Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 18 juin 2015

Silicon Valley - Saison 2


SAISON 2 HBO
Créée par Mike Judge, John Altschuler, Dave Krinsky

-------------

Si les formats courts HBO qui, dans un premier temps, sont de vraies comédies et qui, dans un second temps, font vraiment rire, sont une denrée de plus en plus rare, on peut déceler une certaine constante à partir des quelques œuvres qui réussissent ces deux tests : le plus souvent, ce sont des séries à l’humour bien vulgaire, proposant un message ou une satire en filigrane d’une finesse inattendue. Si la première saison de Silicon Valley était déjà une réussite indéniable, on attendait son second acte avec une impatience non camouflée : cette année, il fallait aller encore plus loin.


Et Silicon Valley a fait exactement ce qu’on attendait d’elle. Ce qui est fascinant à son propos, en dehors de ses situations hilarantes, c’est son intelligence assez inédite. Car Silicon Valley ce n’est pas un show superficiel sur un groupe de geeks asociaux comme ont pu le faire The Big Bang Theory et The It Crowd, loin de là : en s’inscrivant dans une logique économique purement contemporaine (essor des start-ups, influence des géants du web, monde parallèle de Palo Alto…) avant d’écrire des situations, Silicon Valley est une série qui parle de son époque, de ses acteurs, et ceci avec une subtilité délectable. C’est parfois un simple détail, une petite référence – comme cela est fait dans l’excellent écran-titre – ou même une scène toute entière à la limite de la parodie. C’est là qu’elle se démarque d’Entourage à laquelle on l’a souvent comparée – plus incisive, moins complaisante, moins fantasmée. Dans Entourage, les personnages étaient des idiots (involontaires) sympathiques, dans Silicon Valley, quand ils ne sont pas des sociopathes manipulateurs, ce sont des abrutis finis.
On se croirait parfois dans South Park, sauf que contrairement à la célèbre série animée, Silicon Valley construit une continuité et par extension une certaine forme d’attachement à ses individualités, desquelles respirent une forme d’humanité. Le génie de cette saison 2, c’est d’avoir su plus que jamais allier différents niveaux de finesse dans son humour, d’avoir su approfondir ses thématiques sans qu’elles n’envahissent la narration.


C’est à ça que l’on reconnaît les grandes séries, cette capacité d’allier plusieurs objectifs – ici la réflexion et le pur divertissement – sans qu’ils interfèrent entre eux. Tout simplement une leçon d’écriture, l’une des séries les plus drôles en diffusion, portée par un casting dévastateur. Un indispensable.

0 commentaires:

Publier un commentaire