Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

mercredi 27 juin 2012

Dead Season

Réalisé par Adam Deyoe
Avec James C. Burns, Scott Peat, Marc L. Fusco
Film d'horreur américain (2012)
Résumé maison :
En gros y a une invasion de zombies et un an après l'histoire c'est un bonhomme et une femme (pas vraiment sexy, faute de budget, mais on a le droit à des plans nichons totalement gratuits plusieurs fois pendant le film) qui embarquent sur un bateau vers une île paumée sois disant immunisée contre l'invasion planétaire des morts-vivants. Alors bien sur y a des zombies mais aussi un groupe de survivants.

Réalisé par le quasi-inconnu Adam Deyoe (à qui on doit quelques téléfilms, dont les plus célèbres sont Yeti : A Love Story et The Mental Dead) avec un casting à l'image de sa notoriété, puisqu'il regroupe Scott Peat (un petit rôle dans Transformers, Les Experts ou encore Call of Duty 3), James C. Burns (aussi figurant dans Transformers, Hide et Call of Duty : Black Ops), Marissa Merrill (Photographic) et Corsica Wilson (Veer!, Probably Lightnin), j'ai l'honneur de faire une critique de Dead Season. Autant dire que contrairement à certains Direct to DVD, on ne choisit pas Dead Season pour son casting mais plutôt pour son contexte : alors que les films de zombies ont le plus souvent pour cadre des hôpitaux, centres commerciaux ou des simples rues, Dead Season, à l'image du nullissime Survival of the Dead, dernier Romero en date, prend place sur une île. Plus paradisiaque que Survival of the Dead, il est évident qu'on fait le rapprochement avec le jeu-vidéo Dead Island. Mais la comparaison s'arrête là, car Dead Season n'a, au niveau de l'intrigue ou même de l'atmosphère (malgré le cadre identique), aucune similitude avec le célèbre jeu de rôle façon invasion insulaire de zombies - à part peut-être la différenciation des zombies "qui court" et des zombies "qui marchent".


Mais au lieu de rechercher de vagues ressemblances (inspirations ?) entre deux oeuvres que finalement, tout oppose, on va plutôt juger de la qualité de Dead Season : en un mot, ça vole vraiment pas haut. Le principe d'un film de zombies restant de faire apparaître des zombies en gardant une certaine psychologie entre personnages, Dead Season semble ne pas avoir compris ça et au final, on a ni zombies, ni développement de personnages qui restent tout le film incroyablement antipathique tant ils sont complètement incohérents (changement de caractère total d'une scène à l'autre, le personnage principal interprété par le malheureux Scott Peat qui est au début du film, totalement sérieux et sans aucune expression, et qui devient, lors d'un interrogatoire où il est ligoté sur une chaise, un rieur narcissique qui n'est sans rappelé l'humour en moins bien de Robert Downey Jr.).
Les zombies, donc, on les voit pas beaucoup. Et quand on les voit, ils sont complètement figés, aucune terreur transmise, on se demande même comment les personnages principaux font pour se faire mordre avec des zombies aussi ringards que ça. Et là est perdu tout l'intérêt du film : car à côté, y a de bonnes idées (notamment celle de la provenance de la nourriture), même excellentes. Mais on a pas peur, on se retrouve devant une vieille série Z filmée sur une île pas si paradisiaque que ça, avec des personnages totalement pourris mal interprétés et le tout filmé comme un vulgaire film amateur avec un vieux Nokia de trois kilos.


Dead Season allie presque tout ce qu'on peut faire de pire dans le genre, des clichés les plus ringards aux zombies presque amusants (qui ont conquis le monde en passant), avec des personnages déjà vu et les situations bateau du genre. Y a quelques bonnes idées mais ça ne parvient pas à sauver un film totalement antipathique du naufrage. Les dialogues, parfois complètement à côté de la plaque, enfoncent le clou sur une bande originale enregistrée sur un piano désaccordé avec une webcam. On a déjà vu pire, mais c'est déjà très mauvais. Passez votre chemin et économisez une heure trente de votre vie.

1 commentaires:

  1. Je voulais le voir, mais j'étais moyennement chaud. Ta critique me refroidis encore plus x)

    RépondreSupprimer