Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 24 mars 2015

Looking - Saison 2


SAISON 2 HBO
Créée par Michael Lannan
-------------

Si l’an passé Looking avait laissé une impression plus que mitigée, aucun doute que cette deuxième saison lui est en tout point supérieure. Dès les premiers épisodes, on sent qu’il s’est passé quelque chose dans l’esprit de l’équipe créative : plutôt que de bêtement se contenter de dépeindre les mœurs et les codes du microcosme homosexuel de San Francisco, Michael Lannan donne à sa série une porte plus universelle, plus générale, plus intelligente et qui arrive ainsi à balayer un public bien plus large.


On passe d’une réflexion sur la vie de couple et la conception du mariage, à un témoignage de l’acceptation d’une minorité, en passant par la crainte des MST et les blessures du temps. Sans jamais paraître niaise ou exubérante dans ses effets, Looking est une sublime poésie bleutée sur le rythme du quotidien. Tout sonne juste, et c’est dans ce cycle d’émotions incessant que Lannan parvient à renouveler notre intérêt chaque semaine, explorant avec une sensibilité impressionnante cette tragédie sentimentale aussi passionnante qu’attachante. Car là est aussi le cœur de l’inattendu renouveau d’intérêt pour Looking : ses personnages. Tous évoluent, les cicatrices se multiplient, leurs destins se croisent et c’est sans prévenir que l’on finit par les comprendre et les soutenir. Une cohérence remarquable écrit les pages peu à peu les pages de leur vie fictionnelle, et ils n’en deviennent que plus humains.
Mais ce qui fait encore et toujours la grandeur de Looking c’est la qualité hallucinante de sa mise en scène – tons bleus, ambiance océan, photographie tout en contrastes qui inscrit des plans sublimes sur la rétine de spectateur – des cadres magnifiques et inoubliables qui finissent par hanter le subconscient et renforcer l’identité si particulière de la série.


Looking, deuxième acte, surprend, et ce dans le très bon sens. On reprochait à la série une certaine froideur par le passé, mais ce n’est plus du tout le cas. Touchante, réfléchie, esthétique et surtout très marginale dans le paysage télévisuel actuel. Malgré des audiences anémiques et une fanbase de niche, Looking inscrit sans aucun doute possible son nom parmi les plus belles surprises de cette saison – il n’y a plus qu’à espérer que l’aventure se poursuive l’an prochain. Excellent.

0 commentaires:

Publier un commentaire