Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 25 août 2016

The Path - Saison 1


SAISON 1 HULU
Créée par Jessica Goldberg
-------------

On a surtout mentionné les noms de Jason Katims, Aaron Paul et Hugh Dancy lors de la promotion de The Path – ce qu’on ne nous avait pas dit, c’est que la première série dramatique de Hulu destinée à durer plusieurs saisons ne ressemble ni à Parenthood, ni à Breaking Bad, ni à Hannibal. On pourrait même dire que The Path est une série qui ne ressemble à aucune autre : rythme exigent, narration flottante, ne mythologie mystique et discrète, faux-thriller qui ne correspond pas à ses promesses – sur bien des aspects, on pense à The Leftovers. Les séries de Lindelof et Goldberg partagent en effet de nombreux points communs.


Ce qui peut déconcerter dans The Path, c’est sa volonté de ne pas faire les choix évidents. On la verrait parfois lorgner vers le polar, mais elle demeure impassible, bien souvent ambiguë. La secte à laquelle elle s’intéresse n’est pas un culte oppressant, à base de sacrifices et de viols, mais une communauté où tous vivent heureux, aidant les autres à surmonter les épreuves de la vie. Dans The Path, on n’exploite pas pour des dons, mais pour que tous adoptent cette vérité – cette vérité farfelue d’un monde parfait où tous vivraient en harmonie, priant aveuglément devant l’autel d’une mythologie finalement pas si différente de celles des grandes religions monothéistes. C’est là la plus grande réussite de la série : la secte, ici, n’est finalement pas si différente d’une Eglise classique, et c’est de cette affirmation que naît toute son ambivalence.
Certains seront peut-être frustrés par ce choix, mais c’est à partir de celui-ci que Goldberg développe un chemin bien plus prometteur et original : questionnements religieux, structure familiale, dépression, corruption de l’idéal utopique ou encore inégalités sociales. Les thèmes sont vastes ; parfois, ils se piétinent, mais le propos n’en demeure pas moins bouleversant.
Si Aaron Paul n’est pas toujours irréprochable (il faut dire qu’on est loin de Jesse Pinkman), le reste du casting est lui, incroyable. En tête, Hugh Dancy, dans une composition à la fois effrayante, pathétique et fascinante. Une menace qui vous veut du bien, un sanglant philanthrope. Mais ce sont des caractéristiques qui s’appliquent à tous : imparfaits et ambiguës, tous les personnages de The Path ont deux visages bien distincts et qui nous font les aimer et les détester dans un même temps. De par leur innocence, leur hypocrisie ou leur fanatisme, ils dérangent – une complexité bien trop rare à la télévision.


Difficile de décrire The Path. Ce qui est certain, c’est qu’Hulu sera parvenue à proposer une expérience singulière, bien loin des standards actuels du petit écran. Les méandres psychologiques de The Leftovers couplés à la dramaturgie familiale d’un Six Feet Under et au rythme hypnotique d’un Rectify. The Path est une série qui se mérite, qui ennuiera chaque spectateur au moins une fois mais dont l’intelligence de l’écriture, de la mise en scène et de la direction d’acteurs en font indubitablement l’une des nouveautés les plus importantes de l’année. Reste à savoir si on la retiendra comme un classique ou comme un chef d’œuvre maudit.


0 commentaires:

Publier un commentaire