Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 21 mars 2015

Hacker


RÉALISÉ PAR MICHAEL MANN
AVEC CHRIS HEMSWORTH, TANG WEI, WANG LEEHOM

Chaque nouvelle réalisation de Michael Mann ressemble à un pied de nez au spectateur lambda. Qu’il s’agisse de gangsters, de flics, de boxeurs et désormais de hackers, le metteur en scène américain, dans sa quête d’ultra-réalisme et d’accomplissement formel, réalise à chaque fois une œuvre forte, exigeante, mais aussi fortement mésestimée. Blackhat, sorti dans nos contrées sous le titre de Hacker, s’inscrit parfaitement dans cette définition : flop critique et commercial gigantesque outre-Atlantique, il y a pourtant dans ce nouveau volet d’un cinéaste malheureusement trop rare l’addition admirable de thèmes et d’expérimentations présentes en filagramme tout au long de sa carrière.


Hacker est un film d’une grande modernité. Dans son sujet, bien sûr, mais surtout et avant tout dans son emballage. Il est peut-être quelque peu présomptueux d’avancer cela, mais Michael Mann est un réalisateur extrêmement en avance sur son temps. Comment filmer la menace invisible ? C’est dans cette peinture magnifique d’une société paranoïaque que Mann tente de trouver une réponse à cette question : il esthétise un monde, décrit ses craintes et sa rapidité, ses enjeux et sa fragilité. Rien de pessimiste pourtant – c’est bien davantage dans le tableau de la contemplation de ses contemporains que le réalisateur excelle.
Mais plus qu’un faiseur de génie, Mann est aussi un formidable conteur. Hacker est un film passionnant, la narration et la construction du rythme sont exemplaires – il y a, dans ce déroulement gradué d’indices et d’enquête sur fond de tragédie économico-technologique, la marque d’une plume de maître. Déconstruction du héros américain, anti-film hollywoodien et inversion des attentes : on est bel et bien chez Michael Mann.


Dans un déluge de trouvailles visuelles novatrices et réfléchies, Mann nous invite en terrain connu mais brille ici d’une maîtrise titanesque. Hacker est un film de son époque, un objet impressionnant qui rappelle – étrangement – Antonioni dans sa sensibilité artistique. Ce n’est sans doute pas son meilleur film, mais Mann réalise ici un tour de force incroyable : là où le souci du détail rencontre l’abstraction de l’invisible, où le matériel fusionne avec l’immatériel, où – dans une explosion de sens – le numérique devient texture, son sens du pictural trouve son climax. Brillant.

0 commentaires:

Publier un commentaire