Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 2 septembre 2011

Donnie Darko

Réalisé par
Richard Kelly

Avec
Jake Gyllenhaal
Jena Malone

Maggie Gyllenhaal
Patrick Swayze
Drew Barrymore

De quoi ça parle ?
Donnie Darko est un adolescent de seize ans pas comme les autres. Intelligent et doté d'une grande imagination, il a pour ami Frank, une créature que lui seul peut voir et entendre. Lorsque Donnie survit par miracle à un accident, Frank lui propose un étrange marché. La fin du monde approche et ce dernier doit accomplir sa destinée. Des événements bizarres surviennent dans la petite ville tranquille, mais Donnie sait que derrière tout cela se cachent d'inavouables secrets. Frank l'aidera à les mettre à jour, semant ainsi le trouble au sein de la communauté.
Donnie Darko fait partie des quelques films qui m'ont donné un amour inconditionnel pour le cinéma. C'est devenu par la suite l'un de mes plus grands films cultes : dérangeant, bizarre, intelligent, complexe, perturbant et drôle, c'est selon moi l'un des meilleurs films de tous les temps. Un film qui, suivant les interprétations, peut être un film catastrophe, un film sur la schizophrénie, un film sur la rédemption, un film sur le sacrifice, un film sans but ou un gros navet, suivant l'idée qu'on se fait du film, de sa fin, de son développement, de sa complexité.
Pour aimer Donnie Darko, il ne faut pas avoir peur de l'absurde, parce que le film bat des records sur ce point : décalé, barré, loufoque, les protagonistes en viennent à discuter la sexualité des Schtroumpfs, sans que cela n'apporte réellement quelque chose au récit. Certains diront que Richard Kelly n'a pas un bon dealer, moi je dis juste que c'est du génie, le tout formant une réelle complexité oscillant entre des morales catholiques et la folie intérieure d'un jeune garçon. Jake Gyllenhaal joue comme si il avait fait ça toute sa vie alors que c'est son premier film. Le reste du casting s'en sort tout aussi bien, avec en tête un regretté Patrick Swayze toujours au meilleur sa forme, une Maggie Gyllenhaal, elle aussi dans son premeir rôle, extraordinaire, une Drew Barrymore très bonne et une Jena Malone avec un bon jeu. Pas un casting de rêve à l'époque mais qui l'est devenu avec le temps, vu comme on sait où en est arrivé Jake Gyllenhaal aujourd'hui : l'un des acteurs hollywoodiens les plus apprécié du moment.
Au final, Donnie Darko ça a la tête de ce que ça aurait donné si David Lynch s'était essayé à un public plus adolescent. On est dérangé, amusé et terrifié à la fois. Un film sur la schizophrénie, sur le sacrifice et sur la rédemption à la fois, c'est du pur génie, et ça donne le meilleur film de ces dix dernières années, un chef d’œuvre incontournable qui ne va surement pas faire l'unanimité tant son contexte et son développement sont uniques et pas forcément accessibles ou compréhensibles à chacun. A découvrir sans plus attendre quand même. Rien que pour le Mad World de Gary Jules.



0 commentaires:

Publier un commentaire