Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 20 janvier 2015

The Americans - Saison 1


SAISON 1 FX
Créée par Joseph Weisberg
-------------

Deux espions du KGB, infiltrés, dans les États-Unis de Reagan. Il y a dans le fond un petit air de Breaking Bad dans The Americans : la question du secret, de l’identité avortée et des apparences qu’on se donne. Chez Gilligan, le trafiquant de drogues est un cinquantenaire père de famille atteint d’un cancer, chez Weisberg, les agents russes sont un couple marié d’agents immobiliers, parents de deux enfants. La CIA remplace la DEA, les informations substituent la drogue, la banlieue de Washington en lieu et place du Nouveau-Mexique.


Mais malgré ces apparences, The Americans n’est pas une simple série d’espionnage. Certes, Weisberg, ayant anciennement travaillé à la CIA, développe avec réalisme et passion ces arcs à suspense au cours de cette première saison, mais lui-même décrit pourtant sa série comme une œuvre sur le mariage. Sans doute ne signifie-t-il pas seulement par là le mariage d’un homme et d’une femme, mais une alliance au sens large : celui de deux partis, de deux entités opposées, différentes, ayant leurs caractéristiques propres et leurs identités contradictoires. The Americans revisite la Guerre Froide par le prisme d’un ménage, arrivant, dans un même temps, à tourner en ridicule le clivage des deux blocs, et à réfléchir avec un certain pessimisme sur les relations qui unissent les deux composantes d’un couple.
Sans jamais être trop démonstratif, The Americans parvient à distiller sa narration sombre et pesante avec une grande maîtrise. Pourtant, elle conserve un problème de poids : la comparaison. Avec Breaking Bad ? Non, avec son pilote. Le premier épisode de la série est une telle claque qu’il est vraiment difficile de l’égaler ensuite. Aucun des arcs suivants n’arrive à se rapprocher de la scène d’intro démentielle, des plans à glacer le sang – le tout dernier –, et de cette intrigue efficace parfaitement posée. The Borgias avait eu le même problème : une introduction si parfaite que les péripéties qui suivront auront du mal à impressionner.


The Americans n’est pas une grande série. Pas encore. Des personnages interprétés avec talent par des acteurs brillement dirigés, un vrai suspense qui vous passionnera de A à Z, une direction artistique et une reconstitution admirables. Il manque un petit quelque chose pour que la série de Weisberg passe au niveau supérieur, comme il manque un petit quelque chose pour que FX concurrence HBO sur son terrain. Ce n’est pas le talent, ce n’est pas les moyens, ce sont peut-être leurs ambitions.


0 commentaires:

Publier un commentaire