Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 18 janvier 2015

Helix - Saison 1


SAISON 1 SYFY
Créée par Cameron Porsandeh
-------------

Ronald D. Moore est à l'origine de ce qui est (et restera ?) sans doute la meilleure série de l'histoire de la chaîne Syfy : Battlestar Galactica. Avec deux nouvelles créations en 2014, et ce après n'avoir quasiment rien proposé depuis la fin du fameux space opera, on peut dire qu'on attendait le monsieur au tournant. Outlander, sur Starz, show fantastique adapté de best-sellers, et Helix, sur la chaîne qui l'a révélé, série de hard science qu'il a développé et où il officie en tant que producteur.


Sur le papier, Helix ressemble à un remake non-avoué du The Thing de Carpenter, revisité à la sauce zombies : le pilote va même dans ce sens, et est à cet égard plutôt convaincant. Puis, plus la série évolue, plus ces errements horrifiques et mystérieux laissent place à une oeuvre tout autre : réflexion non camouflée sur la génétique, la morale scientifique, l'eugénisme, l'immortalité, le pouvoir divin et la religion, Helix est au fond une série extrêmement intéressante. Si ce n'est singulière. Puisque contrairement à beaucoup de séries de science-fiction dont le concept n'est propice qu'aux péripéties, ici la base de Helix dessert une réflexion philosophique surprennement poussée assez loin. Il est quand même nécessaire de rappeler que si Syfy fait des séries plutôt médiocres en général, elles possèdent paradoxalement toutes un vrai message, un thème propre, toujours objet d'analyse très pertinent. Ajoutez à cela quelques séquences anxiogènes au possible, et Helix serait presque proche de la série de hard SF ultime que tout le monde attendait.
Pourtant la forme n'a rien de très intéressante en soi. Les intrigues traînent en longueur, les arcs s'éternisent, les personnages sont des coquilles vides malgré les tentatives désespérées des scénaristes pour les développer, la mise en scène est relativement plate même si quelques bonnes idées (la bande-originale décalée en totale contradiction avec le propos du show qui lui donne un certain côté burlesque assez réjouissant) viennent sauver cette affaire d'une catastrophe qui pointe son nez en fin de saison.
Au final, le propos scientifique semble avoir peu à peu déserté la série. Les derniers épisodes relèvent ainsi bien plus du délire fantastique que du thriller chirurgical de science-fiction du début de saison. C'est dommage, et il y avait surement de meilleures choses à faire, surtout que Helix n'est pas loin d'être une véritable bonne série. On condamne peut-être la création de Cameron Porsandeh trop tôt : la deuxième saison nous donnera sans doute tort ou raison de façon définitive, suivant la direction prise.


« Il est difficile d'être un Dieu », titraient les frères Strougatski. Helix se rapproche effectivement de la pensée d'un Jurassic Park. Michael Crichton n'est pas très loin de cette fable moderne sur le pouvoir de la science, pertinente moralement mais peu convaincante formellement. Un jour il faudra quand même que Syfy se décide à approfondir davantage ses projets, ou les refiler à de vrais chaînes. Helix est encore une fois l'un des malheureux exemples de cette règle qui semble tragiquement suivre le destin de ces programmes : concept en or, résultat en carton. Triste.


0 commentaires:

Publier un commentaire