Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 11 mars 2015

The Voices


RÉALISÉ PAR MARJANE SATRAPI
AVEC RYAN REYNOLDS, GEMMA ARTERTON, ANNA KENDRICK

Étonnant de retrouver la bédéiste-réalisatrice Marjane Satrapi à la tête de ce projet comique-horrifique américain – c’était loin d’être une évidence au regard de son parcours, mais finalement The Voices s’inscrit parfaitement dans cette continuité. Atmosphère cartoon, construction fine des couleurs : il y a dans The Voices cet esprit BD, légèrement loufoque, tout en étant profondément tendre et cotonneux.


C’est surement là la plus belle surprise de la part du film de Satrapi : ce mélange des genres absolument dingue, qui ne choque jamais et qui atteint, à chaque fois, la finalité de ses ambitions. La comédie horrifique virtuose laisse place au drame tragique sur la santé mentale et les fantômes du passé, le thriller intériorisé se mêle à la maestria visuelle de chaque plan. The Voices, en plus d’être un film malin – et de ne pas le cacher – s’amuse aussi avec le spectateur : aucune piste sensorielle n’est laissée, tout est trouble, en particulier le feedback face à l’écran, faut-il rire ou s’émouvoir ? S’attacher ou se répugner ? Dessiner, puisque c’est bien le mot, avec autant de malice et d’ambiguïté un serial killer aussi attachant, c’est une preuve de grand talent. Surtout si, au final, c’est pour délivrer une réflexion non moins passionnante et intelligente sur la schizophrénie et l’instabilité sociale.
Ryan Reynolds crève l’écran. Tantôt terrorisant, tantôt tragique, tantôt hilarant, Satrapi s’amuse de cette multiple-personnalité en empilant clin d’œil sur clin d’œil, référence sur référence, idée sur idée, alternant pastiche d’épouvante et allégorie cérébrale au travers d’un appartement. C’est non seulement le meilleur rôle de sa carrière, mais c’est en plus une interprétation excellente tout court – tout en nuances, chaque défaut devenant un charme fondamentalement appréciable.



Bien sûr que The Voices peut agacer de par sa lourdeur formelle, mais le film de Satrapi est d’une telle ingéniosité qu’il ne laisse aucun temps mort. Déluge d’émotions multipolaire aux voix nombreuses qui s’affirme tout aussi bien en conte macabre désenchanté qu’en délire fabriqué foncièrement doux et plaisant. Outre le talent inattendu de Ryan Reynolds, c’est la révélation d’une auteure désinvolte et polyglotte qui fait de The Voices un prodige marginal.

0 commentaires:

Publier un commentaire