Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 24 juillet 2012

Rock Forever

Réalisé par Adam Shankman
Avec Tom Cruise, Malin Ankerman, Alec Baldwin
Comédie musicale américaine (2012)
Résumé :
Sherrie, jeune provinciale, rencontre Drew, garçon de la ville, sur le Sunset Strip, alors qu'ils tentent de percer à Hollywood. "Rock Forever" raconte leur histoire d'amour à travers les tubes de Def Leppard, Foreigner, Journey, Poison, REO Speedwagon, et Twisted Sister...
A vrai dire, j'y ai été un peu les yeux fermés : en tant que fan de rock, d'autant plus que la bande-annonce était électrisante, il faut dire que je m'attendais à une comédie musicale réussie sur toute la ligne : tant sur le choix des chansons que sur l'histoire et le jeu d'acteurs. Allez, soyons clairs : Rock Forever n'est rien de tout ça, rien de plus qu'un film musical très prétentieux, assommant, bruyant, débile, mal joué malgré son casting orgasmique (Tom Cruise, Alec Baldwin, Russell Brand, Bryan Cranston, Catherine Zeta-Jones, Julianne Hough, Paul Giamatti).


Mais, histoire de justifier ce que je dis, résumons l'intrigue au combien poussée. Je veux bien que pour une comédie musicale on puisse alléger le scénario mais il y a des limites à la paresse et pour le coup : une jeune bombe blonde sexy venant de province arrive à Hollywood. Elle rencontre un jeune beau gosse fan de rock comme elle qui connaît par hasard le patron de la dernière boîte de rock à Hollywood qui survit encore et toujours à l'envahisseur : la musique pop. Bon, après, vous vous en douterez : histoire d'amour qui commence bien, quiproquo qui fait qu'elle se termine à cause du méchant agent, et puis à la fin Happy End elle recommence.
Y a deux trois moments vraiment marrants mais entre des blagues bien lourdes un peu vaseuses, une histoire prévisible à souhait qui aurait put être rattrapée par une bonne bande-originale, ce qui n'est pas le cas : quelques grands tubes malheureusement trop bruyants et vaguement remixés avec des acteurs qui s'agitent dessus, ça devient rapidement très saoulant. Car oui, c'est ça Rock Forever : une bonne intention mais le tout est tellement abrutissant que sortir de la salle savoir (rayer la mention inutile) : une migraine / envie de gerber / chier, est en soit un exploit qui mériterait encore plus les petites 55 000 entrées dont a bénéficié le film en France lors de sa première semaine d'exploitation en France. Si bien que lors de sa deuxième semaine sur notre territoire, le film passe dans cent salles de moins et n'a plus qu'une plage horaire par semaine.


Le plus étrange dans tout ça c'est que y en a beaucoup qu'on aimé, ce qui pose une question encore plus existentielle : est-ce que j'ai un problème avec les comédies musicales ? Surement. Pourtant Chantons sous la pluie, Fame ou West Side Story, et même Grease je trouve ça très bien ! Qu'entre ça et High School Musical, la peste et le choléra, la seule solution resterait de se crever les yeux. Pour finir sur ce que j'aurais dut dire dès le début et vous épargner ma prose : Il n'y a rien à sauver.

0 commentaires:

Publier un commentaire