Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 26 juin 2012

Les Mystérieuses Cités d'Or 2012

La Nouvelle Saison arrivera sur TF1 en septembre : TF1 livre la première bande-annonce


Je ne le répéterai peut-être jamais assez, mais si y a bien une série qui a bercé mon enfance c'est Les Mystérieuses Cités d'Or. Librement adapté de livres pour enfants, né de Bernard Deyriès et de studios d'animation japonais, l'ambiance générale de la série et son charme éternelle en ont fait l'une des rares séries "pour gosse" que je regarde toujours avec un plaisir fou et des yeux d'enfant émerveillé devant tant de beauté graphique et l'imagination folle du scénario empli de mystères et de personnages incroyables.

Arrêtée brutalement à la fin d'une saison un incroyable, la série sera diffusée, rediffusée, éditée, rééditée jusqu'à n'en plus finir si bien qu'elle deviendra culte pour plusieurs générations : je me surprend moi même à fredonner Enfants du soleil, tu parcours la terre, le ciel! quelques fois. La rumeur montait depuis bientôt dix ans jusqu'à  mi-2010 où Deyriès, créateur original de la série, annonça qu'une saison 2 était en chantier et qu'elle verrait le jour en septembre 2011. Décalée d'un an après quelques mois, le fruit de cette longue attente qui faisait hésiter les nombreux fans (dont moi) entre l'excitation et l'inquiétude de voir la série de leur enfance complètement bousillée par le Godzilla de la série d'animation pour enfants : j'ai nommé TF1, Tfou pour les intimes.

Car c'est là qu'arrive l'une des pires choses dans le projet : c'est que si la première saison était une coproduction franco-japonaise, alliant la maîtrise technique des deux plus grandes nations du cinéma d'animation (Oui, la France joue un rôle majeur : on aurait put devenir la plus importante dans les 90' mais des mauvais choix de producteurs ont fait que notre golden generation a lâchement migré chez l'Oncle Sam. La seule trace de cette époque presque révolue reste la ville d'Annecy, pôle international du cinéma d'animation) et le charme nippon. La saison 2 est une production exclusivement française : fini la japanimation, fini les musiques kitchounettes composé par un turc qui ont marqué les mémoires de chacun, fini aussi la violence psychologique du pays du soleil levant : ce coup ci, c'est TF1 qui s'occupe de tout, malgré la présence encore aujourd'hui de Bernard Deyriès qui a porter le projet depuis plusieurs années (et qui doit surement avoir quelques dettes à payer).


La question en suspend était donc la suivante : est-ce que Deyriès a t'il vendu son âme à TF1 ou non ? Une chose est très claire : c'est qu'il s'est avant tout occupé du scénario, et non pas de l'animation, ce qui se remarque amplement. Car les visages ont été revus : on reconnaît à peine les personnages, dont la plupart, et surtout Mendoza et Zia ont l'air de s'être pris plus d'une porte. Une autre grosse erreur, c'est qu'au lieu de reprendre les doubleurs d'origine qui, après des essais, étaient encore en mesure d'assurer leur rôle, les rouleaux-compresseurs de chez TF1 ont préféré changer pour d'autres, grave erreur.

L'animation, qui se rapproche désormais plus d'un Ben 10 ou d'un Totally Spies (excusez les références) que d'un traditionnel japanim', est pas forcément moche, mais on a pas l'impression de regarder la suite des Cités d'Or, dont l'animation était l'un des éléments qui faisait son charme. Ajoutez à cela une musique complètement raté (on a le droit à un remix electro de la chanson d'origine, pas désagréable en soit mais qui fait plus penser au nouvel album d'Ilona Mitrecey qu'à un générique qu'on va devoir se passer pendant... 3x39=117... 117 épisodes (car ils ont remballé pour trois saisons si le succès est au rendez-vous, ce qui est presque assuré car entre la promo phénoménale qui va être fait autour, son statut d'oeuvre culte et tout les gosses de cette époque et d'une autre époque qui vont mater ça, ajouté à cela les nombreux curieux, on peut dire que ça va surement se classer parmi les plus grands succès de l'histoire pour une série made in France).


Ce qui reste très clair c'est que ça pue le massacre complet. Certains ont vu cette série trop tôt ou trop tard pour l'apprécier, et je peux les comprendre. Mais ceux, comme moi, qui avait l'intégrale en VHS mesurant aux alentours un mètre de long, récupérés à divers endroits sur des brocantes jusqu'à ce que leur père découvre le marché de l'occasion en ligne et lui achète les VHS qui lui manquait sur Priceminister, ou encore ceux, comme une connaissance qui se reconnaîtra si elle lit cette article (ce qui serait fort étonnant) qui regardaient Récré A2 en 1982 et qui ont découvert en live une série qui les marquera à vie, donc je disais, ceux-ci, et bien c'est comme si on pissait sur votre peluche de gosse, qu'on la mettait dans les chiottes et qu'on posait une grosse brique dessus : un véritable hold-up de quelque chose qu'on aime plus que tout, qui nous fait rêvé, nous a bercé et a enrayé notre magnétoscope.

Car il ne faut pas croire, mais la série était diffusée y a pas longtemps encore sur Gulli (la chaîne 18 de la TNT), elle faisait de l'audience et beaucoup de gosses l'ont encore aujourd'hui découverte. Par simple but commercial, peut-être nostalgique mais ça m'étonnerait, on nous livre une suite trente ans après. D'accord. Mais au moins respecter le matériau d'origine. Ne croyez pas que je critique avant d'avoir vu la série en pleine action, je serai même peut-être le premier à crier au chef d'oeuvre en septembre. Je fais juste un constat d'une bande-annonce partiellement torchée que les mecs de TF1 nous ont livré. Une bande-annonce qui, si elle ressemble encore sur quelques points à la série d'origine (quelques points que j'ai pris du plaisir à remarquer), est un petit foutage de gueule à la série de 1982. Mais je vous laisse en seuls juges.


0 commentaires:

Publier un commentaire