Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 24 juillet 2015

While We're Young


WHILE WE'RE YOUNG (2015)
RÉALISÉ PAR NOAH BAUMBACH
AVEC BEN STILLER, NAOMI WATTS, ADAM DRIVER
-------------

Beaucoup comparent souvent le cinéma de Noah Baumbach à celui de Woody Allen. Un parallèle facile, justifiable sur certains aspects (bourgeoisie américaine, humour grinçant sur les questionnements existentiels de quadragénaires new-yorkais, place prépondérante du couple dans le récit), mais qui trouve rapidement ses limites : Baumbach ne semble pas faire des films pour les mêmes raisons que Woody Allen. L’un est un cinéphile évident, l’autre un marginal amateur de théâtre. Mais surtout, contrairement à Allen, on retrouve chez Baumbach une composante sociale inédite : ce recul sur sa propre condition et celle de ses personnages, prisonniers de leur microcosme, devient une thématique centrale de son récit.


While We’re Young n’est pas un film fait pour tout le monde. Si le spectateur est allergique aux bobos new-yorkais déconnectés de la réalité qui se trimballent avec un fedora en se plaignant du temps qui passe, ce n’est même pas la peine d’essayer : le nouveau Baumbach s’inscrit totalement dans cette définition. Le film n’est pas totalement premier degré, bien entendu, on sent un certain plaisir qu’a le cinéaste à s’amuser de l’égocentrisme de ses personnages, mais cela ne change pas radicalement le visage du long-métrage.
Baumbach préfère ses personnages et leurs relations aux interactions privilégiées par le cinéma de Woody Allen. Chez ce dernier, le statu quo est le fil conducteur de la diégèse, alors que les liens invisibles qui joignent les personnages de While We’re Young sont constamment en mouvement. Ils évoluent, ils se transcendent et se surprennent. Un cinéma plus humain, en somme, Greenberg en était d’ailleurs un exemple parfait. C’est de là que naît le comique, quand la réalité se confronte au fantasme, car en illustrant ce choc générationnel par le biais d’une relation d’amour-haine, avec comme casus belli un sentiment mélancolique, Baumbach décrypte le déni de sa propre condition sociale. Derrière ces riches privilégiés se cache peut-être finalement un message plus universel, une réflexion profondément pessimiste sur l’état de la société qui, si elle n’évite pas quelques choix discutables (notamment de traiter des différences temporelles par le biais de l’art et des médias), se révèle intelligemment menée : plutôt que de s’intéresser aux victimes du monde, Baumbach se concentre sur ses privilégiés.


On est certainement assez loin de l’exercice de style – proche du pastiche – expérimenté avec Frances Ha, mais après cette parenthèse inattendue, Baumbach revient à ce qui avait fait autrefois la saveur toute particulière de son cinéma : un essai social s’argumentant autour de personnages élitistes qu’on aimerait détester, mais que le cinéaste parvient à humaniser avec une facilité déconcertante. Même un universitaire documentariste égoïste ne peut être qu’attachant lorsqu’il est interprété par Ben Stiller. Savoureux.

0 commentaires:

Publier un commentaire