mineur. C'est cet engagement pour une thématique rarement abordée lorsqu'on parle d'environnement carcéral qui rend Starred Up si intéressant - à travers un scénario certes classique, mais qui possède une profondeur et une réflexion véritablement intéressantes.
MacKenzie est en tout cas un brillant metteur en scène. Sa réalisation n'est pas tape-à-l’œil mais parvient à supporter son propos avec classe et tension. Un huis-clos vaste qui rend ses couloirs étouffants et ses cellules oppressantes. Peut-être pas du génie mais en tout cas une maîtrise du cadre qu'on aimerait retrouver plus souvent dans ce genre de film. Jack O'Connell en délinquant en perte de repères crève l'écran, le reste de l'excellent casting forme une base solide pour des personnage archétypiques mais charismatiques.


Plus épais qu'en apparence, Starred Up est un film musclé qui ravira autant les amateurs du genre que les curieux en quête d'un film carcéral qui change un peu. L'ambiance est puissante, techniquement c'est irréprochable et quelques scènes resteront marquées dans l'esprit du spectateur. Sans doute pas indispensable, mais une réussite qui s'engage là où on l'attend pas. Une bonne surprise venue d'outre-manche.

0 commentaires:

Publier un commentaire