Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

vendredi 15 juin 2012

Blanche-Neige et le chasseur

Réalisé par Rupert Sanders
Avec Kristen Stewart, Chris Hemsworth, Charlize Theron
Film fantastique américain (2012)


Résumé :
Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.

Blanche-Neige c'est aussi loin qu'on se souvienne un conte publié par les frères Grimm (qui semblerait provenir d'une légende germanique antérieure), puis le premier film d'animation produit et réalisé par Walt Disney en 1937, Blanche-Neige et les Sept Nains. Si on a eut que de vagues téléfilms ou ré-adaptations-en-dessin-animé-sortie-dvd depuis, cette année 2012 est marquée par la sortie de deux adaptations live radicalement différentes : la première, sortie il y a quelques mois, de Tarsem Singh, avec Julia Roberts, peut-être plus fidèle à l'histoire du conte originelle mais à l'esprit parodique était finalement un navet. Sortait ici le premier film de Rupert Sanders, publicitaire de génie, qui nous donne un Blanche-Neige et le chasseur avec Kristen Stewart, sortie tout droit de ses pauvres Twilight et de l'excellent Sur la route, ainsi que Hemsworth qui dépose son costume de Thor et de Charlize Theron dont s'est déjà le troisième film cette année il me semble (Young Adult, Prometheus et celui-ci).


Le film de Sanders partait pourtant très bien. La première heure, plutôt agréablement glauque, sombre et sale, parfois flirtant avec de la bonne vieille Dark Fantasy est un grand moment de mise en scène. Le problème c'est que ces bons moments ne durent qu'une heure, et au lieu de s'en sortir au final avec un très bon film, Rupert Sanders semble suivre la voix de la sagesse commerciale et plonge dans une sorte de Narnia / Robin des Bois plutôt bien raté en deuxième partie : scènes gnian-gnian (le déclic dans le bois des merveilles ou je ne sais quoi, car c'est à partir de ce moment là que tout bascule, est tout bonnement insupportable) ainsi qu'un happy end bien réchauffé qui annonce presque une suite. Le tout avec une Kristen Stewart pas génial, un Hemsworth fidèle à lui même et une Charlize Theron complètement nulle, on est bien sur fortement déçu, d'autant que la première heure est excellente.


La bataille finale, bonne sans être épique, qui n'est sans rappeler la fameuse dernière scène du Robin des bois de Ridley Scott, sauve peut-être les meubles, mais il est clair qu'on reste globalement déçus. Car on pouvait s'attende à franchement mieux : pas forcément par rapport à la promotion mais plutôt par rapport au début du film, qui vaut à lui seule le niveau que je lui donne. Quoi qu'il en soit des problèmes d'ambiance tombant subitement du Dark Fantasy à la Game of Thrones à du light digne de Narnia, il est clair que Rupert Sanders se montre excellent à la tâche en livrant une mise en scène soignée et réussie avec un certain souffle glauque et épique qui ne faiblit pas, malgré la fin. Blanche-Neige et le chasseur ne dépasse au final pas le stade si rabaissant du divertissement basique américain, et pourtant il y avait matière à faire quelque chose de beaucoup mieux. Tarsem Singh peut par contre ranger son adaptation au placard, car quoi qu'on dise de celle de Sanders, il y a une différence de qualité relativement importante.

2 commentaires:

  1. J'ai été plus sympa que toi sur ce coup là x) j'ai quand même passé un bon moment mais il est clair que j'ai été carrément déçu par rapport à ce qui était annoncé

    RépondreSupprimer
  2. Très déçu, la bande annonce était pourtant géniale! Mon avis ici: http://slhugorn365.canalblog.com/archives/2012/06/17/24516642.html

    RépondreSupprimer