Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 2 janvier 2015

Looking - Saison 1


SAISON 1 HBO
Créée par Michael Lannan
-------------

San Francisco, la communauté homosexuelle, de nos jours. On pense à Queer as Folk, mais la nouvelle série HBO, aussi comparée à Girls, est pourtant bien différente de ces (honorables) influences. Pas de fil rouge, Looking construit effectivement davantage les relations entre ses personnages plutôt que leurs histoires respectives.


Lancinante, mélancolique, subjective, mais aussi très académique : avec cette atmosphère bleutée, ce regard proche mais objectif sur ses protagonistes, Looking s'admire d'abord par sa mise en scène. Si dans l'ensemble, cette dernière se révèle très classique, la qualité assez impressionnante de la photographie, du cadrage, de l'éclairage, confère à l'ensemble une identité visuelle très marquée. Chose bien moins présente dans la narration, peu originale et pas nécessairement hors du commun. C'est bien là la limite de Looking : si réussie techniquement soit-elle, on n'a jamais l'impression de regarder quelque chose de grand, de marquant, d'inoubliable. Plus une petite sucrerie sentimentale anecdotique mais appréciable, traitant - certes avec beaucoup de clichés - d'une communauté souvent reléguée au second plan à la télévision.
Le casting est très propre : si Jonathan Groff n'est pas toujours très crédible en candide gay bourgeois, le reste des acteurs - et principalement Murray Bartlett en pleine crise de la quarantaine - font un très bon boulot devant la caméra. Il faut dire que Lannan parvient à très bien capter les émotions et les caractères de ces différents visages, à les analyser sans les pousser trop loin à l'écran. Dans le genre subtile, c'est on ne peut plus accompli.


Intéressante mais peu courageuse, singulière mais peu originale, c'est autant de paradoxes qui composent cette première saison de Looking, bourrée de qualités dont on imagine difficilement comment elles pourront évoluer beaucoup plus à l'avenir. Cette fresque communautaire fascinante n'ennuie pas mais émeut très peu. A vrai dire on l'oubliera très vite, mais il est indéniable que ça passe le temps : reposer ses neurones trente minutes par semaine devant une dramédie sentimentale techniquement pas dégueulasse, c'est une offre très généreuse de la part d'HBO. Même si on est habitué à mieux.

0 commentaires:

Publier un commentaire