Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 14 juin 2015

Vice-Versa


RÉALISÉ PAR PETE DOCTER, RONNIE DEL CARMEN
AVEC CHARLOTTE LE BON, MARILOU BERRY, GILLES LELLOUCHE

Après plusieurs années à produire des films à la qualité plus que discutable (même les Disney de la maison mère étaient plus intéressants, c’est dire !) et deux ans d’absence, Pixar revient en force en 2015 avec pas moins de deux longs-métrages. Premier à arriver sur nos écrans, Vice-Versa est le retour à la réalisation de Pete Docter, déjà à la tête de Monstres et Cie et de Là-haut. Casting vocal impressionnant – autant en français qu’en anglais – son concept comme ses retours cannois n’annonçaient que le meilleur, et la possible rédemption artistique d’un studio qui n’avait cessé de décevoir depuis l’excellent Toy Story 3.


Avec Vice-Versa, Pixar renoue avec son âge d’or. De son humour ravageur ultra-référencé à une justesse émotionnelle bouleversante, sans oublier l’intelligence thématique sous-jacente qui, bien plus que de simplement proposer une aventure palpitante, tend à faire réfléchir et donner aux parents un objet d’étude très malin sur la fin de l’enfance et sur la personnalité de chacun.
Vice-Versa regorge d’idées créatives et visuelles, réinterprétant à sa guise les plus basiques notions psychiques en allégories passionnantes, bien plus poussées qu’elles ne voudraient le faire croire. Chaque détail a un sens, chaque décision scénaristique, chaque choix visuel possède une définition profonde qui rend l’analyse ludique pour les plus âgés.
La trouvaille de Vice-Versa, et c’est une habitude courante chez Pixar, c’est bel et bien la complémentarité du texte et du sous-texte. Les plus jeunes y verront une aventure amusante et touchante aux personnages très réussis, les plus âgés une métaphore criante de réalisme de leur expérience personnelle, illustrée par des peluches loin d’être aussi caricaturales que prévues. Et c’est pour cela que Vice-Versa marquera les esprits. Les plus jeunes, épatés par ce film à huit ans, le redécouvriront dans une décennie en levant le voile sur tout ce qui avait pu leur passer sous le nez au premier visionnage.


Ce n’est sans doute pas le meilleur Pixar, mais Vice-Versa est peut-être l’un des plus justes, les plus touchants qui, un peu à la manière d’un Toy Story en son temps, prend le temps de construire une mythologie pour parler aux petits et aux grands enfants. Mélancolique, inventif, drôle, bouleversant, et surtout d’une simplicité qui lui fait tout honneur. On serait presque prêts à oublier la fadeur de Rebelle et l’inutilité des suites de Cars et de Monstre et Cie. C’est en tout cas un beau tour de force au sein d’une industrie d’animation américaine qui avait tendance, ces dernières années, à se répéter et à ne plus émerveiller personne. Magnifique.

0 commentaires:

Publier un commentaire